Rencontre Abbas – Macron : Lettre ouverte au Président de la République

f1a7b936f8c20376d0264384f99cc72aeb8968ce

Monsieur le Président,

Je dois avouer que je suis ravi que vous ayez été élu. Dès le début de l’année j’ai rejoint, comme d’autres milliers de français, votre mouvement En Marche ! J’ai fait, à mon niveau, campagne pour vous en appelant publiquement à voter Emmanuel Macron sur mon blog et sur tous les canaux de communications que nous avons maintenant tous à notre portée. Et jusque là je n’ai pas été déçu. Je suis même fier de vous avoir soutenu. Vous redonnez déjà – alors que vous n’avez pris que très récemment vos fonctions – un dynamisme à notre pays. En tant que startuper, c’est un bonheur d’avoir un Président qui a une si bonne lecture de notre écosystème, de son importance et des différents leviers à actionner pour que la France puisse devenir une Startup Nation.

Même si je ne suis pas convaincu par la personne que vous avez désignée pour défendre l’égalité entre les hommes et les femmes – après avoir si bien honoré la mémoire de Simone Veil, les récentes déclarations de la Ministre font tâche – à mon sens, vous n’aviez jusque là fait aucun faux pas.

Vous avez reçu hier le Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas. Vous lui avez déclaré « Je sais votre engagement constant en faveur de la non-violence ».

Sachant qu’il s’agit d’un sujet très passionné, je ne vais pas vous dire ce que j’en pense. Je vais simplement vous énoncer quelques faits. Des faits évidemment vérifiables que peut-être certains de vos conseillers ont omis de vous transmettre :

– Abbas a été élu Président de l’Autorité Palestinienne pour 5 ans en 2005 (il y a donc 12 ans). C’est comme si vous faisiez sauter les éléctions de 2022 pour être encore Président en 2029. Les français trouveraient surement cela normal.
– Abbas a déclaré dans un discours le 16 septembre 2015 (lien vidéo) : « Nous saluons chaque goutte de sang versé pour la cause de Jérusalem. ». Assurément un appel à la non-violence…
L’Autorité Palestinienne (dont Abbas est le Président) consacre 7% de son budget (budget provenant largement des aides européennes) à récompenser les terroristes et leurs familles. C’est pour Abbas « une obligation sociale inscrite dans la loi ». Encore une fois, surement un appel à la non-violence.
– Les terroristes palestiniens sont glorifiés. De nombreuses rues et même des écoles dans les territoires palestiniens sont appelées par leurs noms pour les honorer comme le terroriste Halabi qui a tué 2 hommes à Jerusalem, blessé la femme de l’un d’entre eux et leur fils de 3 ans, qui a maintenant une rue à son nom dans la ville de Surda-Abu Qash. Vous imaginez une rue Mohamed Merah ? Les manuels scolaires palestiniens et même leurs émissions pour enfants glorifient également le terrorisme.

Je suis convaincu de votre bienveillance et de votre sincère volonté de faire avancer la paix au Moyen Orient. C’est peut-être ce qui vous a poussé à prendre cette posture pour ne pas donner d’impression de parti-pris. Mais je n’ai aucun doute sur votre intelligence et votre pragmatisme. La responsabilité qui est la votre vous oblige – surtout si vous souhaitez réussir ce que vous entreprenez – à appréhender avec justesse et clairvoyance chaque sujet. Force est de constater que sur ce sujet, vous vous êtes trompé. Abbas n’est pas un homme de paix qui a « un engagement constant en faveur de la non-violence ». Il me paraît important que vous reveniez sur cette déclaration ou à défaut que vous preniez en compte les éléments pré-cités dans la suite que vous envisagez sur ce sujet.

Avec toute ma considération,

Frank-David Cohen

Ce documentaire sur l’antisémitisme censuré par Arte

Capture d_écran 2017-06-22 à 07.11.26

Cachez cet antisémitisme que je ne saurais voir. Après une grosse polémique en Allemagne et en France, Arte a finalement diffusé hier soir le documentaire : « Les nouveaux visages de l’antisémitisme » qui pointe du doigt clairement le nouvel antisémitisme qui fait des ravages : l’antisémitisme musulman.

La diffusion était à 23h, histoire de faire le moins d’audience possible. Il est néanmoins à présent disponible en replay à cette adresse : http://www.arte.tv/fr/videos/076792-001-A/reprise-du-programme-de-das-erste-autour-du-film-elus-et-exclus

Pourquoi cette censure ?

  1. Parce qu’il révèle, images à l’appui, toute la réalité de ce qui se passe pour les juifs d’Europe dans l’indifférence quasi-générale.
  2. Parce qu’il démontre incontestablement l’antisémitisme qui anime les obsessionnels de la cause palestinienne (BDS, etc.).
  3. Parce qu’il va jusqu’en Israël et dans les territoires palestiniens pour vérifier les arguments portés par ces obsessionnels pour justifier leur antisémitisme antisionisme, et qu’il démontre clairement :
    – que la bande de Gaza n’est pas une prison à ciel ouvert
    – que comparer la situation des palestiniens à celle des juifs pendant la Shoah et parler de génocide palestinien est grotesque et choquant
    – qu’il n’y a pas d’apartheid en Israël,
    – que le boycott des produits israéliens pénalise aussi les palestiniens,
    – que le Hamas est corrompu jusqu’à l’os et détourne les fonds des aides internationnales au détriment de la population palestinienne,
    – que l’ONU (notamment l’UNRWA) est une mascarade (les écoles de l’UNRWA servent de cache d’armes et de zone de lancement de roquettes par le Hamas et l’argent est totalement détourné).
  4. Parce qu’il met au pied du mur nos politiques qui laissent faire en faisant semblant de ne pas réaliser ce qui se passe (gavés de « Pas d’amalgame »).

Si vous avez envie de comprendre pourquoi il y a un exode massif de juifs européens vers Israel, si vous avez envie de comprendre pourquoi un français juif comme moi, français avant tout, se demande tous les jours non pas s’il va devoir quitter la France mais quand est-ce qu’il va falloir la quitter, regardez ce documentaire.

Seule une prise de conscience générale et un rejet massif de cet antisémitisme pourra faire changer les choses. Ça n’est pas un problème de « juifs et d’arabes ». C’est un problème national parce que cette situation ne permet plus aujourd’hui de vivre sereinement en France quand on est juif. Il ne s’agit pas de faire cela par sympathie particulière pour les juifs. Il s’agit de le faire pour préserver notre pays et nos valeurs de liberté.

Autrement un jour pas si lointain, il n’y aura plus de juif en France et en Europe. Et quand nous ne serons plus là, quand nous serons nombreux à faire des petits boulots en Israel, à avoir perdu notre confort et nos vies françaises par nécessité, à avoir accepté un déracinement si fort, nous réaliserons que nous avons au moins eu la chance d’avoir Israel pour nous accueillir et surtout nous penserons alors à vous, nos concitoyens français non juifs, nos proches, nos amis, qui n’avez pas cette chance…

Ce qui se passe aujourd’hui est très réel. La passivité est coupable.

 

*Le documentaire est disponible pour l’instant sur YouTube à cette adresse : https://www.youtube.com/watch?v=oRVxLVUgxdA

 

1er avril 2017 : Ce jour où la France s’est couchée

C8PLZekVoAE264w.jpg-large-2

Il y a des jours qui marquent plus que d’autres. Des jours où nous franchissons une étape de plus vers ce que nous redoutons tous.

Aujourd’hui, 1er avril 2017, malgré nos tentatives répétées pour éviter que cela ne se produise, pour la première fois depuis Vichy, une manifestation ouvertement antisémite va avoir lieu en plein Paris – place du Châtelet à 14h – avec la bénédiction des autorités.

Parmi les signataires, on retrouve le PIR (vous savez, ces anti-racistes sélectifs ?) et des associations qui se revendiquent pro-palestiniennes.

Hier, la Maire de Paris, Anne Hidalgo a envoyé une lettre au Préfet de Paris Michel Cadot afin de l’alerter sur le caractère antisémite de cette manifestation et lui a demandé de l’interdir. Il n’a rien voulu savoir.

Hier après midi, le Premier Ministre Cazeneuve et le Ministre de l’Intérieur Fekl se sont réunis à ce sujet. La décision a été claire : pas d’interdiction.

C’est donc en totale connaissance de cause que notre gouvernement autorise cette manifestation antisémite à Paris.

Pire encore, la contre-manifestation est interdite et les effectifs de police ont été triplés pour empêcher ceux qui souhaiteraient râler que l’on crie dans la rue « mort aux juifs » ou encore « Séparation du CRIF et de l’Etat » (mot d’ordre de la manif). Nous avions déjà vécu en 2014 ces cris de haine dans nos rues, mais pour se rassurer, on se disait que ça n’était au moins pas autorisé. Cette fois non seulement ils pourront le faire, mais la police – dont ils ont l’habitude de bruler les voiture ou contre qui ils jettent des pierres sur la tête – sera là pour les protéger. Le monde à l’envers.

Mais vous comprenez, nous sommes en période d’élections, il ne faudrait surtout pas faire de vagues. Tant pis pour les juifs. Et puis, il n’y aura pas de débordements avec les juifs, pas de magasins cassés, tout ça… Personne ne va en parler. Voilà le petit calcul de Hollande et Cazeneuve. Pas un seul des candidats à la présidentielle ne s’est exprimé sur le sujet alors qu’ils ont tous été mis au courant…

À un moment, chers juifs de France, il va peut-être falloir en tirer des conséquences. Après Ilan Halimi, après les enfants juifs assassinés à Toulouse, après les juifs assassinés alors qu’ils faisaient leurs courses de Shabbat, après les manifestations de l’été 2014 avec un arrière gout de pogrom dans certains quartiers et maintenant cette manifestation – avec la bénédiction de l’état – dont le seul objectif est d’alimenter cette haine qui a causée tous ces morts – que nous faut-il de plus pour comprendre ?

Avant de décider de partir, nous devons nous battre tant que nous en avons encore le choix. D’autant qu’une partie de plus en plus importante de nos compatriotes (juifs ou non) est prête à se révolter face à cette France soumise. L’union fait la force. Nous devons nous mobiliser tous ensemble. Comme dit mon ami Jeremie Herscovic « aujourd’hui la désobéissance est un devoir ». Nous serons là à 14h place du Châtelet pour faire face à cette bête immonde qu’est l’antisémitisme et pour faire face à cette partie de la France qui se couche. Il faut le faire pour nous, pour nos enfants et pour honorer la mémoire de nos ancêtres. Nous ne serons plus jamais des victimes.

 

Lettre ouverte au CRIF et à ceux qui s’acharnent sur Léa Salamé

20a9a51d7f913a26d05c4436fb891f25

Le 10 février dernier, Léa Salamé était face à Marine Le Pen dans l’Emission Politique. Elle a posé une question très pertinente sur la bi-nationalité franco-israélienne de certains juifs français mais dont la première formulation prêtait à confusion, formulation qu’elle a immédiatement corrigée en reposant la question :

« Est-ce que vous demandez aux Juifs français de renoncer à leur bi-nationalité israélienne ? »
« Donc vous demandez aux juifs français qui nous regardent de renoncer s’ils voulaient avoir la double nationalité israélienne ? »

La première formulation aurait été maladroite si elle n’avait pas été immédiatement reformulée mais elle l’a été donc il n’y a pas de sujet.

Dans la pratique, tous les juifs français et plus généralement tous les juifs du monde peuvent demander (et obtenir) la nationalité israélienne. Ça ne veut pas dire que tous les juifs français ont la bi-nationalité mais bien qu’ils peuvent l’avoir. La question de Léa Salamé n’est donc absolument pas critiquable.

J’ajoute que je remercie Léa Salamé de l’avoir posée à Marine Le Pen. Elle a permis d’ouvrir les yeux à certains juifs – de plus en plus complaisant avec le Front National – en leur faisant comprendre qu’ils ne seraient pas épargnés par le repli sur soi de ce parti si MLP se retrouvait au pouvoir.

Mais certains, au lieu de s’intéresser à la réponse de Marine Le Pen ont jugé utile de polémiquer sur du vent et de s’acharner sur Léa Salamé voire de la traiter d’antisémite. Le CRIF, dans une publication Facebook déclare : « Les citoyens français juifs sont profondément choqués par cette affirmation qui rappelle les vieilles rengaines antisémites de double allégeance. ».

Le CRIF devrait passer un peu plus de temps, pour se détendre, à lire la presse people. Ils apprendraient que Léa Salamé partage sa vie avec Raphaël Glucksmann (qui est juif, je précise just in case) et qu’elle est enceinte de lui.

Le CRIF devrait aussi se remettre un peu en question. Ils dénoncent l’organisation juive qui a rencontré des cadres du FN parlant d’un « cordon sanitaire autour du FN » qui serait un « impératif républicain » pour les juifs mais concrètement ils n’endiguent en rien, avec de vrais arguments à l’appuie, le nombre croissant de juifs qui se font berner par le FN.

Léa Salamé a donc réussi en moins d’une minute à faire ce que le CRIF n’a pas su faire ces dernières années avec les juifs français qu’il prétend représenter.

Bravo Léa

Pourquoi je vais voter pour Emmanuel Macron

16426169_10154333918878575_2195562113801980008_n

Il y a 2 semaines, j’écrivais : « Pourquoi Macron peut devenir Président en mai si Valls est éliminé dimanche ». L’affaire Penelope Fillon n’avait pas encore eu lieu. À présent, alors que l’électorat de droite a des incertitudes sur son candidat, c’est le bon moment pour partager mes réflexions sur le sujet.

La gauche : c’était mieux avant

J’ai toujours voté à gauche jusqu’en 2007, jusqu’à ce que la gauche – ou du moins la majorité de la gauche – oublie certaines de ses valeurs fondamentales. Pour moi les gens de gauche étaient plus smart, pensaient aux autres, luttaient pour des causes justes. Mais un jour, la gauche s’est mise à prendre des postures, des caricatures de la gauche, peu importe que le combat soit juste ou non, si cette posture donne l’impression que l’on est humaniste, alors il faut la prendre. C’est une nouvelle gauche : la gauche du genre.

Cette gauche qui « n’aime pas les riches », mais qui se moque des plus démunis en les appelant des « sans-dents ». Cette gauche qui se dit proche du peuple mais dont la Ministre Delphine Batho occupait un HLM au détriment d’une famille réellement dans le besoin. Cette gauche dont le Ministre censé lutter contre la fraude fiscale possède lui-même un compte en Suisse. Cette gauche qui stigmatise les entrepreneurs en les diabolisant sans réaliser le mal qu’elle fait aux salariés qu’elle est censée défendre.

Cette gauche du genre – parfaitement incarnée aujourd’hui par Benoit Hamon – pactise en plus avec le diable quitte à oublier ses valeurs, notamment de laïcité, pour gagner des voix. C’est rédhibitoire. C’est cette gauche, même si je me reconnais dans certains de ses combats comme le mariage pour tous ou l’écologie, qui n’aura plus jamais mon vote.

La droite : c’est comme avant

Depuis c’est donc le plat de droite que je mange mais je dois avouer que je ne le digère pas toujours tout très bien. Même si, aussi absurde que cela puisse paraitre, on ne peut que constater aujourd’hui que la droite catho conservatrice défend mieux la laïcité que la gauche, mais il faut avaler avec les Morano, les Boutin et la manif pour tous, blurp.

Pour remplacer Sarkozy – qui était bien plus moderne malgré toute la détestation qu’il a suscité – cette droite là a choisi Fillon comme candidat. Retour donc vers une vieille droite conservatrice à l’ancienne. Et je ne parle même pas de l’affaire Penelope Fillon. Pour moi, c’est non.

Avec Macron, balle au centre ? Non, pas du tout.

Avec Macron, nous ne sommes pas au centre. Nous sommes là où le bon sens doit être. Economiquement libéral, moderne et pleinement capable de comprendre les enjeux du monde d’aujourd’hui, en rupture sur l’approche de la politique et responsable sur les questions de société. Je prends le pari que Macron connait le prix du ticket de métro, du pain au chocolat et qu’il connait Blablacar et Le Bon Coin.

Je cherche ce que je pourrais reprocher à Macron. Sincèrement à part ses cris en meeting et sa tirade sur Trump « l’américain » qui étaient un peu gênants, je suis en phase avec tout ce qu’il dit.

Voilà en vrac, quelques idées fortes de Macron qui me donnent envie de voter pour lui :
Sa position sur la laïcité
– Sa manière totalement en rupture de permettre à tout ceux qui le souhaitent de s’investir en politique dans son mouvement et de le représenter aux législatives
– Son souhait d’une totale parité pour les candidats qui représenteront En Marche ! C’est un vrai féministe dans le sens noble du terme.
– La suppression du RSI et l’allègement des charges patronales
– L’accès à la culture pour les jeunes
– Sa position ferme contre le boycott d’Israël (exprimée à nouveau au Liban il y a quelques jours)
– Le fait qu’il ait salué le courage de Simone Veil, ce qui tranche avec les propos de Fillon qui disait « qu’à titre personnel » il était contre l’avortement (même s’il ne remettrait jamais en cause le droit à celui ci).

Il dévoile petit à petit l’ensemble de son programme. Les premières idées sont convaincantes et le bon état d’esprit et les bonnes valeurs sont là. Macron incarne non seulement ce que la gauche moderne aurait du être mais il va plus loin, il incarne une vraie rupture politique. Personnellement, je marche.

 

Plus d’informations sur ce qu’Emmanuel Macron a dit à Lyon hier : http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/02/04/35003-20170204LIVWWW00092-en-direct-meeting-macron-a-lyon-discours-et-analyses.php

La défaite des juifs de France

img_1478

Je reviens de la manifestation qui a eu lieu devant l’ambassade d’Israël (pourquoi devant l’ambassade d’ailleurs ?). Cette manifestation avait pour objectif d’affirmer avec force le désaccord de la communauté juive de France concernant la conférence – organisée ce jour à l’initiative de François Hollande – visant à trouver une issue au conflit israélo-palestinien sans la présence d’Israël et de l’Autorité Palestinienne.

Cette conférence n’a aucun intérêt et aucune chance d’aboutir à quoi que ce soit de concret. Après la résolution honteuse votée notamment par la France de François Hollande qui fait du mur de Jerusalem une « colonie » israélienne – et qui en dit long sur le parti pris du gouvernement – comment penser un seul instant qu’Ayrault et son équipe de bras cassés arriveront à résoudre le conflit israélo-palestinien sans israélien et sans palestinien ?! C’est un peu comme si une conférence était organisée pour que les français fassent la paix avec les Daeshois après le vote d’une résolution qui déclare que la Tour Eiffel est une terre d’Islam.

Mais le sujet n’est pas là. Le sujet est d’analyser comment notre communauté s’organise pour garder sa place dans la société française : une place menacée de plus en plus par l’antisionisme – qui n’est autre que de l’antisémitisme autorisé par la loi – d’abord toléré, puis utilisé par nos politiques, surtout de gauche, pour gagner le vote musulman. Comment la communauté juive fait face à ce problème majeur qu’elle semble être seule (hormis quelques amis) à réaliser ?

La communauté juive n’est pas qu’une seule voix. Comme le dit le dicton : 2 juifs, 3 avis.

Il y a ceux qui partent
La majorité d’entre eux sont attachés à la France mais ils ont baissé les bras. Ils n’y croient plus et ils ne se sentent plus chez eux en France. Beaucoup sont partis en Israël. Ils ne sont pas partis par lâcheté. Bien souvent leur niveau de vie baisse drastiquement là bas. Ils sont partis parce que pour eux : il n’y a plus d’espoir pour les juifs de France et ils ne veulent pas que leurs enfants grandissent dans ce climat de haine. Ils ne se sentent plus en sécurité en France malgré l’armée et la police devant leurs synagogues et leurs lieux culturels.

Il y a ceux qui rejoignent des associations/organisations
Ceux là sont volontaires et combatifs mais de moins en moins nombreux et éparpillés dans une multitudes d’organisations qui font toutes la même chose et tiennent peu ou prou le même discours. Bien souvent les membres sont là parce qu’ils ressentent le besoin de faire quelque chose mais ils se lassent vite face à l’inefficacité des actions et la perte de temps que cela représente au détriment de leur famille et de leurs amis. Incapables de s’organiser, plus préoccupées par des luttes de petits chefs et la concurrence entre elles, ces associations rassemblent au maximum quelques centaines de personnes – âgées de 50/60 ans majoritairement – dans les manifestations.

Le cas du CRIF
Le CRIF est censé représenter les organisations juives de France mais en réalité ne représente pas grand chose d’autre que lui même. Ce qui n’est pas toujours un mal ! Elle est la seule organisation juive capable de déplacer des personnalités politiques de premier plan à ses événements et de mener des actions d’envergure. Son discours lissé, lissé et re-lissé pour qu’il passe partout détourne beaucoup de juifs qui ne se sentent plus représentés par cette organisation.

D’une manière générale, le combat communautaire a peu de chance d’aboutir à quoi que ce soit : les juifs représentent moins d’1% de la population française.

Il y a ceux qui ne veulent pas voir
La majorité des juifs de France sont dans ce cas. C’est probablement le plus simple : ne pas voir ou voir le moins possible. C’est moins anxiogène. Malheureusement la réalité les rattrape souvent. Jusqu’à quand pourront-ils regarder ailleurs ?

Il y a ceux qui s’auto-flagellent / les juifs honteux
Ont-ils besoin d’une description ? La détestation de soi relève de la psychiatrie.

Quel constat pour la communauté juive de France ?

– Elle n’a pas su empêcher le BDS et assimilés de faire leur place et de décomplexer l’antisionisme et donc l’antisémitisme
– Elle n’est plus mobilisée et peu organisée. Lorsqu’elle manifeste pour se faire entendre, elle ne rassemble que quelques centaines de personnes et très peu de jeunes.
– Lorsqu’il y a des manifestations pro-Gaza, elle rase les murs (et on comprend pourquoi !)
– Elle ne croit plus que les choses peuvent changer.

Les juifs perdent petit à petit leur place dans la communauté nationale.

La communauté juive de France a perdu.

Israël : la vision erronée qu’en ont les musulmans de France

IMG_4586

Plage de Tel Aviv – Crédit photo : Marc Israel Sellem / Jerusalem Post

Alors qu’en France le débat sur le burkini fait rage et les tensions entre les communautés sont de plus en plus explosives, j’ai été frappé de voir qu’en Israël où 20% de la population est musulmane, contrairement à ce que l’on pourrait penser, rien ne se passe de la même manière : aucune interdiction de porter le burkini ou le voile, aucun débat sur le halal, l’Islam ne fait pas la Une de l’actu un jour sur deux, etc.

Je suis depuis 3 semaines dans un hôtel de Herzliya, une banlieue chic de Tel Aviv. L’hôtel où je suis est réputé pour sa très grande piscine face à la mer où de nombreux israéliens viennent passer la journée, notamment le week-end. À peine arrivé, je me baigne avec mon fils à coté d’un jeune couple dont la femme porte… un burkini. Pas un regard de travers, pas une personne étonnée. Tout est juste… normal.

Alors que je passe des heures à essayer de convaincre sur Facebook des musulmans anti-israël – qui recrachent la propagande du BDS – qui accusent notamment Israël de pratiquer l’apartheid : quelle ironie ! Peut-être était-ce une coïncidence ? Une exception qui confirme la règle ? Je vous laisse juger :

IMG_4410

Musée Eretz Israel – Exposition sur les dinosaures

La réalité, c’est qu’en Israël, malgré la guerre depuis 70 ans, les musulmans sont respectés. Ils peuvent vivre leur foi, porter les vêtements qu’ils veulent, faire les appels à la prière de leurs mosquées, lire les panneaux routiers puisque c’est systématiquement écrit en hébreu et en arabe, etc. Il suffit de venir en simple touriste pour le constater. Cette haine anti-Israël qui s’exprime en permanence notamment sur les réseaux sociaux est basée sur des mensonges qu’on leur ressasse depuis des décennies. D’ailleurs, on a beaucoup plus de chances de tomber sur un musulman français anti-Israël que sur un palestinien anti-israël ! Il est temps d’ouvrir les yeux.