Deux mois pour vous oublier

Capture d’écran 2016-01-06 à 11.47.20

Deux mois. Il a fallu deux mois pour vous oublier.

Vous êtes 130 à avoir été lâchement assassinés et nous ne pourrons malheureusement jamais vous faire revenir. Le 13 novembre, après le choc, l’horreur et l’effroi, il y avait cependant un espoir. Celui que vous ne soyez pas morts pour rien. Que la tragédie de votre mort puisse permettre une prise de conscience. Il n’en est rien.

Après les attentats de Merah et à nouveau après les attentats de janvier 2015, nous avions manqué cette prise de conscience.

Un mois avant le 13 novembre, Place de la République, à l’endroit où nous avions été plusieurs millions le 11 janvier à manifester pour rejeter de toutes nos forces le terrorisme islamiste, des organisations pro-palestiniennnes ont appelé au Djihad et on les a laissé faire ! En septembre, quelques semaines après l’attentat déjoué du Thalys, un salon islamiste était organisé en toute légalité à Pontoise. Frédéric, Franck, Cabu, Elsa, Charb, Honoré, Bernard, Ahmed, Mustapha, Michel, Tignous, Wolinski, Clarissa, Philippe, Yohan, Yoav et François-Michel ont été tués par l’intégrisme islamiste et notre gouvernement, paralysé par les bien-pensants, n’a rien fait pour le combattre.

Il a fallu attendre que 130 personnes de plus meurent des mains du même bourreau pour que le gouvernement se décide enfin à prendre les mesures exceptionnelles qui s’imposaient en instaurant notamment l’état d’urgence. A la suite de cela, il y a eu 2500 perquisitions administratives, et 398 armes ont été saisies dont des lances-roquettes ! Combien d’attentats ont été évités ? Combien de vies ont été sauvées ?

Malgré cela, nos collabos des temps modernes, trouvent des raisons de s’élever contre l’état d’urgence, contre la déchéance de nationalité des terroristes, contre toutes les mesures qui permettent de combattre ou de stigmatiser le terrorisme. Parce que, vous comprenez, lutter contre le terrorisme fait de la France un état policier fasciste et lutter contre l’islamisme fait de nous des islamophobes. Voilà comment avec ces arguments qui coupent tout débat – comme le soulignait Elisabeth Badinter faisant réagir la bien-pensance de nombreux auditeurs de France Inter – ces champions de l’indignation vous enterrent un peu plus.

Sans cette pression de la bien-pensance, Stéphane, Pierre, Lola, Halima et tous les autres seraient peut-être encore là aujourd’hui.

La leçon n’a pas été retenue :

Hier, on a laissé le terrorisme être honoré sur la Place de l’Opéra avec l’autorisation de la Préfecture.
Libération, le garde fou de la bien-pensance, a publié un portrait dithyrambique de l’islamiste Tariq Ramadan.
On a à faire à la même complaisance, au même aveuglement.

On peut le dire, vous avez été oubliés.

Si vous nous voyez de là où vous êtes, ne désesperez pas, vous aurez surement une plaque comémorative le 13 novembre 2016.

 

 

Le « pas d’amalgame »

11222624_10153933172205934_794008640421137609_n

Après un attentat, je me demande toujours qui va être le premier à dégainer le « pas d’amalgame » ou le « l’Islam est une religion de paix » ou encore le « les musulmans sont les premières victimes » et quand ça arrive, sincèrement je suis très agacé. Et pourtant il ne faut PAS faire d’amalgame et les musulmans sont évidemment victimes de la montée d’un racisme aveugle anti-musulman qui suit ces attentats, alors pourquoi cet agacement ?

En fait ce qui me pose problème dans ces phrases c’est qu’elles sont contre-productives. Elles renforcent la fracture. Elles contournent le réel problème : la radicalisation croissante. Elles empêchent aux musulmans toute prise de conscience collective ou toute autocritique.

Quand j’entends Mélenchon ou d’autres bien-pensants de gauche ou d’extrême gauche dire que « l’Islam n’a rien à voir avec ça » alors que la quasi totalité des actes terroristes dans le monde sont commis au nom de l’Islam – ça n’est pas une opinion, c’est un fait – je me dis qu’il y a un sérieux problème !

Comme le dit Abdennour Bidar dans sa lettre ouverte au monde musulman en parlant de l’Islam : « Les racines de ce mal qui te vole aujourd’hui ton visage sont en toi-même, le monstre est sorti de ton propre ventre, le cancer est dans ton propre corps. Et de ton ventre malade, il sortira dans le futur autant de nouveaux monstres – pires encore que celui-ci – aussi longtemps que tu refuseras de regarder cette vérité en face, aussi longtemps que tu tarderas à l’admettre et à attaquer enfin cette racine du mal ! »

Le Coran est le même pour tous les musulmans, s’il y a des problèmes d’interprétations, c’est le job des imams – et ça devrait même être leur priorité – de faire en sorte qu’il en soit autrement.

Depuis les attentats, j’ai lu énormément de réactions de français musulmans qui dénonçaient la radicalisation, certains sont croyants voire même imams, d’autres sont athées. Au lieu de répéter pour faire bien – alors qu’on en sait strictement rien – que l’Islam ne prône que l’amour et la paix, que tous les musulmans sont extraordinaires et que ceux qui ne le sont pas « ne sont pas de vrais musulmans », pouvons nous plutôt mettre en avant sur les plateaux télé ceux qui dénoncent – parfois en prenant des risques – et qui ont une chance de faire avancer les choses ? Je serais toujours là pour défendre les musulmans face au racisme, mais s’il y a une lutte à faire contre l’amalgame, elle doit être faite uniquement au niveau des hommes qui le méritent, et certainement pas de la religion.

—————————————–

Voilà les réactions qu’il faut encourager :

Celle de Nabi Nabou :

Alors ce soir pour la premiere et LA dernière fois je vais exprimer le fond de ma pensée concernant cet idéalisme extré…

Posté par Nabi Nabou sur samedi 14 novembre 2015

Celle d’un jeune chirurgien :
Messages aux petites p**** de Daesh qui se font exploser:
Moi aussi je suis fils d’immigré et j’ai grandi dans un quartier. La même galère.
Sauf que mon camp d’entraînement c’était pas en Syrie, c’était en France. L’éducation, les études, la bonne humeur, les copains juifs, chrétiens et athées. Venez vous la mettre sur mon terrain, c’est pas aussi facile que de canarder des gens à la fenêtre d’un gamos.
Je suis chirurgien, vous êtes des anonymes dans une tombe.

Celle de Zineb El Rhazoui :
http://rmc.bfmtv.com/emission/zineb-el-rhazoui-sur-rmc-il-faudrait-arreter-d-accepter-que-ces-pleurnichards-de-la-stigmatisation-nous-imposent-leur-standard-930343.html

Celle de Waleed Al-Husseini :
http://la-voie-de-la-raison.blogspot.com/2015/11/paris13nov.html

Celle de Boualem Sansal :
http://www.lefigaro.fr/livres/2015/11/15/03005-20151115ARTFIG00067-boualem-sansal-la-france-laique-adversaire-majeur-des-islamistes.php

Celle de Tareq Oubrou, imam de Bordeaux :
http://www.lejdd.fr/Societe/L-imam-de-Bordeaux-Les-musulmans-doivent-se-manifester-pour-dire-stop-759759

Celle de Jeannette Bougrab en mai dernier :
http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/05/23/31001-20150523ARTFIG00081-jeannette-bougrab-la-france-est-toujours-aussi-aveugle-face-au-peril-islamiste.php