Peut-on éviter la guerre civile en faisant croire qu’il n’y a que des déséquilibrés ?

Il n’a échappé à personne que le nombre d’actes terroristes s’est intensifié en Europe ces dernières semaines. Il y en a eu 10 sur le seul mois d’août. 5 reconnus par nos représentants et par la presse et 5 autres étouffés parce qu’ils auraient été commis non pas par des terroristes mais par des « déséquilibrés ».

• 18 Août : Finlande – Turku : 2 morts, 6 blessés
• 17 Aout : Espagne – Barcelone : 15 morts, 130 blessés
• 17 Aout : Espagne – Cambrils : 1 mort, 6 blessés
• 16 Aout : Espagne – Alcanar : 1 mort, 6 blessés
• 9 Aout : France – Levallois : 6 blessés

Et en ajoutant ceux commis par des « déséquilibrés » :

• 25 Aout : France – Créteil : un migrant afghan tente de s’emparer de l’arme d’un policier mais « C’est sans doute un déséquilibré, il ne semble pas avoir toute sa tête », glisse un enquêteur.
• 23 Aout : France – Lyon : un homme sans nom tente d’étrangler une femme soldat mais « Les forces de l’ordre ont trouvé des ordonnances médicales dans ses poches. »
• 21 Aout : France – Marseille : Un homme fonce avec une fourgonnette volée sur 2 abris-bus faisant 1 mort et un blessé grave mais il avait un papier d’hôpital psychiatrique dans sa fourgonnette donc c’est un déséquilibré sans aucun doute !
• 21 Aout : France – Paris : Un homme fonce avec sa voiture sur une patrouille de police en criant « Allah Akbar » mais pour le parquet, on ne peut pas parler d’un acte « délibéré » visant à foncer en direction de policiers.
L’homme a été interpellé après la collision. Le parquet précise qu’il écoutait « à un très fort volume » des sourates du Coran, en arabe, sur son autoradio, mais qu’elles « ne présentaient pas un caractère jihadiste ». Encore un déséquilibré donc. L’homme a été immédiatement interné.
• 16 Aout : France – Sept Sorts : Un homme fonce avec sa voiture sur la terrasse d’une pizzeria tuant une jeune fille de 13 ans et blessant 13 personnes donc 5 grièvement. Aucun doute pour les enquêteur, il voulait se suicider avec une BMW remplie d’airbag en fonçant sur une terrasse bondée, c’est un déséquilibré.

On se souvient en avril de l’assassinat de Sarah Halimi par un terroriste qui l’a tabassé pendant une heure en récitant des phrase du Coran puis qui l’a défenestrée en criant « Allah Akbar » : « un déséquilibré » donc personne n’en a parlé.

On se souvient aussi déjà en 2014 de l’attentat de Dijon qui n’en était pas un puisque le terroriste était en fait un déséquilibré qui a crié Allah Akbar « plus pour se donner du courage que par revendication religieuse » d’après le procureur de Dijon.

Qu’il y ait un déséquilibré qui singe les pratiques des terroristes une fois, pourquoi pas ? Mais quasiment tous les jours et depuis des années, avec des explications plus grotesques les unes que les autres, personne n’y crois plus.

Alors pourquoi s’entêter à nous faire prendre des vessies pour des lanternes ?

La raison est simple. Le gouvernement (et même les gouvernements successifs) a peur d’une seule chose, encore plus que des attentats terroristes : la guerre civile.

Ils ont raison sur un point. Nous pouvons basculer à tout moment dans une guerre civile. Ca n’est qu’une question de temps :

1. Les attentats vont continuer de s’intensifier

2. Nous allons monter dans l’horreur. L’EI a appelé récemment au kidnapping et à l’assassinat d’enfants.

3. S’ils y parviennent, les fortes doses de « pas d’amalgame », « c’est un déséquilibré » et de « vivre ensemble » ne suffiront plus à contenir les plus excédés

4. Les plus violents voudront se venger sur des musulmans comme nous avons pu le voir en Angleterre après l’attentat de Manchester. Ils viseront donc des innocents par soif de vengeance, feront des victimes et déclencheront la colère des banlieues qui deviendront incontrôlables et iront se venger à leur tour sur d’autres innocents.

5. Nous entrerons dans une guerre civile que notre armée et nos CRS auront bien du mal à contenir.

Alors il est facile de comprendre pourquoi ils préfèrent étouffer les attentats qu’ils peuvent étouffer. La conséquence est évidente : le traitement de l’information n’est pas du tout le même lorsque l’attentat est attribué à un déséquilibré. On n’en parle quasiment pas quand il n’y a pas de victime et on n’en parle plus très rapidement quand il y en a.

Mais combien de temps parviendront-ils encore à « calmer » les esprits ?

Si le gouvernement ne montre pas qu’il sait à quoi il a affaire et comment il compte le combattre mais qu’au contraire il s’entête à ne jamais le nommer, il ne fait que souffler sur les braises. C’est irresponsable et ça nous conduit, contrairement à ses calculs, tout droit vers cette guerre civile…

Quel destin choisirons nous ?

CTu1NPuUsAAu1fB.jpg-large

Mes chers concitoyens, depuis hier il n’y a plus de doute. Vous l’avez compris, l’islamisme ne cible pas que les caricaturistes  ou les juifs, il nous cible tous. Vous, moi, ceux qui, insouciants, vivaient leur vie de parisien jusqu’à ce que nos ennemis, ceux qui nous font cette guerre que l’on ne veut pas voir, en décident autrement.

Nous savons que ces actes ne sont pas isolés et qu’il y en aura d’autres. Il y a plusieurs milliers de profils fichés S en France. Fermer les frontières ne changera rien. Ils sont déjà là et ils sont même « made in France ». On parle de 5000 personnes hostiles à nos valeurs, à notre République, à ce que nous sommes (certains parlent de 15 000). Hostiles et aussi actives, elles peuvent potentiellement passer à l’acte à tout moment. C’est donc une petite armée de jihadistes qui sommeille en France et même qui progresse…

Pas d’amalgame mais pas de langue de bois

La radicalisation ne doit faire l’objet d’aucune tolérance (cela paraît évident mais ça n’est pas le cas du tout malgré Charlie, malgré Merah, etc.):
– Il est inconcevable que certains imams puissent exprimer en toute impunité des prêches radicaux qui appellent à la haine de l’autre.
– Il est inconcevable que des groupes pro-palestiniens puissent scander librement « des armes pour le jihad » en plein Paris comme ça a été le cas place de la République le mois dernier.
– Il est inconcevable que les musulmans laïcs subissent des pressions dans nos banlieues, que des jeunes femmes musulmanes non pratiquantes et donc non voilées se fassent insulter voire violentées.
– Il est inacceptable que des imams comme Chalghoumi aient besoin d’une protection policière et soient considérés pour des vendus par un grand nombre de leurs coreligionnaires parce qu’ils ont un discours sans appel face à l’islamisme.
– Il est de la responsabilité de chaque français, musulman ou non, de rejeter tout ce qui se rapproche de près ou de loin de l’islam radical. Je pense notamment à l’UOIF pour laquelle certains de mes amis musulmans, peut-être naïvement, participent aux rassemblements. L’UOIF a certes condamné les attentats, comme Rohani et même… Al-Quaïda mais ne soyons pas naïf.

Evidemment, il ne peut pas y avoir d’amalgame ne serait-ce que grâce à des personnalités comme Waleed Al-Husseini, Latifa Ibn Ziaten ou tous les musulmans qui combattent le fanatisme.

Hier nous étions tous visés en tant que français. Les terroristes ne demandaient pas aux victimes de quelle religion elles étaient avant de tirer. Nous devons donc tous être unis contre cet ennemi commun.

Revoir notre copie sur notre jugement d’Israël

Les israéliens sont confrontés depuis des décennies au terrorisme. Le terrorisme palestinien est le même que celui que nous connaissons aujourd’hui en France. L’aspect nationaliste n’est qu’un prétexte face à la communauté internationale mais c’est bien la même idéologie mortifère qui anime ces fous de Dieu. Lutter contre l’Occident, contre les mécréants, contre les juifs, contre les ennemis du vrai Islam. Les 70 vierges, les morts en martyrs, les « Allah ou akbar », c’est la même histoire, la même logique. Sans terrorisme, la paix serait là depuis longtemps. Les civils israéliens qui se font poignarder ou qui se font foncer dedans par des voitures béliers en attendant le bus sont tout autant innocents que les parisiens qui se sont fait assassiner hier soir sur les terrasses de nos restaurants. Il y a une quinzaine d’années, l’attentat dans une discothèque de Tel Aviv n’est pas sans rappeler celui du Bataclan.

Nous pouvons à présent comprendre la politique israélienne organisée et sans complaisance face au terrorisme et même nous devons nous en inspirer (détention administrative, etc.). Notre sécurité doit être la priorité de nos dirigeants comme la sécurité des israéliens est la priorité des leurs.

Deux options, deux destins

L’objectif du terrorisme est de nous empêcher de vivre en paix et de nous monter les uns contre les autres. Si nous continuons les non-dits et la langue de bois, nous ne pourrons jamais faire bloc ensemble face à l’islamisme. Nous laisserons ainsi un boulevard au Front National qui semble être la seule organisation politique à ne pas y aller par quatre chemins.

Combien faudra-t-il encore d’attentats pour que Marine Le Pen dirige la France si nous n’apportons pas une réponse appropriée ?

Nous jouons probablement nos dernières cartes. Si nous échouons, c’est l’extrême droite qui apportera ses réponses. On prendra ainsi le risque d’une répression à l’aveugle qui nous conduira tout droit vers une guerre civile. La France ressemblera alors au Liban des années 80.