La victoire de Trump, c’est un peu la votre

648x415_donald-trump-barack-obama-maison-blanche-10-novembre-2016

Donald Trump a dépensé 8 fois moins qu’Hillary Clinton pour sa campagne et il a été élu : 8 fois moins d’argent et 8 fois moins de personnel de campagne. (Source : Dana White / Laure Mandeville – Le Figaro).

S’il a été élu, c’est parce qu’il a compris comment fonctionne la communication dans le monde d’aujourd’hui. Il a fait ce que l’on appelle dans le jargon Internet : du growth hacking. Il a hacké la croissance pour passer en 2 ans d’un « simple » citoyen à un présidentiable puis à un Président.

La proposition de valeur de Trump

Pour Trump, le « pain point » majeur des Républicains et plus généralement du peuple est qu’il n’y a plus de vote d’adhésion parce que pour la majorité, que le candidat soit Démocrate ou Républicain, ça ne change pas grand chose. Ils sont dans un moule politique formaté, démago, au discours lissé notamment sur les sujets qui les préoccupent. Trump n’étant pas un homme politique, il a facilement pu prendre la posture de celui qui incarnait le changement de ce côté avec un slogan très fort : Make America great again.

L’acquisition : En politique, il n’y a pas de bad buzz tant qu’il y a de l’exposition

Pour devenir dans l’esprit des gens LE candidat évident des Républicains, il a pris d’assaut l’espace médiatique. Avec des sorties brutales, tout le monde reprenait en coeur sa moindre phrase avec indignation. Il a abordé les sujets qui préoccupent comme un gros beauf alors qu’en face ça n’était qu’indignation avec en parallèle des non-dits par démagogie sur ces mêmes sujets. Dans un monde où les gens ne lisent que les titres sur les réseaux sociaux, les Républicains ne voyaient que Trump, Trump, Trump. Quels étaient les autres candidats de la primaire Républicaine ? Que disaient-ils ? Et après, quelle était la ligne de Clinton à part de l’anti-Trump ? On ne sait pas. On sait par contre très bien ce que disait Trump, et ça c’est grâce à vous !

L’activation et la rétention : Il vaut mieux être adoré par sa cible même si on est détesté par ceux qui n’en font pas partie

Chaque partisan de Trump savait bien pourquoi il roulait pour lui. Il n’y avait donc rien qui pouvait le faire changer d’avis. Pour Clinton, l’adhésion était moins solide. Celle qui était la plus engagée était basée essentiellement sur de l’anti-Trump.

Tous les anti-Trump ont fait exactement ce que Trump voulait : ils ont servi de relais médiatiques pendant 2 ans

L’exemple le plus frappant était le discours de Melania Trump totalement pompé sur celui de Michele Obama. Comment les anti-Trump ont pu penser un seul instant qu’il s’agissait d’un hasard et que cet événement n’était pas prémédité ? À considérer que personne ne fasse le rapprochement, Michele Obama et/ou les personnes qui ont travaillé sur ce discours en 2008 allaient forcément reconnaitre leur discours et en parler.
Tous les indignés qui ont pris un plaisir à se moquer de Melania et de Donald ont en fait fait exactement ce que Trump attendait d’eux : ils lui ont donné de l’exposition. Ils ont totalement été manipulés. Encore une fois sans vous, ça n’aurait pas été possible. 

En conclusion

Oui Trump est un populiste qui a joué sur les pires instincts pour faire sa place. Oui c’est désolant que la majorité des gens ne lisent que les titres des articles. Oui c’est triste de ne pas être capable d’être concentré plus de 140 caractères. Oui c’est dramatique de préférer la polémique au débat de fond. Mais le monde d’aujourd’hui est ainsi alors on fait quoi ? On continue à prendre des postures d’indignés plutôt que de parler avec intelligence et énergie des sujets qui préoccupent ? On continue de regarder avec mépris les changements de notre monde et de notre manière de communiquer ou on s’adapte ? On continue avec des politiques dont plus personne ne veut ou on réinvente la politique ?

La leçon des donneurs de leçons

14937176_10154635335768698_3146674371931689572_n

Trump va être élu Président des Etats Unis. Jamais la pression de la pensée unique n’avait été aussi forte. Tous les journalistes sans exception faisaient campagne pour Hillary, toutes les stars, même les instituts de sondages disaient qu’Hillary gagnait tous les débats et qu’elle était tellement en tête qu’il n’était presque pas nécessaire de faire l’élection !

Depuis ce matin je n’entends que ces expressions : « la douche froide », « coup de tonnerre », « monde de merde », « blablabla », etc.
Chers adeptes de la pensée unique, devant un tel échec, il est temps de faire un peu d’introspection et d’en tirer les leçons !

Au lieu de vous boucher le nez en pointant du doigt ceux qui préféraient Trump, vous auriez mieux fait de les considérer et de leur servir de vrais arguments pour faire la différence.

Au lieu de faire une campagne anti-Trump (toutes les prises de parole d’Hillary mentionnaient Trump, c’était le sujet central de sa campagne !), vous auriez mieux fait de faire une vraie campagne avec des idées fortes, des propositions.

Au lieu de caricaturer ceux qui ne pensent pas comme vous, posez-vous la question de savoir pourquoi ils pensent différemment.

Vous êtes à côté de la plaque, vous ne comprenez pas les préoccupations du peuple. Vous vivez dans votre monde qui n’est PAS le monde réel. Pire, vous n’avez aucune clairvoyance sur les changements que nous vivons et les raisons de ces changements.

L’élection de Trump cristallise le rejet de tout ce que vous êtes. S’il vous plait, changez de stratégie pour la France.