Ce terrorisme « peer to peer » que l’on laisse proliférer

Capture d’écran 2016-06-13 à 10.13.25

« Maman, je t’aime. » « Il arrive. Je vais mourrir ». Ce sont les derniers mots d’Eddie à sa mère. Comme 48 autres personnes, Eddie est mort dans la nuit de samedi à dimanche à Orlando parce qu’il était homosexuel.

Penser qu’Eddie est uniquement une victime de plus de l’islamisme est une erreur fondamentale de jugement. Eddie est mort parce qu’on a laissé la haine s’exprimer et proliférer. Le terroriste, Omar Seddique, est un produit de la propagande haineuse des islamistes que nos dirigeants (des pays occidentaux) n’ont pas le cran de faire taire. Cette propagande se transmet dans la rue, dans les mosquées, ou sur les réseaux sociaux. Plus besoin de partir en Syrie, ce terrorisme se télécharge. C’est du terrorisme peer-to-peer.

Il suffit de regarder sur YouTube où l’on peut trouver notamment des discours du « Docteur » Farrokh Sekaleshfar, prédicateur islamiste récemment invité dans une mosquée d’Orlando. On trouve notamment un discours qu’il a tenu à l’Université du Michigan datant d’avril 2013 où il appelle clairement au meurtre d’homosexuels. En 3 ans ce sont 21 891 personnes qui ont regardé ce discours d’1h 21 minutes. En 3 ans, ni YouTube ni le gouvernement américain de Barack Obama n’a jugé utile de faire taire Farrokh Sekaleshfar. Ils sont aussi responsables de tous ces morts.

Et ce ne sont pas les seuls :

On a laissé parler le BDS, il y a eu Merah et Coulibaly qui voulaient « venger les enfants palestiniens » en tuant des français juifs. Pourtant le BDS s’exprime encore sur la place publique, tous les jours.

On a laissé parler les tarés comme Ramadan, Dieudonné, ou encore les prédicateurs cinglés que l’on retrouve à l’UOIF, il y a eu Charlie Hebdo et le 13 novembre. Pourtant ces tarés peuvent encore s’exprimer ou organiser leurs rassemblements en toute liberté (ou presque…).

Il n’y a ni tolérance à avoir ni « liberté d’expression » à considérer face à ces discours de haine.

Il semblerait que les politiques, de droite, de gauche ou du centre de la majorité des pays occidentaux aient du mal à prendre les décisions qui s’imposent et a réagir – pour de vrai, pas juste dans les discours ! – avec la plus grande fermeté.

Que leur faut-il de plus pour qu’ils changent d’attitude ? Que faut-il faire pour qu’ils agissent sans appréhension électorale mais d’abord dans l’interêt collectif ? Allons nous vraiment devoir être gouvernés par des vrais fachos pour que cela change ?

Nightclub Shooting Florida

Mina Justice shows a text message she received from her son Eddie Justice at Pulse nightclub during a fatal shooting in Orlando, Fla., Sunday, June 12, 2016. Justice hasn’t heard from her son since the messages. (Courtesy of Mina Justice via AP)

Pour le journal Marianne, il n’y a pas d’attaque terroriste en Israël

Capture d’écran 2016-03-25 à 01.06.46

Le journal Marianne vient de publier une carte interactive qui recense les attaques terroristes perpétrés dans le monde depuis janvier 2015… À un détail près : celles qui ont eu lieu en Israël n’apparaissent pas.

Rien que sur les 6 derniers mois, il y a pourtant eu 199 attaques au couteau, 80 attaques à l’arme à feu, et 41 attaques à la voiture bélier pour un lourd bilan de 35 tués et 391 blessés.

Qu’Abdallah Soidri, le “journaliste” auteur de l’article, passe quelques temps à réfléchir sur ces photos :

yotam

Yotam Sitbon, 18 mois, amputé de la jambe après avoir été percuté par une voiture bélier à Jérusalem le 14 décembre 2015 

67302090991470640360no

Alon Bakal, 26 ans, tué dans une attaque terroriste à l’arme automatique à Tel Aviv le 1er janvier 2016

Hadar-Buchris-640x480

Hadar Buchris, 21 ans, assassinée dans une attaque terroriste au couteau à Gush Etzion le 22 novembre 2015

tumblr_o48clyrPr51r29p1do2_r1_500

Ofir Bat-Einat Kimmel, 20 ans, dans un état grave après une attaque terroriste au couteau le 17 mars 2016

f140802idf99

Eliav Gelman, 31 ans, tué par un tir ami lors d’une attaque terroriste au couteau à Gush Etzion le 24 février 2016

Et maintenant est-ce qu’Abdallah Soidri peut nous explique la différence entre ces deux photos ?

Capture d’écran 2016-03-25 à 07.55.25
Recueillement devant la terrasse d’un restaurant de Tel Aviv après l’attentat à la Kalashnikov du 1er janvier 2016 / Recueillement devant la terrasse d’un restaurant parisien après l’attentat à la Kalashnikov du 13 novembre 2015

Nous connaissions les négationnistes qui réinventaient l’Histoire. Nous avons maintenant les antisionistes qui réinventent aussi le présent.

Tous les moyens sont bons pour servir leur seule et unique cause : répandre la haine d’Israël.

Après tout, lors de l’intervention du Président François Hollande, après les attentats de novembre aux Invalides, lui aussi avait oublié – lorsqu’il a mentionné les autres attentats dans son discours – de citer Israël. Et d’ailleurs après l’attentat de Tel Aviv en janvier, il n’y a eu aucune condamnation de la part de l’Elysée ou de Matignon.

La France a pourtant ce réflexe naturel de citer les victimes françaises dès qu’un attentat est perpétré n’importe où dans le monde. Le petit Yotam qui est français n’a pas eu cet honneur et il n’est pas le seul. Ne pas considérer les victimes israéliennes est certainement une manière d’obtenir la paix sociale. Ne les énervons pas, on ne voudrait surtout pas revivre la pseudo guerre civile de l’été 2014 à Paris…

Avec les réseaux sociaux, nous avons la possibilité et même le devoir d’établir la vérité. Partagez cet article au plus grand nombre. Mettons Abdallah Soidri, le journal Marianne et nos représentants face à leurs responsabilités.

Tu préfères défendre ta vie ou ta liberté ?

il_570xN.440232167_bpke

Pourquoi le port de la kippa fait-il une polémique nationale ? Parce que ce débat illustre un combat dans lequel nous, français, nous trouvons tous : la défense de notre liberté.

Le dilemme dans lequel sont les juifs aujourd’hui est celui de tous les français depuis Charlie Hebdo : vaut-il mieux défendre sa vie ou sa liberté ? Les caricaturistes de Charlie ont refusé de renoncer à leur liberté. Ils en sont morts.

Après les attentats de l’école juive de Toulouse, de l’HyperCacher et les agressions antisémites répétées de juifs par des terroristes en herbe appelés à tort des « déséquilibrés », être un juif identifiable met en danger sa vie. C’est une réalité.

Depuis le 13 novembre, qui n’a pas une appréhension avant d’aller dans un centre commercial, à un spectacle, ou dans un restaurant très fréquenté ? Qui n’a pas peur de payer de sa vie, sa liberté ?

Peut-on reprocher au Président du Consistoire de Marseille, Zvi Ammar de demander à sa communauté de ne plus porter la kippa pour ne pas mettre leur vie en danger ?

Peut-on reprocher au Président du CRIF Roger Cuckierman de dire que d’abandonner la liberté de « ne plus porter la kippa c’est donner la victoire aux jihadistes » ?

Ils ont tous les deux raison.

Choisir entre sa vie ou sa liberté est un choix de Sophie.

Le seul tort que l’on peut avoir c’est de refuser de pointer du doigt le réel coupable de cette liberté menacée : l’islamisme radical. Tant que nous aurons peur de dire les choses pour ne pas être taxés d’islamophobes ou de racistes, nous ne pourrons pas les combattre et nous nous enfoncerons.

Tel-Aviv / Paris : Les assassins sont les mêmes

TelAvivParis

Qui peut faire la différence entre la souffrance de Tel Aviv et celle de Paris ?

Dans les deux villes, l’idéologie mortifère qui anime les bourreaux responsables de ces massacres a un nom : le fanatisme islamiste.

Depuis plusieurs mois, Israël est victime d’attentats terroristes au couteau, à la voiture bélier et maintenant à l’arme automatique. Un lourd bilan d’une trentaine de morts et de plus d’une centaine de blessés depuis le mois d’octobre.

Alors que cette nouvelle forme de guerre lâche et barbare nous concerne tous, les réactions de solidarité sont très rares lorsque les victimes sont israéliennes. Pas une réaction du Premier Ministre, du Président de la République ou de la grande majorité de la classe politique française.

Lors des attentats qui ont ensanglantés Paris, des réactions de solidarité immédiates et spontanées avaient pourtant eu lieu dans plusieurs villes israéliennes et en particulier à Tel Aviv…

Est-ce utopique ou naïf de penser que l’islamisme ne doit faire l’objet d’aucune tolérance, où qu’il soit ? Ne rien dire, n’exprimer aucune solidarité sur ces derniers événements, c’est quelque part considérer que lorsque les victimes sont israéliennes, on peut justifier l’injustifiable.

La solidarité sélective

hadar2

Hadar Buchris, 21 ans, assassinée par un terroriste le 22 novembre 2015 en Israël

Depuis les attentats du 13 novembre, tout le monde a réalisé que « nous étions tous visés ». Comme dirait Marty McFly : « mieux vaut tard que jamais » !

Depuis, lorsque le terrorisme islamiste frappe un peu partout dans le monde : au Mali, au Nigéria, en Tunisie, ou même lorsqu’il y a des risques en Belgique, tout le monde est solidaire. Tant mieux ! (et je dis tant mieux, parce qu’il y a encore quelques mois, comme je l’écrivais ici après l’attentat dans une université au Kenya, ça n’était pas le cas).

hommages

Hommages de la mairie de Paris suite aux attentats de Tunis (à gauche) et minute de silence à l’Assemblée Nationale suite aux attentats au Mali (à droite)

Pour une raison obscure, lorsque ce même terrorisme frappe à l’aveugle sur des victimes non moins innocentes que les autres mais que ça se passe en Israël, c’est l’indifférence générale. Pas de « Je suis Israël » ou de témoignage de solidarité, pas d’articles en Une, pas d’hommages. Pourquoi ?

Est-ce qu’exprimer sa solidarité envers les israéliens est quelque chose d’honteux, de tabou ou de difficile à assumer publiquement ?

Est-ce que la désinformation acharnée depuis des années a fini par insérer dans tous les esprits qu’Israël – dont la création a été approuvée par l’ONU – n’est pas un pays légitime et donc par conséquent que ceux qui y vivent « méritent » de mourir ?

Depuis 3 mois, il y a eu 23 tués en Israël et 200 blessés. Poignardées dans le coeur, poignardées dans la tête, percutées par des voitures bélier, abattues, ces victimes étaient toutes innocentes, elles ont toutes été visées aveuglément comme à Paris.

Je ressens la même injustice et la même tristesse quand je lis l’histoire de la jeune et jolie Hadar, 21 ans, qui est morte le 22 novembre, poignardée par un terroriste dans la tête, alors qu’elle parlait à une copine sur WhatsApp en attendant le bus que quand je lis l’histoire de la jeune et jolie Lola, 17 ans, assassinée le 13 novembre par un terroriste au Bataclan pendant un concert.

Le terrorisme islamiste nous vise tous aveuglément. Que le groupe terroriste s’appelle Etat Islamique / Daech, Fatah, Hamas, Hezbollah, Boko Haram, Al-Qaïda, Jihad Islamique ou Al-Nosra, l’idéologie est la même : l’islamisme radical. Les 70 vierges, les martyrs, les cris « Allah ou akbar », c’est la même histoire, la même logique.
Nous devons faire bloc et cesser de trouver des justifications à l’injustifiable.

Le « pas d’amalgame »

11222624_10153933172205934_794008640421137609_n

Après un attentat, je me demande toujours qui va être le premier à dégainer le « pas d’amalgame » ou le « l’Islam est une religion de paix » ou encore le « les musulmans sont les premières victimes » et quand ça arrive, sincèrement je suis très agacé. Et pourtant il ne faut PAS faire d’amalgame et les musulmans sont évidemment victimes de la montée d’un racisme aveugle anti-musulman qui suit ces attentats, alors pourquoi cet agacement ?

En fait ce qui me pose problème dans ces phrases c’est qu’elles sont contre-productives. Elles renforcent la fracture. Elles contournent le réel problème : la radicalisation croissante. Elles empêchent aux musulmans toute prise de conscience collective ou toute autocritique.

Quand j’entends Mélenchon ou d’autres bien-pensants de gauche ou d’extrême gauche dire que « l’Islam n’a rien à voir avec ça » alors que la quasi totalité des actes terroristes dans le monde sont commis au nom de l’Islam – ça n’est pas une opinion, c’est un fait – je me dis qu’il y a un sérieux problème !

Comme le dit Abdennour Bidar dans sa lettre ouverte au monde musulman en parlant de l’Islam : « Les racines de ce mal qui te vole aujourd’hui ton visage sont en toi-même, le monstre est sorti de ton propre ventre, le cancer est dans ton propre corps. Et de ton ventre malade, il sortira dans le futur autant de nouveaux monstres – pires encore que celui-ci – aussi longtemps que tu refuseras de regarder cette vérité en face, aussi longtemps que tu tarderas à l’admettre et à attaquer enfin cette racine du mal ! »

Le Coran est le même pour tous les musulmans, s’il y a des problèmes d’interprétations, c’est le job des imams – et ça devrait même être leur priorité – de faire en sorte qu’il en soit autrement.

Depuis les attentats, j’ai lu énormément de réactions de français musulmans qui dénonçaient la radicalisation, certains sont croyants voire même imams, d’autres sont athées. Au lieu de répéter pour faire bien – alors qu’on en sait strictement rien – que l’Islam ne prône que l’amour et la paix, que tous les musulmans sont extraordinaires et que ceux qui ne le sont pas « ne sont pas de vrais musulmans », pouvons nous plutôt mettre en avant sur les plateaux télé ceux qui dénoncent – parfois en prenant des risques – et qui ont une chance de faire avancer les choses ? Je serais toujours là pour défendre les musulmans face au racisme, mais s’il y a une lutte à faire contre l’amalgame, elle doit être faite uniquement au niveau des hommes qui le méritent, et certainement pas de la religion.

—————————————–

Voilà les réactions qu’il faut encourager :

Celle de Nabi Nabou :

Alors ce soir pour la premiere et LA dernière fois je vais exprimer le fond de ma pensée concernant cet idéalisme extré…

Posté par Nabi Nabou sur samedi 14 novembre 2015

Celle d’un jeune chirurgien :
Messages aux petites p**** de Daesh qui se font exploser:
Moi aussi je suis fils d’immigré et j’ai grandi dans un quartier. La même galère.
Sauf que mon camp d’entraînement c’était pas en Syrie, c’était en France. L’éducation, les études, la bonne humeur, les copains juifs, chrétiens et athées. Venez vous la mettre sur mon terrain, c’est pas aussi facile que de canarder des gens à la fenêtre d’un gamos.
Je suis chirurgien, vous êtes des anonymes dans une tombe.

Celle de Zineb El Rhazoui :
http://rmc.bfmtv.com/emission/zineb-el-rhazoui-sur-rmc-il-faudrait-arreter-d-accepter-que-ces-pleurnichards-de-la-stigmatisation-nous-imposent-leur-standard-930343.html

Celle de Waleed Al-Husseini :
http://la-voie-de-la-raison.blogspot.com/2015/11/paris13nov.html

Celle de Boualem Sansal :
http://www.lefigaro.fr/livres/2015/11/15/03005-20151115ARTFIG00067-boualem-sansal-la-france-laique-adversaire-majeur-des-islamistes.php

Celle de Tareq Oubrou, imam de Bordeaux :
http://www.lejdd.fr/Societe/L-imam-de-Bordeaux-Les-musulmans-doivent-se-manifester-pour-dire-stop-759759

Celle de Jeannette Bougrab en mai dernier :
http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/05/23/31001-20150523ARTFIG00081-jeannette-bougrab-la-france-est-toujours-aussi-aveugle-face-au-peril-islamiste.php