Pourquoi Macron peut devenir Président en mai si Valls est éliminé dimanche

macron_4

Si les élections étaient perçues par les électeurs comme un jeu d’échec, que l’on soit pour François Fillon ou pour Marine Le Pen, il faudrait clairement aller voter dimanche pour Manuel Valls et ainsi éliminer Benoît Hamon de la primaire socialiste. De la même manière si l’on est pour Emmanuel Macron, c’est pour Benoît Hamon qu’il faudrait glisser un bulletin dimanche prochain. Voilà pourquoi :

Hypothèse 1 : Hamon gagne la primaire, Valls est éliminé

Lors de la présidentielle, la gauche de la gauche sera répartie entre Mélenchon et Hamon qui feront tous les deux un score médiocre.
Emmanuel Macron récupèrera alors la majeure partie de la gauche restante ainsi que le centre et même le centre-droit qui refusera de voter pour François Fillon qu’il estime trop conservateur.
Avec cet électorat qui va de la gauche au centre droit, Emmanuel Macron a une réelle chance de dépasser le candidat prévu par les sondages comme futur 2e : à priori François Fillon mais peut-être aussi Marine Le Pen (ils sont au coude à coude autour de 25%).

a) Un second tour Marine Le Pen / Emmanuel Macron
Si Macron dépasse Fillon au premier tour et se retrouve face à Marine Le Pen au second, il l’emportera à coup sûr. Les électeurs de gauche voterons pour lui sans se poser de question et les électeurs de droite pour la très large majorité également. C’est cependant probablement face à lui que Marine Le Pen fera son meilleur score au second tour, ce qui explique pourquoi elle souhaite tant se retrouver face à Macron.
=> Macron sera élu.

b) Un second tour François Fillon / Emmanuel Macron
Si Macron dépasse Marine Le Pen au premier tour et se retrouve face à François Fillon au second, il l’emportera aussi très probablement. Les électeurs de gauche voteront pour lui, là encore, sans se poser de question et les électeurs du centre-droit aussi majoritairement. Le report des électeurs du FN ne sera pas du tout automatique et la dynamique autour d’un Macron « surprise du premier tour » jouera en sa faveur.
=> Macron sera élu

Hypothèse 2 : Valls gagne la primaire, Hamon éliminé

Si Valls gagne la primaire, étant donné qu’il est positionné sur une ligne politique proche de celle de Macron, il risque de partager avec lui – lors du premier tour de la présidentielle – le score de la gauche.

La gauche de la gauche sera rassemblée autour de Mélenchon qui fera un score honorable. La gauche et le centre-gauche se répartiront entre Valls et Macron et le centre-droit ira sur Macron. Macron fera donc un meilleur score que Valls mais ce score sera largement insuffisant – affaibli par la présence de Valls – pour se hisser à la 2e place qu’il laissera à Fillon ou MLP selon l’ordre des résultats de ces deux candidats. Nous aurons donc un deuxième tour Fillon / Le Pen avec une victoire nette de Fillon.
=> Fillon sera élu.

Si Benoît Hamon gagne la primaire socialiste dimanche prochain, Emmanuel Macron a donc une réelle chance de gagner la présidentielle. Si Valls gagne alors Macron sera 3e après Le Pen et Fillon. Le seul paramètre qui peut tout faire basculer est la décision de François Bayrou…. Nan je rigole : 0 impact, 0 influence. C’est ce qu’on appelle en probabilité « un événement indépendant ».

Que vous soyez pour Macron, Fillon ou Le Pen, vous savez donc pour qui aller voter dimanche à la primaire de la gauche. Sortez les popcorns !

La défaite des juifs de France

img_1478

Je reviens de la manifestation qui a eu lieu devant l’ambassade d’Israël (pourquoi devant l’ambassade d’ailleurs ?). Cette manifestation avait pour objectif d’affirmer avec force le désaccord de la communauté juive de France concernant la conférence – organisée ce jour à l’initiative de François Hollande – visant à trouver une issue au conflit israélo-palestinien sans la présence d’Israël et de l’Autorité Palestinienne.

Cette conférence n’a aucun intérêt et aucune chance d’aboutir à quoi que ce soit de concret. Après la résolution honteuse votée notamment par la France de François Hollande qui fait du mur de Jerusalem une « colonie » israélienne – et qui en dit long sur le parti pris du gouvernement – comment penser un seul instant qu’Ayrault et son équipe de bras cassés arriveront à résoudre le conflit israélo-palestinien sans israélien et sans palestinien ?! C’est un peu comme si une conférence était organisée pour que les français fassent la paix avec les Daeshois après le vote d’une résolution qui déclare que la Tour Eiffel est une terre d’Islam.

Mais le sujet n’est pas là. Le sujet est d’analyser comment notre communauté s’organise pour garder sa place dans la société française : une place menacée de plus en plus par l’antisionisme – qui n’est autre que de l’antisémitisme autorisé par la loi – d’abord toléré, puis utilisé par nos politiques, surtout de gauche, pour gagner le vote musulman. Comment la communauté juive fait face à ce problème majeur qu’elle semble être seule (hormis quelques amis) à réaliser ?

La communauté juive n’est pas qu’une seule voix. Comme le dit le dicton : 2 juifs, 3 avis.

Il y a ceux qui partent
La majorité d’entre eux sont attachés à la France mais ils ont baissé les bras. Ils n’y croient plus et ils ne se sentent plus chez eux en France. Beaucoup sont partis en Israël. Ils ne sont pas partis par lâcheté. Bien souvent leur niveau de vie baisse drastiquement là bas. Ils sont partis parce que pour eux : il n’y a plus d’espoir pour les juifs de France et ils ne veulent pas que leurs enfants grandissent dans ce climat de haine. Ils ne se sentent plus en sécurité en France malgré l’armée et la police devant leurs synagogues et leurs lieux culturels.

Il y a ceux qui rejoignent des associations/organisations
Ceux là sont volontaires et combatifs mais de moins en moins nombreux et éparpillés dans une multitudes d’organisations qui font toutes la même chose et tiennent peu ou prou le même discours. Bien souvent les membres sont là parce qu’ils ressentent le besoin de faire quelque chose mais ils se lassent vite face à l’inefficacité des actions et la perte de temps que cela représente au détriment de leur famille et de leurs amis. Incapables de s’organiser, plus préoccupées par des luttes de petits chefs et la concurrence entre elles, ces associations rassemblent au maximum quelques centaines de personnes – âgées de 50/60 ans majoritairement – dans les manifestations.

Le cas du CRIF
Le CRIF est censé représenter les organisations juives de France mais en réalité ne représente pas grand chose d’autre que lui même. Ce qui n’est pas toujours un mal ! Elle est la seule organisation juive capable de déplacer des personnalités politiques de premier plan à ses événements et de mener des actions d’envergure. Son discours lissé, lissé et re-lissé pour qu’il passe partout détourne beaucoup de juifs qui ne se sentent plus représentés par cette organisation.

D’une manière générale, le combat communautaire a peu de chance d’aboutir à quoi que ce soit : les juifs représentent moins d’1% de la population française.

Il y a ceux qui ne veulent pas voir
La majorité des juifs de France sont dans ce cas. C’est probablement le plus simple : ne pas voir ou voir le moins possible. C’est moins anxiogène. Malheureusement la réalité les rattrape souvent. Jusqu’à quand pourront-ils regarder ailleurs ?

Il y a ceux qui s’auto-flagellent / les juifs honteux
Ont-ils besoin d’une description ? La détestation de soi relève de la psychiatrie.

Quel constat pour la communauté juive de France ?

– Elle n’a pas su empêcher le BDS et assimilés de faire leur place et de décomplexer l’antisionisme et donc l’antisémitisme
– Elle n’est plus mobilisée et peu organisée. Lorsqu’elle manifeste pour se faire entendre, elle ne rassemble que quelques centaines de personnes et très peu de jeunes.
– Lorsqu’il y a des manifestations pro-Gaza, elle rase les murs (et on comprend pourquoi !)
– Elle ne croit plus que les choses peuvent changer.

Les juifs perdent petit à petit leur place dans la communauté nationale.

La communauté juive de France a perdu.

La victoire de Trump, c’est un peu la votre

648x415_donald-trump-barack-obama-maison-blanche-10-novembre-2016

Donald Trump a dépensé 8 fois moins qu’Hillary Clinton pour sa campagne et il a été élu : 8 fois moins d’argent et 8 fois moins de personnel de campagne. (Source : Dana White / Laure Mandeville – Le Figaro).

S’il a été élu, c’est parce qu’il a compris comment fonctionne la communication dans le monde d’aujourd’hui. Il a fait ce que l’on appelle dans le jargon Internet : du growth hacking. Il a hacké la croissance pour passer en 2 ans d’un « simple » citoyen à un présidentiable puis à un Président.

La proposition de valeur de Trump

Pour Trump, le « pain point » majeur des Républicains et plus généralement du peuple est qu’il n’y a plus de vote d’adhésion parce que pour la majorité, que le candidat soit Démocrate ou Républicain, ça ne change pas grand chose. Ils sont dans un moule politique formaté, démago, au discours lissé notamment sur les sujets qui les préoccupent. Trump n’étant pas un homme politique, il a facilement pu prendre la posture de celui qui incarnait le changement de ce côté avec un slogan très fort : Make America great again.

L’acquisition : En politique, il n’y a pas de bad buzz tant qu’il y a de l’exposition

Pour devenir dans l’esprit des gens LE candidat évident des Républicains, il a pris d’assaut l’espace médiatique. Avec des sorties brutales, tout le monde reprenait en coeur sa moindre phrase avec indignation. Il a abordé les sujets qui préoccupent comme un gros beauf alors qu’en face ça n’était qu’indignation avec en parallèle des non-dits par démagogie sur ces mêmes sujets. Dans un monde où les gens ne lisent que les titres sur les réseaux sociaux, les Républicains ne voyaient que Trump, Trump, Trump. Quels étaient les autres candidats de la primaire Républicaine ? Que disaient-ils ? Et après, quelle était la ligne de Clinton à part de l’anti-Trump ? On ne sait pas. On sait par contre très bien ce que disait Trump, et ça c’est grâce à vous !

L’activation et la rétention : Il vaut mieux être adoré par sa cible même si on est détesté par ceux qui n’en font pas partie

Chaque partisan de Trump savait bien pourquoi il roulait pour lui. Il n’y avait donc rien qui pouvait le faire changer d’avis. Pour Clinton, l’adhésion était moins solide. Celle qui était la plus engagée était basée essentiellement sur de l’anti-Trump.

Tous les anti-Trump ont fait exactement ce que Trump voulait : ils ont servi de relais médiatiques pendant 2 ans

L’exemple le plus frappant était le discours de Melania Trump totalement pompé sur celui de Michele Obama. Comment les anti-Trump ont pu penser un seul instant qu’il s’agissait d’un hasard et que cet événement n’était pas prémédité ? À considérer que personne ne fasse le rapprochement, Michele Obama et/ou les personnes qui ont travaillé sur ce discours en 2008 allaient forcément reconnaitre leur discours et en parler.
Tous les indignés qui ont pris un plaisir à se moquer de Melania et de Donald ont en fait fait exactement ce que Trump attendait d’eux : ils lui ont donné de l’exposition. Ils ont totalement été manipulés. Encore une fois sans vous, ça n’aurait pas été possible. 

En conclusion

Oui Trump est un populiste qui a joué sur les pires instincts pour faire sa place. Oui c’est désolant que la majorité des gens ne lisent que les titres des articles. Oui c’est triste de ne pas être capable d’être concentré plus de 140 caractères. Oui c’est dramatique de préférer la polémique au débat de fond. Mais le monde d’aujourd’hui est ainsi alors on fait quoi ? On continue à prendre des postures d’indignés plutôt que de parler avec intelligence et énergie des sujets qui préoccupent ? On continue de regarder avec mépris les changements de notre monde et de notre manière de communiquer ou on s’adapte ? On continue avec des politiques dont plus personne ne veut ou on réinvente la politique ?

La leçon des donneurs de leçons

14937176_10154635335768698_3146674371931689572_n

Trump va être élu Président des Etats Unis. Jamais la pression de la pensée unique n’avait été aussi forte. Tous les journalistes sans exception faisaient campagne pour Hillary, toutes les stars, même les instituts de sondages disaient qu’Hillary gagnait tous les débats et qu’elle était tellement en tête qu’il n’était presque pas nécessaire de faire l’élection !

Depuis ce matin je n’entends que ces expressions : « la douche froide », « coup de tonnerre », « monde de merde », « blablabla », etc.
Chers adeptes de la pensée unique, devant un tel échec, il est temps de faire un peu d’introspection et d’en tirer les leçons !

Au lieu de vous boucher le nez en pointant du doigt ceux qui préféraient Trump, vous auriez mieux fait de les considérer et de leur servir de vrais arguments pour faire la différence.

Au lieu de faire une campagne anti-Trump (toutes les prises de parole d’Hillary mentionnaient Trump, c’était le sujet central de sa campagne !), vous auriez mieux fait de faire une vraie campagne avec des idées fortes, des propositions.

Au lieu de caricaturer ceux qui ne pensent pas comme vous, posez-vous la question de savoir pourquoi ils pensent différemment.

Vous êtes à côté de la plaque, vous ne comprenez pas les préoccupations du peuple. Vous vivez dans votre monde qui n’est PAS le monde réel. Pire, vous n’avez aucune clairvoyance sur les changements que nous vivons et les raisons de ces changements.

L’élection de Trump cristallise le rejet de tout ce que vous êtes. S’il vous plait, changez de stratégie pour la France.

 

Le signal faible qui va tout changer ?

boulangerie-simonin-pignan-p1013280

Ça n’a probablement échappé à personne : Jean-François Copé a estimé sur Europe 1 qu’un pain au chocolat coutait « aux alentours de 10 à 15 centimes ».

On pourrait se dire :
« Il a confondu avec la putain de sauce des nems à 15 centimes du traiteur chinois » ou plus sérieusement « Ce que raconte Copé, ça n’est pas comme si c’était important ! » ou « Il y a eu pire : El Khomri, Ministre du Travail, ne savait pas que l’on pouvait renouveler au maximum 2 fois un CDD tout en voulant réformer le travail ! » ou encore « NKM pensait qu’un ticket de métro coutait 4 euros » . Et puis il y a aussi eu Nicolas Sarkozy qui ne connaissait pas Le bon coin (utilisé par plus de 30 millions de français) ou Alain Juppé qui ne connaissait pas BlaBlaCar, l’une des rares licornes françaises, fierté de la french tech avec Vente-privée, Criteo et OVH (startups valorisées à plus d’un milliard de dollars).

Et si finalement, cet événement était ce que l’on appelle un signal faible ?
En Intelligence Économique, les signaux faibles sont des éléments d’actualité à l’importance sous-estimée, mais augurant d’importants changements à venir.

Et si finalement, nous étions à l’aube d’un renouvellement total en politique dont l’estimation totalement à l’Ouest du pain au chocolat de Copé était l’élément déclencheur ?

L’élément révélateur qui nous pète en pleine gueule et nous fait réaliser qu’une personnalité politique, pour pouvoir prendre les bonnes décisions, ne peut pas être déconnectée des réalités de la vie, de nos vies. Le prix du pain au chocolat, du ticket de métro, du litre d’essence, la réalité de l’emploi, les règles du CDD, les nouveaux moyens d’arrondir les fins de mois avec l’économie collaborative comme blablacar – et le phénomène sociétal assorti – sont des éléments de la vie réelle que l’on ne peut ignorer surtout lorsque l’on prétend pouvoir l’améliorer !

Ce genre de sortie est insupportable, inacceptable. Copé et les autres, rendez vous service et rendez nous service : arrêtez la politique ! Ça ne passe plus, on est au bout.

Pour terminer, voici un post Facebook de Baptiste Beaulieu qui exprime bien le ras le bol de cette manière de faire de la politique :

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fpermalink.php%3Fstory_fbid%3D1812765602338255%26id%3D100008144984241&width=500

La révolution n’est pas loin.

Israël : la vision erronée qu’en ont les musulmans de France

IMG_4586

Plage de Tel Aviv – Crédit photo : Marc Israel Sellem / Jerusalem Post

Alors qu’en France le débat sur le burkini fait rage et les tensions entre les communautés sont de plus en plus explosives, j’ai été frappé de voir qu’en Israël où 20% de la population est musulmane, contrairement à ce que l’on pourrait penser, rien ne se passe de la même manière : aucune interdiction de porter le burkini ou le voile, aucun débat sur le halal, l’Islam ne fait pas la Une de l’actu un jour sur deux, etc.

Je suis depuis 3 semaines dans un hôtel de Herzliya, une banlieue chic de Tel Aviv. L’hôtel où je suis est réputé pour sa très grande piscine face à la mer où de nombreux israéliens viennent passer la journée, notamment le week-end. À peine arrivé, je me baigne avec mon fils à coté d’un jeune couple dont la femme porte… un burkini. Pas un regard de travers, pas une personne étonnée. Tout est juste… normal.

Alors que je passe des heures à essayer de convaincre sur Facebook des musulmans anti-israël – qui recrachent la propagande du BDS – qui accusent notamment Israël de pratiquer l’apartheid : quelle ironie ! Peut-être était-ce une coïncidence ? Une exception qui confirme la règle ? Je vous laisse juger :

IMG_4410

Musée Eretz Israel – Exposition sur les dinosaures

La réalité, c’est qu’en Israël, malgré la guerre depuis 70 ans, les musulmans sont respectés. Ils peuvent vivre leur foi, porter les vêtements qu’ils veulent, faire les appels à la prière de leurs mosquées, lire les panneaux routiers puisque c’est systématiquement écrit en hébreu et en arabe, etc. Il suffit de venir en simple touriste pour le constater. Cette haine anti-Israël qui s’exprime en permanence notamment sur les réseaux sociaux est basée sur des mensonges qu’on leur ressasse depuis des décennies. D’ailleurs, on a beaucoup plus de chances de tomber sur un musulman français anti-Israël que sur un palestinien anti-israël ! Il est temps d’ouvrir les yeux.

Ce terrorisme « peer to peer » que l’on laisse proliférer

Capture d’écran 2016-06-13 à 10.13.25

« Maman, je t’aime. » « Il arrive. Je vais mourrir ». Ce sont les derniers mots d’Eddie à sa mère. Comme 48 autres personnes, Eddie est mort dans la nuit de samedi à dimanche à Orlando parce qu’il était homosexuel.

Penser qu’Eddie est uniquement une victime de plus de l’islamisme est une erreur fondamentale de jugement. Eddie est mort parce qu’on a laissé la haine s’exprimer et proliférer. Le terroriste, Omar Seddique, est un produit de la propagande haineuse des islamistes que nos dirigeants (des pays occidentaux) n’ont pas le cran de faire taire. Cette propagande se transmet dans la rue, dans les mosquées, ou sur les réseaux sociaux. Plus besoin de partir en Syrie, ce terrorisme se télécharge. C’est du terrorisme peer-to-peer.

Il suffit de regarder sur YouTube où l’on peut trouver notamment des discours du « Docteur » Farrokh Sekaleshfar, prédicateur islamiste récemment invité dans une mosquée d’Orlando. On trouve notamment un discours qu’il a tenu à l’Université du Michigan datant d’avril 2013 où il appelle clairement au meurtre d’homosexuels. En 3 ans ce sont 21 891 personnes qui ont regardé ce discours d’1h 21 minutes. En 3 ans, ni YouTube ni le gouvernement américain de Barack Obama n’a jugé utile de faire taire Farrokh Sekaleshfar. Ils sont aussi responsables de tous ces morts.

Et ce ne sont pas les seuls :

On a laissé parler le BDS, il y a eu Merah et Coulibaly qui voulaient « venger les enfants palestiniens » en tuant des français juifs. Pourtant le BDS s’exprime encore sur la place publique, tous les jours.

On a laissé parler les tarés comme Ramadan, Dieudonné, ou encore les prédicateurs cinglés que l’on retrouve à l’UOIF, il y a eu Charlie Hebdo et le 13 novembre. Pourtant ces tarés peuvent encore s’exprimer ou organiser leurs rassemblements en toute liberté (ou presque…).

Il n’y a ni tolérance à avoir ni « liberté d’expression » à considérer face à ces discours de haine.

Il semblerait que les politiques, de droite, de gauche ou du centre de la majorité des pays occidentaux aient du mal à prendre les décisions qui s’imposent et a réagir – pour de vrai, pas juste dans les discours ! – avec la plus grande fermeté.

Que leur faut-il de plus pour qu’ils changent d’attitude ? Que faut-il faire pour qu’ils agissent sans appréhension électorale mais d’abord dans l’interêt collectif ? Allons nous vraiment devoir être gouvernés par des vrais fachos pour que cela change ?

Nightclub Shooting Florida

Mina Justice shows a text message she received from her son Eddie Justice at Pulse nightclub during a fatal shooting in Orlando, Fla., Sunday, June 12, 2016. Justice hasn’t heard from her son since the messages. (Courtesy of Mina Justice via AP)