Facile de déclarer que l’on est contre l’antisémitisme

52970862_10161527618060461_6882736932095262720_n

La question de l’antisémitisme est un sujet qui me tient forcément à coeur. Quand on s’appelle Cohen, c’est un peu comme si on portait en permanence l’étoile jaune. Pourtant, je ne suis pas allé à ce rassemblement contre l’antisémitisme hier soir. La raison est simple : l’antisémitisme qui tue aujourd’hui en France porte un nom : l’antisionisme. Sans action concrète qui vise à lutter contre ce fléau, tout cela est une mascarade qui ne sert qu’à se donner bonne conscience ou à faire de la communication politique.

Depuis des années, je dénonce l’antisionisme. Sur mon blog, j’ai probablement expliqué de toutes les manières possibles pourquoi il s’agissait d’une nouvelle forme d’antisémitisme, pourquoi le mot « sioniste » n’est qu’une acrobatie sémantique pour se donner le droit d’exprimer et de propager légalement sa haine du juif. Rien n’a changé. Nous en sommes exactement au même point. Et on entend toujours cet argument vaseux décrivant l’antisionisme comme la critique de la politique d’Israël. C’est faux ! Être antisioniste aujourd’hui n’a aucun sens.

Le sionisme est une idéologie qui prône le retour des juifs sur leur terre ancestrale et la création d’une nation – Israël – qui les représente. Depuis 1948, le sionisme est une réalité et Israël existe. C’est un pays reconnu par l’ONU et par la large majorité des pays développés.
Par opposition l’antisionisme est une idéologie qui était contre la création de l’état d’Israël et le retour des juifs de la diaspora sur leur terre ancestrale. Mais quel est le sens de l’antisionisme en 2019 maintenant qu’Israël et son peuple existent ? Ça n’est certainement pas la critique de Netanyahu. Quand on critique un homme politique ou un gouvernement, on est simplement un opposant. L’antisionisme veut dire autre chose. Cela veut dire que l’on nie à Israël et à son peuple le droit d’exister, que l’on est donc pour la destruction de ce pays et le déplacement voire l’extermination de son peuple. Ça n’est pas tout à fait la même chose que de critiquer le nouveau Président du Brésil ou le gouvernement chinois ! Sans aucune ambiguïté l’antisionisme est aujourd’hui tout simplement l’expression violente d’une haine raciale dirigée contre le peuple juif. C’est bien ce que l’on appelle de l’antisémitisme.

L’histoire m’a tristement donné raison. C’est bien cette idéologie qui a tué Sebastien Selam, Ilan Halimi, Myriam Monsonego, Gabriel, Arieh et Jonathan Sandler, Philippe Braham, Yohan Cohen, Yoav Hattab, François-Michel Saada, Sarah Halimi et Mireille Knoll. Les assassins ont systématiquement le même profil : musulmans radicalisés et donc antisionistes (ça fait partie du package). D’ailleurs Merah quand il a tué à bout portant des enfants français juifs, avait déclaré qu’il voulait « venger les enfants palestiniens ». Coulibaly avait tenu le même genre de propos pendant l’attentat de l’Hypercacher. Que faut-il de plus ?

Les actes antisémites augmentent en correlation avec la propagation et la banalisation de ce discours antisioniste. On le voit depuis des années pour qui veut bien regarder sur les pages communautaristes musulmanes, sur les pages antisionistes, qui rassemblent parfois plus d’un million de personnes. L’antisionisme est une véritable obsession sur ces pages qui suintent la haine du Juif. Que faut-il de plus ?

Aujourd’hui, les articles produits par l’AFP et certains médias de gauche reprennent le vocabulaire antisioniste qui se retrouve ainsi banalisé, généralisé, accepté. La conséquence est sans appel. Cette haine devient massive. Elle est partout. Omniprésente. Dans tous les commentaires sur les réseaux sociaux sous des articles qui parlent des juifs ou d’Israel. Les graffitis se multiplient, les profanations de cimetières aussi. Les enfants juifs ne peuvent plus être scolarisés en banlieue de l’aveu même du Ministre de l’Education Nationale. La Shoah ne peut plus être enseignée depuis des années dans de nombreuses écoles. QUE FAUT-IL DE PLUS ???

La réponse est-elle sérieusement de marcher place de la République avec une pancarte #ÇaSuffit en étant fier d’avoir exclu Marine Le Pen (qui est par ailleurs la seule à avoir su placer les bons mots, c’est à vomir) ?

Quelque part, je regrette de ne pas avoir été là avec tout ceux qui ne sont pas juifs et qui étaient présents hier. J’ai vu sur Twitter des gens du Refuge, d’autres victimes de la haine, ça m’a fait chaud au coeur. Mais il faut comprendre que pour réellement lutter contre l’antisémitisme il va falloir faire un peu plus que marcher place de la République. Il va falloir faire l’effort de comprendre ce qui se passe, de pointer du doigt ce qui est la cause de tout cela. Réaliser que l’antisionisme est le seul et unique lien direct avec ces violences. Ça n’est pas simple, il y aura des oppositions, surtout à gauche, mais si vous voulez vraiment lutter contre l’antisémitisme et pas simplement déclarer être contre, ça sera l’effort nécessaire. En êtes-vous réellement prêts ?

Notre justice se fait berner par l’antisionisme

MinistereDeLInjustice

Ces derniers jours j’ai lu qu’un maire communiste de banlieue parisienne par clientélisme incitait à l’antisionisme et maintenant que le maire de Sarcelles – pour avoir assimilé les manifestations antisionistes de 2014 de sa ville et leur instigateur à de l’antisémitisme – est condamné pour diffamation. Moins médiatisé, mon ami Mathieu Tordjman – défendu par David Koubbi – a été récemment mis en examen pour avoir traité de « jolie antisémite » suite à l’affaire Sauton la « chanteuse » Princesse Érika qui collectionne les positions provocatrices (soutien affiché à Dieudonné, à Olivier Sauton et à tous les antisionistes notoires).

Quel est donc ce bug qui frappe notre justice ? Les juges sont-ils pour certains contaminés par cette idéologie « vivre-ensembliste » ? Peut-être est-il important d’arrêter de sacraliser la justice et de commencer à regarder de plus près pourquoi elle conduit aujourd’hui à des décisions si aberrantes où elle protège les vrais coupables et accable ceux qui défendent les valeurs de notre pays.

Ce bug s’explique de manière très simple : notre justice se fait berner parce que si elle condamne l’antisémitisme, elle ne sait pas (encore ?) que l’antisionisme est exactement la même chose. Notre justice sait très bien où mène l’antisémitisme, c’est pour cela qu’elle le condamne sévèrement. Qui n’a pas vu ces plaques devant de nombreuses écoles à la mémoires d’enfants juifs déportés et tués dans les camps de la mort ?

Elle n’a cependant pas compris que l’antisionisme mène exactement à la même chose. Elle n’a pas compris qu’Arié (5 ans), Myriam (8 ans) et Gabriel (3 ans) ont été tué à Toulouse pour « venger les enfants palestiniens ». Par antisionisme donc. Elle n’a pas compris que Mirelle et Sarah ont été torturée et tuée en plein Paris pour la même raison. Elle ne la tellement pas compris qu’elle a mis un an à reconnaitre le caractère antisémite du meurtre de Sarah.

J’ai aussi lu qu’un islamiste allait chanter au Bataclan et que c’était de la « liberté d’expression » pour notre Premier Ministre. Il s’agit du même bug. Après plusieurs centaines de morts dans notre pays, ni la justice ni ceux qui nous gouvernent ne comprennent qu’ils se font berner par la même idéologie. D’un côté c’est de la « critique de la politique d’Israël » et de l’autre de la « liberté d’expression ». Et pendant que tout ce beau monde s’attelle avec énergie à défendre la liberté de cette idéologie mortifère, la haine s’installe dans les esprits et lorsqu’elle s’exprime de sa manière la plus violente, nous mourrons.

On peut continuer à regarder tout ça passivement ou on peut s’engager. Combien de fois j’ai croisé des amis qui m’ont dit « bravo pour ton engagement » ? Quelle tristesse. « Mon » engagement… Ça devrait être « NOTRE » engagement à tous. Il faut le dire publiquement, il faut se révolter, il faut réagir ! Il faut arrêter de penser la même chose dans l’ombre parce qu’on a peur : peur de la réaction des autres, peur de se faire remarquer, peur de se faire cibler par un excité, peur que ça nous porte préjudice dans notre carrière professionnelle, etc.

Si chacun reste dans son petit confort se pensant à l’abris, c’est depuis Tel Aviv que je regarderai mon pays, la France, sombrer lamentablement. Je plains d’avance mes compatriotes qui n’auront pas cette opportunité… Si au contraire, vous partagez ce que je viens d’écrire alors commencez à agir, partagez le publiquement sur vos réseaux, parlez en autour de vous ! N’ayez plus peur de défendre vos idées !

Ce documentaire sur l’antisémitisme censuré par Arte

Capture d_écran 2017-06-22 à 07.11.26

Cachez cet antisémitisme que je ne saurais voir. Après une grosse polémique en Allemagne et en France, Arte a finalement diffusé hier soir le documentaire : « Les nouveaux visages de l’antisémitisme » qui pointe du doigt clairement le nouvel antisémitisme qui fait des ravages : l’antisémitisme musulman.

La diffusion était à 23h, histoire de faire le moins d’audience possible. Il est néanmoins à présent disponible en replay à cette adresse : http://www.arte.tv/fr/videos/076792-001-A/reprise-du-programme-de-das-erste-autour-du-film-elus-et-exclus

Pourquoi cette censure ?

  1. Parce qu’il révèle, images à l’appui, toute la réalité de ce qui se passe pour les juifs d’Europe dans l’indifférence quasi-générale.
  2. Parce qu’il démontre incontestablement l’antisémitisme qui anime les obsessionnels de la cause palestinienne (BDS, etc.).
  3. Parce qu’il va jusqu’en Israël et dans les territoires palestiniens pour vérifier les arguments portés par ces obsessionnels pour justifier leur antisémitisme antisionisme, et qu’il démontre clairement :
    – que la bande de Gaza n’est pas une prison à ciel ouvert
    – que comparer la situation des palestiniens à celle des juifs pendant la Shoah et parler de génocide palestinien est grotesque et choquant
    – qu’il n’y a pas d’apartheid en Israël,
    – que le boycott des produits israéliens pénalise aussi les palestiniens,
    – que le Hamas est corrompu jusqu’à l’os et détourne les fonds des aides internationnales au détriment de la population palestinienne,
    – que l’ONU (notamment l’UNRWA) est une mascarade (les écoles de l’UNRWA servent de cache d’armes et de zone de lancement de roquettes par le Hamas et l’argent est totalement détourné).
  4. Parce qu’il met au pied du mur nos politiques qui laissent faire en faisant semblant de ne pas réaliser ce qui se passe (gavés de « Pas d’amalgame »).

Si vous avez envie de comprendre pourquoi il y a un exode massif de juifs européens vers Israel, si vous avez envie de comprendre pourquoi un français juif comme moi, français avant tout, se demande tous les jours non pas s’il va devoir quitter la France mais quand est-ce qu’il va falloir la quitter, regardez ce documentaire.

Seule une prise de conscience générale et un rejet massif de cet antisémitisme pourra faire changer les choses. Ça n’est pas un problème de « juifs et d’arabes ». C’est un problème national parce que cette situation ne permet plus aujourd’hui de vivre sereinement en France quand on est juif. Il ne s’agit pas de faire cela par sympathie particulière pour les juifs. Il s’agit de le faire pour préserver notre pays et nos valeurs de liberté.

Autrement un jour pas si lointain, il n’y aura plus de juif en France et en Europe. Et quand nous ne serons plus là, quand nous serons nombreux à faire des petits boulots en Israel, à avoir perdu notre confort et nos vies françaises par nécessité, à avoir accepté un déracinement si fort, nous réaliserons que nous avons au moins eu la chance d’avoir Israel pour nous accueillir et surtout nous penserons alors à vous, nos concitoyens français non juifs, nos proches, nos amis, qui n’avez pas cette chance…

Ce qui se passe aujourd’hui est très réel. La passivité est coupable.

 

*Le documentaire est disponible pour l’instant sur YouTube à cette adresse : https://www.youtube.com/watch?v=oRVxLVUgxdA

 

La défaite des juifs de France

img_1478

Je reviens de la manifestation qui a eu lieu devant l’ambassade d’Israël (pourquoi devant l’ambassade d’ailleurs ?). Cette manifestation avait pour objectif d’affirmer avec force le désaccord de la communauté juive de France concernant la conférence – organisée ce jour à l’initiative de François Hollande – visant à trouver une issue au conflit israélo-palestinien sans la présence d’Israël et de l’Autorité Palestinienne.

Cette conférence n’a aucun intérêt et aucune chance d’aboutir à quoi que ce soit de concret. Après la résolution honteuse votée notamment par la France de François Hollande qui fait du mur de Jerusalem une « colonie » israélienne – et qui en dit long sur le parti pris du gouvernement – comment penser un seul instant qu’Ayrault et son équipe de bras cassés arriveront à résoudre le conflit israélo-palestinien sans israélien et sans palestinien ?! C’est un peu comme si une conférence était organisée pour que les français fassent la paix avec les Daeshois après le vote d’une résolution qui déclare que la Tour Eiffel est une terre d’Islam.

Mais le sujet n’est pas là. Le sujet est d’analyser comment notre communauté s’organise pour garder sa place dans la société française : une place menacée de plus en plus par l’antisionisme – qui n’est autre que de l’antisémitisme autorisé par la loi – d’abord toléré, puis utilisé par nos politiques, surtout de gauche, pour gagner le vote musulman. Comment la communauté juive fait face à ce problème majeur qu’elle semble être seule (hormis quelques amis) à réaliser ?

La communauté juive n’est pas qu’une seule voix. Comme le dit le dicton : 2 juifs, 3 avis.

Il y a ceux qui partent
La majorité d’entre eux sont attachés à la France mais ils ont baissé les bras. Ils n’y croient plus et ils ne se sentent plus chez eux en France. Beaucoup sont partis en Israël. Ils ne sont pas partis par lâcheté. Bien souvent leur niveau de vie baisse drastiquement là bas. Ils sont partis parce que pour eux : il n’y a plus d’espoir pour les juifs de France et ils ne veulent pas que leurs enfants grandissent dans ce climat de haine. Ils ne se sentent plus en sécurité en France malgré l’armée et la police devant leurs synagogues et leurs lieux culturels.

Il y a ceux qui rejoignent des associations/organisations
Ceux là sont volontaires et combatifs mais de moins en moins nombreux et éparpillés dans une multitudes d’organisations qui font toutes la même chose et tiennent peu ou prou le même discours. Bien souvent les membres sont là parce qu’ils ressentent le besoin de faire quelque chose mais ils se lassent vite face à l’inefficacité des actions et la perte de temps que cela représente au détriment de leur famille et de leurs amis. Incapables de s’organiser, plus préoccupées par des luttes de petits chefs et la concurrence entre elles, ces associations rassemblent au maximum quelques centaines de personnes – âgées de 50/60 ans majoritairement – dans les manifestations.

Le cas du CRIF
Le CRIF est censé représenter les organisations juives de France mais en réalité ne représente pas grand chose d’autre que lui même. Ce qui n’est pas toujours un mal ! Elle est la seule organisation juive capable de déplacer des personnalités politiques de premier plan à ses événements et de mener des actions d’envergure. Son discours lissé, lissé et re-lissé pour qu’il passe partout détourne beaucoup de juifs qui ne se sentent plus représentés par cette organisation.

D’une manière générale, le combat communautaire a peu de chance d’aboutir à quoi que ce soit : les juifs représentent moins d’1% de la population française.

Il y a ceux qui ne veulent pas voir
La majorité des juifs de France sont dans ce cas. C’est probablement le plus simple : ne pas voir ou voir le moins possible. C’est moins anxiogène. Malheureusement la réalité les rattrape souvent. Jusqu’à quand pourront-ils regarder ailleurs ?

Il y a ceux qui s’auto-flagellent / les juifs honteux
Ont-ils besoin d’une description ? La détestation de soi relève de la psychiatrie.

Quel constat pour la communauté juive de France ?

– Elle n’a pas su empêcher le BDS et assimilés de faire leur place et de décomplexer l’antisionisme et donc l’antisémitisme
– Elle n’est plus mobilisée et peu organisée. Lorsqu’elle manifeste pour se faire entendre, elle ne rassemble que quelques centaines de personnes et très peu de jeunes.
– Lorsqu’il y a des manifestations pro-Gaza, elle rase les murs (et on comprend pourquoi !)
– Elle ne croit plus que les choses peuvent changer.

Les juifs perdent petit à petit leur place dans la communauté nationale.

La communauté juive de France a perdu.

Tu es juif ou tu es français ?

drapeau

Tu es d’abord français ou d’abord juif ? Pourquoi es-tu si passionné lorsque l’on parle d’Israël ? Juif, ça n’est pas une nationalité, non ?

Toutes ces questions, je les ai entendues dans tous les sens. Je peux concevoir qu’il n’est pas évident parfois, pour mes compatriotes non juifs, de faire la part des choses.

La réponse commence par une réponse simple : un français juif est d’abord français. Même s’il vous soutient parfois le contraire, il se trompe. Où qu’il aille dans le monde ailleurs qu’en France, il ne se sentira pas chez lui et il ne sera d’ailleurs pas considéré autrement que français. Sa judéité sera au maximum un détail. Sa culture, son humour, sa manière de vivre, sont français. Même en Israël, il sera toujours « le français ».

Evidemment l’identité d’un individu ne s’arrête pas à sa nationalité. Sa région, sa ville, ses passions, ses origines, etc. composent son identité de la même manière que sa religion.

Mais toi, tu n’es pas religieux, pourquoi tu nous bassines toute la journée avec les juifs ?

Parce qu’on ne me laisse pas le choix.
Parce que quand Merah tue des enfants juifs, il n’y a que 10 000 personnes (et quasiment que des juifs) qui manifestent dans les rues de Paris contre 4 millions pour les attentats de Charlie.
Parce qu’il y a un an dans les rues de ma ville, on criait « mort aux juifs » sans que personne (à part les juifs et quelques politiques jewish-friendly) ne réagisse.
Parce que les salopards comme DIeudonné ou son pote Soral remplissent les salles et ont des centaines de milliers d’adeptes. Parce que le BDS, qui appelle au boycott des produits israéliens en soi-disant solidarité avec les palestiniens, révèle quotidiennement sa haine du juif en généralisant leurs appels au boycott aux artistes juifs (comme le chanteur juif américain Matisyahu) ou aux produits cachers. Ce sont eux qui plantent les graines de l’antisémitisme des quartiers. Ce sont eux qui donnent des idées aux plus fous.

Mais aussi parce qu’encore aujourd’hui toutes les synagogues et tous les lieux qui ont un lien avec le judaïsme ont besoin d’avoir une voiture de police en permanence et parce que des soldats armés jusqu’au dents doivent rester devant nos écoles jours et nuits pour que l’on puisse simplement vivre sans se faire canarder par un terroriste islamiste. Je refuse que ce quotidien finisse par devenir normal.

Parce qu’il ne peut pas y avoir un seul post sur Internet où l’on parle d’un artiste juif, d’une personnalité juive ou de n’importe quoi en rapport avec Israël ou les juifs sans qu’il y ait un déferlement de commentaires antisémites. Je vous mets au défi de trouver UN SEUL post d’un journal (Huff Post, Libé, le Figaro, BFM, etc.) qui me donne tort. 

En écrivant tout ça, j’espère faire réagir non pas seulement les juifs acquis à ma « cause » mais mes compatriotes non-juifs : musulmans, catholiques, protestants, orthodoxes, boudhistes, athées, etc. On a besoin de vous. On a besoin que vous rejetiez en bloc tout cela avec autant de fermeté que celle dont on a fait preuve lorsque l’on défendait notre liberté d’expression.

Pourquoi cet attachement si passionné à Israël, ça n’est pas ton pays ?

D’abord parce qu’Israël est la terre de mes ancêtres, la terre du peuple juif depuis le début, la terre où lorsque tu creuses n’importe où tu trouves des vestiges de plusieurs milliers d’années qui racontent notre histoire.

Aussi pour ce que ce pays représente. Tous ces juifs persécutés, comme l’ont été mes grands-parents et arrières grands-parents, depuis des siècles en Europe ou dans les pays du Golfe, qui se sont réfugiés sur la terre de leurs ancêtres pour fonder cet Etat où ils sont enfin à nouveau chez eux (la définition du sionisme) est quelque chose de bouleversant. Tout le chemin parcouru depuis. Tout ce que ce pays a pu accomplir en si peu de temps.

Egoïstement aussi je dois l’avouer, même si je suis français avant tout, je ne suis pas tranquille et je ne suis pas tranquille pour ma famille. Israël c’est aussi notre plan B. Le plan B de tous les juifs d’Europe et du reste du monde.

En attendant, je vais continuer à me battre pour que l’on reste sur le plan A… J’en profite pour demander à Madame Hidalgo de corriger les agendas distribués par la mairie de Paris aux élèves du CM2 où Israël à été rayé de la carte, remplacé par la Palestine (il n’existe pas encore d’Etat Palestinien, mais une Autorité Palestinienne, par contre, jusqu’à preuve du contraire Israël existe).

Non tu n’es pas antisioniste, tu es antisémite

Capture d’écran 2015-08-09 à 13.47.30

Devant la haine que je vois s’étendre autour de l’événement #TelAvivSurSeine, il est plus qu’urgent de remettre les pendules à l’heure.

Alors NON, tu n’es pas antisioniste, tu n’es qu’un antisémite de la pire espèce. Laisse moi t’expliquer pourquoi…

D’abord, commençons par la base. Un sioniste, qu’est-ce que c’est ?

Un sioniste est un individu qui désire ou soutient la création d’un Etat juif en terre d’Israël qui serait, dans le futur, l’Etat du peuple juif.

Donc être sioniste aujourd’hui, c’est soutenir l’existence d’Israël puisqu’Israël existe déjà. Par conséquent , être antisioniste c’est donc être pour la destruction de l’état d’Israël.

Le conflit israélo-palestinien vu à travers la propagande du BDS, de l’extrême gauche et consorts : Foyer de ton antisémitisme.

Les arguments La propagande des « antisionistes » :
– Israël est un état d’apartheid
– Israël est un état colonisateur
– Israël est un état criminel qui tue surtout des enfants

De manière très factuelle, voici pourquoi ces arguments ne sont que de la propagande qui visent à attiser la haine.

Pourquoi Israël n’est pas un état d’apartheid :

1) Les citoyens israéliens, qu’ils soient musulmans, juifs, chrétiens, ou athées sont égaux. Ils ont le droit de vote et d’éligibilité. Par exemple, les députés arabes israéliens forment le troisième parti du parlement.
2) L’arabe et l’hébreu sont les deux langues officielles d’israël. Par exemple, les notices des médicaments, les documents administratifs ou les panneaux routiers sont écrits dans les 2 langues.
3) Egalité des chances : L’un des 3 juges permanents de la Cour Suprême israélienne est arabe, Salim Jubran. Un arabe druze, le Colonel Ghassam Alian, a été nommé au commandement d’une brigade d’élite. Une arabe israélienne, Rana Raslan, a été élue Miss Israël en 1999.

Pourquoi Israël n’est pas un état colonisateur :

Sur le plan historique :
Comment les israéliens ont-il pu coloniser un pays qui n’existait pas ? (citation du site Ces Goys qui défendent Israël)
http://www.cesgoysquidefendentisrael.com/mechants-sionistes-voleurs-detat-palestinien/
« -Avant Israël, il y avait le Mandat Britannique en Palestine, pas un Etat Palestinien.
-Avant le Mandat Britannique en Palestine, il y avait l’Empire Ottoman turc et musulman, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Ottoman, il y avait l’état islamique des Mamelouks d’Egypte, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’état islamique des Mamelouks d’Egypte, il y avait l’Empire Ayyoubide arabo-kurde, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Ayyoubide, il y avait le Royaume de Jérusalem franc et chrétien, pas un Etat Palestinien.
-Avant le Royaume de Jérusalem, il y avait l’Empire Ommeyyade puis Fatimide, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Ommeyyade puis Fatimide, il y avait l’Empire Byzantin, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Byzantin, il y avait l’Empire Sassanide, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Sassanide, il y avait l’Empire Byzantin, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Byzantin, il y avait l’Empire Romain, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Romain, il y avait l’état Hasmonéen, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Etat Hasmonéen, il y avait l’Empire Séleucide, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Séleucide, il y avait l’Empire Macédonien d’Alexandre le Grand, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Macédonien, il y avait l’Empire Perse, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Perse, il y avait l’Empire Babylonien, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Babylonien, il y avait les Royaumes d’Israël et de Juda, pas un Etat Palestinien.
-Avant les Royaumes d’Israël et de Juda, il y avait le Royaume d’Israël, pas un Etat Palestinien.
-Avant le Royaume d’Israël, il y avait la théocratie des douze tribus d’Israël, pas un Etat Palestinien.
-Avant la théocratie des douze tribus d’Israël, il y avait un conglomérat de cités-royaumes cananéens indépendants, pas un Etat Palestinien.

En fait, sur ce bout de terre, il y a à peu près tout eu, sauf un Etat Palestinien.Donc, rappelez-moi comment les sionistes ont pu « voler » quelque chose qui n’a jamais existé?

Pug »

Merci Pug !

Au delà de la considération historique, sur le plan de la légitimité :
En novembre 1947, l’ONU approuve un plan de partage. Connaissez-vous des états colonisateurs qui peuvent coloniser avec l’aval de l’ONU ?

Et dire tout cela n’enlève en rien la légitimité d’un partage des terres avec les palestiniens ou ne remet en cause l’autorité palestinienne. Mais il est important de souligner que la conscience nationale palestinienne est postérieure à la création de l’état d’Israël.

On peut aussi préciser qu’environ 70% de la Palestine est l’actuelle Jordanie, ce qui ne semble poser de problème à personne. Personne n’a jamais traité les jordaniens de colonisateurs.

Pourquoi Israël n’est pas un état criminel/terroriste qui tue des enfants :

Israël n’a jamais visé délibérément des civils. Point. L’année dernière, le hamas a par contre lancé des milliers de roquettes à l’aveugle sur des civils. Il y a eu peu de victimes côté israélien grâce au dôme de fer. Les israéliens peuvent donc se réjouir de vivre dans un état qui les protège.

Malheureusement, lorsqu’il y a des représailles israéliennes aux tirs de roquettes à partir de zones où il y a de nombreux civils (spécialité du hamas pour gagner sa guerre de la communication et rattacher à sa cause le monde musulman), il y a des pertes civils. C’est tragique et c’est d’ailleurs la tragédie du peuple palestinien.

Récemment, lorsqu’un terroriste juif (un terroriste, pas l’état d’Israel, hein !) a tué un bébé palestinien, c’est tous les israéliens et même les juifs du monde qui se sont exprimés et soulevés pour condamner l’horreur. Contrairement aux palestiniens il n’y a pas eu des manifestations de joie dans les rues de Tel Aviv ou Jerusalem comme c’est le cas à Gaza ou Ramallah lorsqu’il y a un attentat palestinien. Il y a eu des manifestations partout en Israël pour rejeter en bloc l’horreur. Et tu peux me croire, il n’y aura aucune école ou aucune rue qui portera le nom des terroristes comme c’est le cas à Gaza. On ne glorifie pas le terrorisme, on le rejette, on le gerbe, on le marginalise.

L’importation du conflit en France pour justifier ta haine des juifs

On peut discuter du conflit israélo-palestinien. D’ailleurs tes commentaires, à partir du moment où tu apportes des arguments construits pour contrer les miens sont les bienvenus. Mais la réalité c’est que le sort des palestiniens, en vrai, tu t’en tapes. Quand il y en a plusieurs milliers qui se font massacrer par Daesh en Syrie, on ne t’entend pas.

Et pour tout te dire, ça va te faire mal, mais les israéliens prennent plus soin des palestiniens que toi. Ils sont plus de 200 000 chaque année à se faire soigner en Israël. L’année dernière, la fille et la mère d’Ismael Haniyeh, le leader du Hamas, se sont fais soigner en Israel ! Il y en a plus de 100 000 qui travaillent en Israël. 81 % des exportations palestiniennes vont en Israël. Et oui tu m’as bien lu, les israéliens que tu veux boycotter sont ceux qui achètent le plus de produits palestiniens, on peut même dire qu’ils font marcher leur économie ! Et toi tu sers à quoi ?

En réalité tu n’es présent que pour déverser ta haine. Alors pourquoi tant de haine à cause d’un conflit lointain que, force est de constater, tu ne maitrises pas ?

Si c’est la région du Moyen-Orient qui te passionne, sache qu’il y a des conflits bien plus meurtriers dans le coin mais qui apparemment te dérangent moins :

11412292_10153002048522689_4573614140639283612_n

Bon tu peux l’admettre maintenant ? C’est le juif, le sale youpin que tu détestes, hein ? Allez dis le putain !

Ah mais non ! Tu as peur ? T’as pas envie d’aller en prison ? Tu as compris qu’être antisémite c’est un délit alors voilà, t’as trouvé ton mot « Sioniste », ce mot que tu utilises en substitution au mot juif pour rester dans un cadre légal. Mais tu crois tromper qui exactement ?

Quelques exemple des groupes que tu fréquentes et du genre de publications que tu likes.

Si il te reste encore quelques doute sur ta réelle motivation, voilà les groupes que tu fréquentes et le genre de publications que tu likes. Tu n’es qu’une merde d’antisémite.

Capture d’écran 2015-08-09 à 10.42.19Capture d’écran 2015-08-09 à 10.43.04Capture d’écran 2015-08-09 à 10.46.19Capture d’écran 2015-08-09 à 11.00.13Capture d’écran 2015-08-09 à 11.16.42Capture d’écran 2015-08-09 à 11.18.44Capture d’écran 2015-08-09 à 11.19.57Capture d’écran 2015-08-09 à 11.21.59

Capture d’écran 2015-08-09 à 13.30.18

Capture d’écran 2015-08-09 à 13.26.09