Israël n’existe pas

Quand l’Histoire ne convient pas, on la falsifie.

Il n’y a pas de Mont du Temple, il y a une esplanade des mosquées. Peu importe qu’il y ait eu à l’endroit où a été construite la mosquée d’Al-Aqsa, le lieu saint le plus important du judaïsme : le temple de Jerusalem (qui abritait l’arche d’alliance).

Il n’y a pas de Judée-Samarie (Judée ça fait un peu trop juif), il y a la Cisjordanie. Peu importe que cette région ait toujours été nommée Judée-Samarie à travers l’Histoire et jamais revendiquée par la Jordanie. Cisjordanie c’est bien plus pratique.

Il n’y a pas d’Israel, il y a une Palestine arabe, il n’y a pas d’israéliens, il y a des colons. Peu importe que la Palestine ait toujours été une terre juive, on prétend que c’était une terre arabe et qu’il y avait un peuple : les palestiniens alors que les « palestiniens » ne sont pas plus « palestiniens » que les jordaniens (d’ailleurs 80% de ce que l’on appelait la Palestine est l’actuelle Jordanie !). Même Yasser Arafat, leur leader le plus important, est né au Caire en 1929 (19 ans avant que soit proclamée l’indépendance d’Israël). Ytzrak Rabin en revanche est lui né en Palestine (à Jerusalem) en 1922 mais c’est certainement lui le « colon ».

Il n’y a pas de terrorisme islamiste palestinien, il y a des résistants. Là bas quand un islamiste tue des israéliens (hommes, femmes, ou enfants) en criant « Allah ouakbar », ça n’a rien à voir avec nos terroristes d’ici bien sûr, c’est de la résistance. Nos résistants pendant la 2e Guerre Mondiale tuaient à l’aveugle des civils allemands, c’est bien connu.

A l’UNESCO, on considère que le mur, vestige du fameux Temple de Jerusalem, est arabe. Quelle mascarade !

A l’ONU, on passe plus de temps à condamner Israël que tous les autres pays du monde réunis. Israël est donc largement plus condamnée que la Corée du Nord, la Syrie, l’Arabie Saoudite, l’Iran, etc. Ca ne choque personne. Quelle honte !

A force de falsifier l’Histoire, à force de laisser faire en se cachant derrière un soi-disant « droit international » représenté par l’ONU et ses diverses organisations, à force de se laisser intimider par des menaces de violences ou d’embrasement du monde arabe si l’on ne va pas dans son sens, il ne reste plus qu’un fou comme Donald Trump dans le monde pour oser dire que Jerusalem est la capitale d’Israël.

#EncoreUn : le hashtag qui lutte contre l’antisémitisme

EncoreUn
Face à la banalisation de l’antisémitisme, nous avons tous un rôle à jouer.

Ces dernières années, l’antisémitisme est devenu omniprésent, en particulier sur Internet. Dès qu’un article, partagé sur Facebook ou Twitter par un grand média, parle des juifs, d’Israël ou même de n’importe quel sujet qui implique un juif, il y a une déferlante de commentaires antisémites. C’est systématique. Il n’y a aucun contre-exemple.

Cet antisémitisme banalisé qui se transforme parfois en actes antisémites violents est un enfer pour tous les français juifs. C’est la raison pour laquelle ils sont plusieurs milliers à quitter leur pays, la France, chaque année.

Récemment, j’ai réalisé à un diner, entouré par des amis de toutes les confessions, que tous les français qui n’étaient pas directement concernés ne réalisaient pas l’ampleur du phénomène. J’ai réalisé également que beaucoup de français juifs n’osaient pas intervenir publiquement sur les réseaux sociaux dans ces commentaires haineux. Ils ne veulent pas être confrontés à cela. Ils ont peur. Parfois ils ne regardent même plus les commentaires parce qu’ils savent.

Nous ne pouvons plus continuer ainsi.

J’appelle tous les Internautes quelle que soit leur confession à réagir dès qu’ils voient un commentaire antisémite sur Facebook ou Twitter en répondant sobrement par le hashtag : #EncoreUn

En faisant cela, la dénonciation de ces commentaires haineux sera visible dans les fils d’actualités de chacun, ce qui contribuera à une prise de conscience générale. Cette prise de conscience sensibilisera les pouvoirs publics et les poussera à trouver une solution punitive efficace contre ceux qui sont les auteurs de ces messages de haine (aujourd’hui la majorité des signalements n’aboutissent à rien).

J’appelle également toutes les personnes qui liront ce message à le partager au plus grand nombre. Nous avons tous un rôle à jouer pour lutter contre l’antisémitisme. J’en appelle à la responsabilité de chacun.

Frank-David

On nous a menti : l’islamisme n’est pas le problème

11457129-19134511

L’affaire Tariq Ramadan a révélé beaucoup de choses. D’abord à quel point il est soutenu par une très large partie de la communauté musulmane, mais aussi et surtout l’état d’esprit ambiant de ses supporters.

On nous a vendu que la haine de la France ne concernait qu’une petite minorité d’islamistes radicalisés.

On nous a vendu que le complotisme ne concernait que les fans de Dieudonné et Soral, ou autres excités sur Internet.

On nous a vendu que l’antisionisme virulent de Tariq Ramadan et ses fans (Plenel et la France Insoumise inclus) exprimé quasi quotidiennement n’était PAS de l’antisémitisme mais simplement une volonté de « critiquer la politique d’Israël ». Et ce, malgré le fait que 30% des actes racistes en France soient dirigés contre des français juifs soit contre 0,7% de la population française ! Quand Merah a tué les enfants juifs de l’école de Toulouse pour « venger les enfants palestiniens », c’était là encore sans doute de l’antisionisme. N’allez surtout pas croire que Merah était antisémite.

On nous a vendu aussi qu’il n’y avait pas de problème à la RATP de conducteurs qui ne veulent pas conduire après des femmes, c’est un fantasme de la fachosphère. De la même manière les prières de rues n’existent pas ou alors elles sont justifiées et ça ne dérange que la droite. Les horaires séparés hommes / femmes dans les piscines municipales, un fantasme là encore, etc.

On nous a vendu que le féminisme c’est de trouver qu’une femme qui porte le voile, c’est bien. Il y en a qui achètent comme le prouve cette bande dessinée d’une certaine Emma qui illustre exactement ce propos.

Enfin on nous a vendu qu’il ne faut pas faire d’amalgame, que la « radicalisation » ne concerne qu’une petite partie de la communauté musulmane mais on placarde la charte de la laïcité dans tous les hôpitaux et dans toutes les écoles. Vous comprenez, la charte de la laïcité, elle est pour tout le monde, elle ne vise personne en particulier hein ! N’allez pas non plus voir dans l’expansion extraordinaire du marché du halal en France le moindre signe de radicalisation.

On nous a menti.

Il y a une terrible fracture en France entre la communauté musulmane et le reste de la communauté nationale. On a laissé des leaders d’opinions comme Tariq Ramadan et d’autres prédicateurs faire des dégâts considérables. Mohamed Merah par exemple n’était pas un islamiste. Son discours était le même que celui d’une masse de personnes. Il est passé à l’acte non pas parce qu’il était un fanatique religieux mais parce qu’il avait une haine profonde et un profil de criminel. Une haine de la France et une haine des juifs qui lui ont été inculquées par sa famille et par ces leaders d’opinions.

La masse de tweets et de commentaires haineux ainsi que la quantité de menaces de mort reçues en réaction à la Une de Charlie Hebdo sont très révélateurs de cette réalité.

Il est temps que l’on arrête de parler d’islamisme. Il s’agit d’un problème de masse bien plus large dans la communauté musulmane qui est loin de ne concerner que les fanatiques religieux. Prétendre que seuls les islamistes posent problème est un mensonge qui ne contribue pas à faire prendre conscience à nos compatriotes musulmans de leur nécessité d’introspection.

Français juifs : où serons-nous en 2020 ?

arrivée-en-israel-1021x580

Les français juifs sont environ 0,7% de la population française alors que les actes antisémites représentent 30% des actes racistes enregistrés en France en 2016 (source : Service Central du Renseignement Territorial).

Le problème de l’antisémitisme et sa proportion démesurée, notamment en France, est donc loin d’être un fantasme. Accusés d’être des « pleurnicheurs » – expression plébiscitée par Dieudonné – par les « antisionistes » (comprendre antisémites) tel un réflexe pavlovien dès que le sujet de l’antisémitisme est évoqué, les français juifs ont pourtant de manière factuelle totalement raison de s’indigner.

Cette situation, nous la voyons venir et se dégrader au moins depuis les années 2000. Comme beaucoup de français juifs, je ne me fais pas d’illusion.

Cette situation ne changera pas et va continuer à se dégrader. Se faire insulter, cracher dessus, etc. la plupart des victimes le vivent maintenant en silence comme si c’était devenu normal.

Comme l’a dit Joann Sfar dans un post Facebook : « Sur ces affaires, la plupart des victimes ferment leurs gueules, se font les plus petites possibles, en espérant que l’orage passe, pour ne pas donner des idées à d’autres salopards. Il ne va pas passer, l’orage. Tout le monde a très bien compris. ».

Pour ma part, j’ai la chance de vivre dans le XVIIe arrondissement de Paris. Comme une grande partie de l’Ouest parisien, mon quartier, c’est un peu Disneyland. Un monde où tout a l’air d’aller bien mais qui ne correspond pas à la réalité du reste de la France. Père de deux enfants, comme tous les parents, en plus de les éduquer, j’ai la responsabilité de les protéger. Et pour assurer cette responsabilité, il y a un critère fondamental : être capable d’anticiper.

Anticiper que l’état ne sera peut-être pas toujours en mesure de nous protéger. Je me souviens encore de l’été 2014 où des manifestations dites de « soutien à la Palestine » ont finit par des prises d’assaut de synagogues en plein Paris et de quartiers juifs notamment à Sarcelles. Nous n’étions pas loin d’un massacre…

Anticiper la passivité générale de notre société. Je me souviens, après l’attentat terroriste contre des enfants juifs en 2012, avoir manifesté spontanément le soir même.

Nous étions quelques milliers. Il n’y avait quasiment que des juifs qui battaient le pavé. L’absence de grande solidarité nationale alors que des enfants venaient d’être exécutés à bout portant me paraissait surréaliste. Où étaient les 4 millions de personnes avec qui j’ai manifesté le 11 janvier 2015 ?

Anticiper la dégradation de la situation. En plus des actes de violence répertoriés, il y a les actes antisémites du quotidien auxquels nous sommes tous confrontés à des degrés différents en fonction de notre exposition.

Je ne suis ni croyant ni religieux, je ne vais jamais à la synagogue et pourtant, avec mon nom de famille, Cohen, j’y suis aussi confronté.

Si j’ai le malheur de faire un commentaire public sur Facebook, 9 fois sur 10, quel que soit le sujet, je me prends une remarque antisémite malgré la modération des commentaires.

Depuis 2 ans, je ne peux plus commander sur Internet à mon nom si je veux que le colis arrive intact, je commande à présent au nom de ma femme pour ne plus avoir de problème.

Pour survivre, anticiper est une nécessité absolue. Mais une fois qu’on a anticipé que la situation n’est plus tenable, qu’est-ce qu’on doit faire ?

Il y a un quatrième point à anticiper.

Anticiper notre comportement d’autruche. Autour de 10 000 juifs quittent la France chaque année. De plus en plus, ceux qui sont encore là et dont je fais partie, n’ont absolument pas envie de partir.

Très attaché à la France – mon seul et unique pays – à ma culture et à ma langue, je ne me vois pas vivre ailleurs. Pourtant, de la même manière que les juifs ont du quitter les pays arabes (cf tableau ci-dessous) où ils vivaient depuis la fin du XVe siècle à cause de la montée de l’antisémitisme musulman, je n’ai aucun doute que tôt ou tard, pour les mêmes raisons, nous devrons quitter la France. 2020 ? 2025 ? 2030 ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que nous avons tous le devoir d’anticiper. Anticiper pour le voir venir et anticiper pour pouvoir partir.

sa0108-juifs-refugies-tableau

Sources : https://www.lesechos.fr/30/03/2017/lesechos.fr/0211929669416_le-nombre-d-actes-racistes-et-antisemites-a-baisse-en-2016.htm

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120320.OBS4138/marche-pour-les-victimes-de-toulouse-on-est-la-par-solidarite.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Exode_des_Juifs_des_pays_arabes_et_musulmans#cite_note-151

Mélenchon est un soumis

2017-01-05t182332z_2040167155_lr1ed151f2xoo_rtrmadp_3_france-election-left_0

Dans son roman d’anticipation Soumission – qui décrit une France en 2022 qui renonce à ses valeur et finit par se soumettre peu à peu à l’Islam politique – Houellebecq a sobrement nommé le parti politique qui arrive au pouvoir dans son livre « La Fraternité Musulmane ». Même s’il ne manque pas d’imagination, il n’aurait jamais eu l’idée de l’appeler : La France Insoumise.

À ce stade de l’article, je vois déjà 3 lecteurs énervés :
– Le bobo rêveur « insoumis » qui se dit qu’il est encore tombé sur un article islamophobe de la fachospère. Il est trop concentré sur ses automatismes de pensée pour y voir autre chose. Il passe son temps à lutter contre l’islamophobie et trouve normal qu’il y ait des colloques interdits aux blancs. Même s’il ne peut pas y aller il trouve important qu’au nom de la liberté d’expression ils puissent avoir lieu.

– Le fan de Dieudonné, Tarik Ramadan, etc. qui passe son temps rabâcher qu’il faut éradiquer les juifs sionnistes mais qui ne veut surtout pas que l’on puisse penser qu’il est antisémite. Ça n’est pas parce qu’il ne parle que d’Israël, de BHL, de Finkielkraut et évidemment de Manuel Valls – qui a un peu trop lutter contre l’antisémitisme l’antisionisme – qu’il est obsessionnel des juifs et antisémite. Bref de toute façon, il n’ira pas plus loin dans la lecture parce qu’il a remarqué que j’avais un nom juif. S’il continue le Mossad pourrait pirater son ordinateur pour le faire taire et ainsi cacher la vérité qu’il détient et que les médias ne montrent pas.

– L’anti-capitaliste qui passe son temps à râler sur les prétendus avantages qu’ont les patrons au détriment de ceux qui travaillent vraiment. Il sait qu’il fera grève cette année comme tous les ans mais il ne sait pas encore pourquoi.

Jean-Luc Mélenchon les connait bien ces 3 lecteurs. Ils représentent son fond de commerce. Il connait leurs codes, leur discours. Il sait comment leur envoyer les bons signaux. Dans son degueuli anti-Valls, Mélenchon est dans une opération de communication totalement contrôlée qui vise à envoyer ces signaux à sa clientèle dieudoniste antisemite obsédée par Valls et Israël. Et ceci est à l’image de la présence systématique de La France Insoumise à toutes les manifestations antisemites (separation du Crif et de l’état, etc.).

Dans leur numéro du sans cravate à l’assemblée ou plus récemment quand ils ont râlé avec force sur la baisse de 5€ des APL, c’est exactement la même chose. Des opérations de communication totalement contrôlées. Il suffit de regarder de plus près l’attitude des 2 ténors « insoumis » Garrido et Corbiere qui ne veulent pas libérer leur HLM parisien alors qu’ils gagnent à eux deux 14000€. Une belle bande d’imposteurs. En réalité la France insoumise n’échappe pas aux règles des partis politiques et aux magouilles.

Alors pourquoi les mélenchonistes seraient-ils des insoumis ? Insoumis à qui et à quoi ? Ils ne se rebellent pas pour défendre les valeurs républicaines ni même pour défendre « le petit peuple » dont ils se contrefoutent ! Ça ne sont que des postures.

Il paraît que lorsque l’on ment, plus c’est gros plus ça passe.
Nous aurions pu en rire si Mélenchon n’avait pas eu 19% aux présidentielles.

Alors non, Mélenchon n’est pas cool et sympathique, il est dangereux. Et les insoumis sont au mieux des idéalistes perdus et au pire des fascistes antisémites.

En réalité Mélanchon est de loin le plus soumis des politiques français. Il est le tremplin qui peut faire glisser la France dans le monde de Soumission de Houellebecq et tuer tout le dynamisme de notre pays. Ce type est le plus dangereux de loin du paysage politique français. Il doit être diabolisé avec la même force et le même rejet que Jean-Marie Le Pen l’était en son temps.

Peut-on éviter la guerre civile en faisant croire qu’il n’y a que des déséquilibrés ?

Il n’a échappé à personne que le nombre d’actes terroristes s’est intensifié en Europe ces dernières semaines. Il y en a eu 10 sur le seul mois d’août. 5 reconnus par nos représentants et par la presse et 5 autres étouffés parce qu’ils auraient été commis non pas par des terroristes mais par des « déséquilibrés ».

• 18 Août : Finlande – Turku : 2 morts, 6 blessés
• 17 Aout : Espagne – Barcelone : 15 morts, 130 blessés
• 17 Aout : Espagne – Cambrils : 1 mort, 6 blessés
• 16 Aout : Espagne – Alcanar : 1 mort, 6 blessés
• 9 Aout : France – Levallois : 6 blessés

Et en ajoutant ceux commis par des « déséquilibrés » :

• 25 Aout : France – Créteil : un migrant afghan tente de s’emparer de l’arme d’un policier mais « C’est sans doute un déséquilibré, il ne semble pas avoir toute sa tête », glisse un enquêteur.
• 23 Aout : France – Lyon : un homme sans nom tente d’étrangler une femme soldat mais « Les forces de l’ordre ont trouvé des ordonnances médicales dans ses poches. »
• 21 Aout : France – Marseille : Un homme fonce avec une fourgonnette volée sur 2 abris-bus faisant 1 mort et un blessé grave mais il avait un papier d’hôpital psychiatrique dans sa fourgonnette donc c’est un déséquilibré sans aucun doute !
• 21 Aout : France – Paris : Un homme fonce avec sa voiture sur une patrouille de police en criant « Allah Akbar » mais pour le parquet, on ne peut pas parler d’un acte « délibéré » visant à foncer en direction de policiers.
L’homme a été interpellé après la collision. Le parquet précise qu’il écoutait « à un très fort volume » des sourates du Coran, en arabe, sur son autoradio, mais qu’elles « ne présentaient pas un caractère jihadiste ». Encore un déséquilibré donc. L’homme a été immédiatement interné.
• 16 Aout : France – Sept Sorts : Un homme fonce avec sa voiture sur la terrasse d’une pizzeria tuant une jeune fille de 13 ans et blessant 13 personnes donc 5 grièvement. Aucun doute pour les enquêteur, il voulait se suicider avec une BMW remplie d’airbag en fonçant sur une terrasse bondée, c’est un déséquilibré.

On se souvient en avril de l’assassinat de Sarah Halimi par un terroriste qui l’a tabassé pendant une heure en récitant des phrase du Coran puis qui l’a défenestrée en criant « Allah Akbar » : « un déséquilibré » donc personne n’en a parlé.

On se souvient aussi déjà en 2014 de l’attentat de Dijon qui n’en était pas un puisque le terroriste était en fait un déséquilibré qui a crié Allah Akbar « plus pour se donner du courage que par revendication religieuse » d’après le procureur de Dijon.

Qu’il y ait un déséquilibré qui singe les pratiques des terroristes une fois, pourquoi pas ? Mais quasiment tous les jours et depuis des années, avec des explications plus grotesques les unes que les autres, personne n’y crois plus.

Alors pourquoi s’entêter à nous faire prendre des vessies pour des lanternes ?

La raison est simple. Le gouvernement (et même les gouvernements successifs) a peur d’une seule chose, encore plus que des attentats terroristes : la guerre civile.

Ils ont raison sur un point. Nous pouvons basculer à tout moment dans une guerre civile. Ca n’est qu’une question de temps :

1. Les attentats vont continuer de s’intensifier

2. Nous allons monter dans l’horreur. L’EI a appelé récemment au kidnapping et à l’assassinat d’enfants.

3. S’ils y parviennent, les fortes doses de « pas d’amalgame », « c’est un déséquilibré » et de « vivre ensemble » ne suffiront plus à contenir les plus excédés

4. Les plus violents voudront se venger sur des musulmans comme nous avons pu le voir en Angleterre après l’attentat de Manchester. Ils viseront donc des innocents par soif de vengeance, feront des victimes et déclencheront la colère des banlieues qui deviendront incontrôlables et iront se venger à leur tour sur d’autres innocents.

5. Nous entrerons dans une guerre civile que notre armée et nos CRS auront bien du mal à contenir.

Alors il est facile de comprendre pourquoi ils préfèrent étouffer les attentats qu’ils peuvent étouffer. La conséquence est évidente : le traitement de l’information n’est pas du tout le même lorsque l’attentat est attribué à un déséquilibré. On n’en parle quasiment pas quand il n’y a pas de victime et on n’en parle plus très rapidement quand il y en a.

Mais combien de temps parviendront-ils encore à « calmer » les esprits ?

Si le gouvernement ne montre pas qu’il sait à quoi il a affaire et comment il compte le combattre mais qu’au contraire il s’entête à ne jamais le nommer, il ne fait que souffler sur les braises. C’est irresponsable et ça nous conduit, contrairement à ses calculs, tout droit vers cette guerre civile…

Les juifs de Rhodes : ce peuple disparu

Vous n’avez certainement jamais entendu parler des juifs de Rhodes. Ils ont été les derniers à être déportés à la fin de la guerre, en août 1944. Aujourd’hui, je fais partie des quelques centaines de descendant à travers le monde de cette communauté disparue.

J’ai toujours entendu mes amis juifs parler de leurs origines, taquiner les comportement typiques de leurs proches (comme le faisait Elie Kakou), l’accent de leurs grands-parents, les expressions en arabe qu’ils ont l’habitude d’entendre à la maison, parler des spécialités qu’ils mangent chez eux : fricassés, moulouhia, pkaila, dafina, gnaouilla, etc.

Je me moquais aussi de l’accent de ma grand-mère mais à part mes soeurs et mes cousins, personne ne pouvait trouver vraiment ça drôle. Les expressions n’étaient pas en arabe mais en ladino, un mélange d’espagnol et d’hébreu que quasiment plus personne ne comprend. Je peux vous parler toute la journée de nos plats typiques mais vous ne pourrez pas me répondre que votre mère les fait mieux que personne : les yapraks, les boyos, les boreks, etc.

Pour la première fois de ma vie je suis allé avec toute ma famille à Rhodes. Nous en avions entendu parlé toute notre vie : sa mer Egée, son climat, ses petites rues, sa vie paisible, etc. Nous voulions voir. Nous avons trouvé un quartier fantôme, comme des ruines d’un peuple disparu.

D’autres juifs séfarades

Je ne compte pas le nombre de fois où on m’a demandé : T’es Tunisien ? non… T’es Marocain ? non… Ah t’es Algérien alors ? non… non plus… T’es ashkénaze ? ….

Contrairement à ce que pensent beaucoup de juifs, les juifs qui ont été expulsés d’Espagne à la fin du XVe siècle par la Reine (les juifs séfarades) n’ont pas uniquement été vers l’Afrique du Nord. Certains ont été ailleurs, plus loin encore, et notamment sur l’Ile de Rhodes.

C’est donc depuis le début du XVIe siècle qu’une communauté juive s’est installée sur l’Ile de Rhodes. Au début du XXe siècle, la communauté juive de Rhodes comptait environ 6000 personnes sur une population totale de 30 000 personnes à Rhodes.

16 août 1944 : 500 années d’histoire effacées en une journée

Le 16 juillet, les allemands ordonnent à tous les hommes juifs de Rhodes de se présenter au centre de commandement de l’armée de l’air. Ils sont arrêtés.

Le 18 juillet, les allemands ordonnent aux femmes et aux enfants juifs de rejoindre les hommes déjà arrêtés sous peine d’exécuter les hommes s’ils ne le font pas.

Le 23 juillet, les sirènes retentissent dans tout Rhodes – comme lors de bombardements – pour appeler la population de l’Ile à se protéger dans les abris. En réalité, c’est une diversion pour que la population de Rhodes ne voit pas les juifs partir.

Après plusieurs jours de bateau et quelques jours au camp d’Haidari. Les 2500 juifs de Rhodes prennent le train depuis Athènes vers Auschwitz.

Le 16 août 1944, les juifs de Rhodes sont les derniers juifs à arriver à Auschwitz. Environ 350 hommes et 250 femmes sont sélectionnés pour « travailler ». Les 1900 autres sont gazés le jour de leur arrivée.

C’est ce jour là que ma grande cousine Alice Tarica, 14 ans, qui faisait partie des 250 femmes sélectionnées, a perdu ses parents, son frère jumeau et ses sœurs. Alice était la seule rescapée d’Auschwitz de ma famille. Elle a été recueillie par son oncle, mon grand-père, à la libération qui l’a élevée comme sa fille.

Samy Modiano : Le dernier juif de Rhodes ?

En allant à la veille synagogue de Rhodes, nous avons croisé Samy Modiano.

Lorsque j’ai entendu Samy parler, j’ai eu comme un électrochoc, il avait exactement le même accent que ma grand-mère que je n’avais pas entendu depuis qu’elle est décédée il y a 17 ans. C’est absurde mais elle était la seule dans mon esprit à avoir cet accent…

Samy a été déporté à Auschwitz et faisait partie des 350 hommes qui ont été choisi pour travailler. Il a survécu. Aujourd’hui il transmet le souvenir et souhaite nous faire prendre conscience de la lourde responsabilité dont nous héritons tous : les témoins des témoins.

Ma nièce Laura qui a 13 ans, le même âge que Samy quand il a été déporté, a été également très émue de le rencontrer et a souhaité partager son témoignage avec ses amis. Il faut croire que l’action de Samy n’est pas vaine. Voici un extrait de son texte :

« Nous avons rencontré Samy « Samuel » Modiano, rescapé des camps de concentration, « matricule B-7496 ».

Déporté à Auschwitz le 24 juillet 1944 à seulement 13ans, il y a perdu toute sa famille. Il habitait donc à Rhodes, où il préparait sa Bar Mitzvah au côté de sa famille. Finalement, il a fait sa Bar Mitzvah, mais à Rome, à 77ans, soutenu par la communauté juive de Rome, sans sa famille, seulement entouré par des personnes qui pleuraient.

Il a survécu aux camps, il pesait seulement 23kilos, à 14ans. Tout le monde pensait qu’il était mort, il fut jeté dans une fosse commune, (fosse dans laquelle on jetait les juifs morts dont l’identité était inconnue). Heureusement, quelqu’un a vu qu’il était vivant et il a été sauvé.

Aujourd’hui, il veut raconter ce qu’il s’est passé, pour qu’on s’en souvienne et que ça ne se reproduise plus jamais. Il transmet son expérience aux générations suivantes, qui devront la transmettre à celles d’après et ainsi de suite.
« On l’a payé cher d’être juif, mais on est encore là ». Je m’en rappellerai de son témoignage, rappelez-en vous aussi, et pensez-y quand vous entendez des propos antisemites
✡️🕍 »

Où vivent les juifs originaires de Rhodes aujourd’hui ?

Avant la guerre et au début de la guerre, certains juifs de Rhodes ont émigré pour le travail en Afrique et notamment au Congo et en Afrique du Sud. La majorité des descendants des juifs de Rhodes sont d’ailleurs en Afrique du Sud ou au Congo aujourd’hui. Ma famille aurait du se trouver là bas aussi si le destin ne les avait pas retenus à Paris. D’autres sont en Belgique, en France ou encore aux États Unis.

Parmi les coïncidences heureuses, nous avons croisé à Rhodes Tony Randel et sa famille, dont la grand-mère était la sœur de mon grand-père. Elle a eu la très bonne idée de partir de Rhodes pour aller vivre aux États-Unis avant la guerre. Tony habite Los Angeles et travaille dans le cinéma.

Pendant cette rencontre je ne pouvais m’empêcher de penser à cette devinette très connue, typique de l’humour juif : « Quelle différence y a-t-il entre un juif pessimiste et un juif optimiste ? Le juif pessimiste a fini à Hollywood et le juif optimiste à Auschwitz. »

L’illustration était tragiquement parfaite.

Et la Juderia de Rhodes aujourd’hui ?

Il n’y a plus de juifs à Rhodes aujourd’hui. Le quartier juif – la juderia – est encore là mais les maisons sont vides, en ruine, ou habitées par des gens qui s’y sont installés quand les juifs ont été déportés. Des gens d’ailleurs assez à cran quand ils voient des juifs visiter le quartier… Ca ne doit en effet pas rendre très détendu d’avoir profité d’une tragédie pareille pour s’approprier une maison qui n’est pas la sienne.

Les juifs de Rhodes ont donc été mais ils ne sont plus. Les derniers d’entre eux s’éteignent et quand ma génération ne sera plus là, ils auront complètement disparu. Je voulais leur rendre hommage ici.