Rencontre Abbas – Macron : Lettre ouverte au Président de la République

f1a7b936f8c20376d0264384f99cc72aeb8968ce

Monsieur le Président,

Je dois avouer que je suis ravi que vous ayez été élu. Dès le début de l’année j’ai rejoint, comme d’autres milliers de français, votre mouvement En Marche ! J’ai fait, à mon niveau, campagne pour vous en appelant publiquement à voter Emmanuel Macron sur mon blog et sur tous les canaux de communications que nous avons maintenant tous à notre portée. Et jusque là je n’ai pas été déçu. Je suis même fier de vous avoir soutenu. Vous redonnez déjà – alors que vous n’avez pris que très récemment vos fonctions – un dynamisme à notre pays. En tant que startuper, c’est un bonheur d’avoir un Président qui a une si bonne lecture de notre écosystème, de son importance et des différents leviers à actionner pour que la France puisse devenir une Startup Nation.

Même si je ne suis pas convaincu par la personne que vous avez désignée pour défendre l’égalité entre les hommes et les femmes – après avoir si bien honoré la mémoire de Simone Veil, les récentes déclarations de la Ministre font tâche – à mon sens, vous n’aviez jusque là fait aucun faux pas.

Vous avez reçu hier le Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas. Vous lui avez déclaré « Je sais votre engagement constant en faveur de la non-violence ».

Sachant qu’il s’agit d’un sujet très passionné, je ne vais pas vous dire ce que j’en pense. Je vais simplement vous énoncer quelques faits. Des faits évidemment vérifiables que peut-être certains de vos conseillers ont omis de vous transmettre :

– Abbas a été élu Président de l’Autorité Palestinienne pour 5 ans en 2005 (il y a donc 12 ans). C’est comme si vous faisiez sauter les éléctions de 2022 pour être encore Président en 2029. Les français trouveraient surement cela normal.
– Abbas a déclaré dans un discours le 16 septembre 2015 (lien vidéo) : « Nous saluons chaque goutte de sang versé pour la cause de Jérusalem. ». Assurément un appel à la non-violence…
L’Autorité Palestinienne (dont Abbas est le Président) consacre 7% de son budget (budget provenant largement des aides européennes) à récompenser les terroristes et leurs familles. C’est pour Abbas « une obligation sociale inscrite dans la loi ». Encore une fois, surement un appel à la non-violence.
– Les terroristes palestiniens sont glorifiés. De nombreuses rues et même des écoles dans les territoires palestiniens sont appelées par leurs noms pour les honorer comme le terroriste Halabi qui a tué 2 hommes à Jerusalem, blessé la femme de l’un d’entre eux et leur fils de 3 ans, qui a maintenant une rue à son nom dans la ville de Surda-Abu Qash. Vous imaginez une rue Mohamed Merah ? Les manuels scolaires palestiniens et même leurs émissions pour enfants glorifient également le terrorisme.

Je suis convaincu de votre bienveillance et de votre sincère volonté de faire avancer la paix au Moyen Orient. C’est peut-être ce qui vous a poussé à prendre cette posture pour ne pas donner d’impression de parti-pris. Mais je n’ai aucun doute sur votre intelligence et votre pragmatisme. La responsabilité qui est la votre vous oblige – surtout si vous souhaitez réussir ce que vous entreprenez – à appréhender avec justesse et clairvoyance chaque sujet. Force est de constater que sur ce sujet, vous vous êtes trompé. Abbas n’est pas un homme de paix qui a « un engagement constant en faveur de la non-violence ». Il me paraît important que vous reveniez sur cette déclaration ou à défaut que vous preniez en compte les éléments pré-cités dans la suite que vous envisagez sur ce sujet.

Avec toute ma considération,

Frank-David Cohen

Lettre ouverte au CRIF et à ceux qui s’acharnent sur Léa Salamé

20a9a51d7f913a26d05c4436fb891f25

Le 10 février dernier, Léa Salamé était face à Marine Le Pen dans l’Emission Politique. Elle a posé une question très pertinente sur la bi-nationalité franco-israélienne de certains juifs français mais dont la première formulation prêtait à confusion, formulation qu’elle a immédiatement corrigée en reposant la question :

« Est-ce que vous demandez aux Juifs français de renoncer à leur bi-nationalité israélienne ? »
« Donc vous demandez aux juifs français qui nous regardent de renoncer s’ils voulaient avoir la double nationalité israélienne ? »

La première formulation aurait été maladroite si elle n’avait pas été immédiatement reformulée mais elle l’a été donc il n’y a pas de sujet.

Dans la pratique, tous les juifs français et plus généralement tous les juifs du monde peuvent demander (et obtenir) la nationalité israélienne. Ça ne veut pas dire que tous les juifs français ont la bi-nationalité mais bien qu’ils peuvent l’avoir. La question de Léa Salamé n’est donc absolument pas critiquable.

J’ajoute que je remercie Léa Salamé de l’avoir posée à Marine Le Pen. Elle a permis d’ouvrir les yeux à certains juifs – de plus en plus complaisant avec le Front National – en leur faisant comprendre qu’ils ne seraient pas épargnés par le repli sur soi de ce parti si MLP se retrouvait au pouvoir.

Mais certains, au lieu de s’intéresser à la réponse de Marine Le Pen ont jugé utile de polémiquer sur du vent et de s’acharner sur Léa Salamé voire de la traiter d’antisémite. Le CRIF, dans une publication Facebook déclare : « Les citoyens français juifs sont profondément choqués par cette affirmation qui rappelle les vieilles rengaines antisémites de double allégeance. ».

Le CRIF devrait passer un peu plus de temps, pour se détendre, à lire la presse people. Ils apprendraient que Léa Salamé partage sa vie avec Raphaël Glucksmann (qui est juif, je précise just in case) et qu’elle est enceinte de lui.

Le CRIF devrait aussi se remettre un peu en question. Ils dénoncent l’organisation juive qui a rencontré des cadres du FN parlant d’un « cordon sanitaire autour du FN » qui serait un « impératif républicain » pour les juifs mais concrètement ils n’endiguent en rien, avec de vrais arguments à l’appuie, le nombre croissant de juifs qui se font berner par le FN.

Léa Salamé a donc réussi en moins d’une minute à faire ce que le CRIF n’a pas su faire ces dernières années avec les juifs français qu’il prétend représenter.

Bravo Léa

Israël : la vision erronée qu’en ont les musulmans de France

IMG_4586

Plage de Tel Aviv – Crédit photo : Marc Israel Sellem / Jerusalem Post

Alors qu’en France le débat sur le burkini fait rage et les tensions entre les communautés sont de plus en plus explosives, j’ai été frappé de voir qu’en Israël où 20% de la population est musulmane, contrairement à ce que l’on pourrait penser, rien ne se passe de la même manière : aucune interdiction de porter le burkini ou le voile, aucun débat sur le halal, l’Islam ne fait pas la Une de l’actu un jour sur deux, etc.

Je suis depuis 3 semaines dans un hôtel de Herzliya, une banlieue chic de Tel Aviv. L’hôtel où je suis est réputé pour sa très grande piscine face à la mer où de nombreux israéliens viennent passer la journée, notamment le week-end. À peine arrivé, je me baigne avec mon fils à coté d’un jeune couple dont la femme porte… un burkini. Pas un regard de travers, pas une personne étonnée. Tout est juste… normal.

Alors que je passe des heures à essayer de convaincre sur Facebook des musulmans anti-israël – qui recrachent la propagande du BDS – qui accusent notamment Israël de pratiquer l’apartheid : quelle ironie ! Peut-être était-ce une coïncidence ? Une exception qui confirme la règle ? Je vous laisse juger :

IMG_4410

Musée Eretz Israel – Exposition sur les dinosaures

La réalité, c’est qu’en Israël, malgré la guerre depuis 70 ans, les musulmans sont respectés. Ils peuvent vivre leur foi, porter les vêtements qu’ils veulent, faire les appels à la prière de leurs mosquées, lire les panneaux routiers puisque c’est systématiquement écrit en hébreu et en arabe, etc. Il suffit de venir en simple touriste pour le constater. Cette haine anti-Israël qui s’exprime en permanence notamment sur les réseaux sociaux est basée sur des mensonges qu’on leur ressasse depuis des décennies. D’ailleurs, on a beaucoup plus de chances de tomber sur un musulman français anti-Israël que sur un palestinien anti-israël ! Il est temps d’ouvrir les yeux.

Vous n’effacerez jamais le lien entre Israël et le peuple juif

La-Cene_Ecouen_Fondation-BNP-Paribas

Depuis des milliers d’années, le peuple juif fête Pessah. La Pâque juive qui symbolise la sortie d’Egypte : la libération des juifs de l’esclavage pour se rendre en Israël, la Terre Promise.

Le seder de Pessah (repas familial rituel de Pessah) fut le dernier repas de Jesus, il y a près de 2000 ans (la fameuse Cène représentée plus haut par Marco d’Oggiono – 1506-1509).

Dans toutes nos prières, depuis des milliers d’années, nous mentionnons Israël. Des vestiges archéologiques datant de plus de 3000 ans prouvent la présence juive en Israël. Le premier temple de Jérusalem qui abritait l’arche d’alliance (où se trouvaient les 10 commandements) date du Xe siècle avant JC. Le second temple de Jerusalem construit environ 500 ans avant JC et étendu par Hérode – qui fit construire l’esplanade du temple aujourd’hui appelée par nos journalistes « Esplanade des mosquées » – fut détruit en 70 par Titus. Il ne reste aujourd’hui que les ruines du mur qui soutenait l’esplanade du temple : le mur de Jerusalem (ou mur des lamentations).

Ce mur est le lieu le plus saint du judaïsme parce qu’il est le lieu le plus proche -accessible aux juifs – du « Saint des Saints », la partie centrale du temple de Jerusalem, le sanctuaire qui abrite l’arche d’alliance, où a été construite la mosquée du Dôme du Rocher dans la partie de Jerusalem que nos journalistes appellent aujourd’hui « Jerusalem-Est occupée ». C’est la raison pour laquelle de nombreux juifs religieux tentent d’aller prier sur l’esplanade pour se rapprocher au maximum du Saint des Saints, ce qui est perçu comme une provocation par les palestiniens.

Le 16 avril dernier, à l’UNESCO, une résolution proposée par de nombreux pays arabes (l’Algérie, l’Egypte, le Liban, le Maroc, Oman, le Qatar et le Soudan) qui nie le lien entre les juifs et Israël a été adoptée. Cette motion fait notamment du mur de Jerusalem un lieu Palestinien. La France a voté pour.

Comme le dit mon ami Oudy Bloch, « voilà comment en une motion, on efface 3 500 ans d’histoire juive à Jérusalem ».

Alors oui comme tous les juifs, je suis indigné, je me dis aussi que la soumission est en marche, qu’une fois encore, on troque ses juifs en pensant avoir la paix en échange, mais ce que je me dis surtout c’est que j’emmerde l’UNESCO, l’ONU, et tous les politiques français ou étrangers qui se soumettent. Israël existe et Israël est fort aujourd’hui. Pour cette raison, nous ne serons plus jamais les victimes de votre connerie. Vous pouvez boycotter autant que vous voulez, faire de la désinformation au sujet d’Israël, casser du juif, faire l’apologie du terrorisme, faire vos commentaires antisémites sur Facebook, manifester contre Israël, ou encore devenir des collabos des temps modernes comme mes concitoyens d’extrême gauche, nous serons encore là et attachés à Israël, quoi que vous fassiez. Vous n’effacerez jamais le lien entre Israël et les juifs. Jamais.

Lettre ouverte à Renaud

Renaud-Album

Cher Renaud,

Je voulais te dire à quel point tu m’as touché avec ta dernière chanson « Hyper cacher ».

Tu as décidé de faire une chanson pour parler individuellement de l’Hyper cacher. Ce simple choix fait de ta chanson une chanson engagée.

Le 11 janvier 2015, nous étions 4 millions à « être Charlie » Place de la République. Tout le monde condamnait évidemment aussi l’Hypercacher mais personne ne serait descendu dans la rue pour ça, comme personne n’était descendu dans la rue pour les enfants assassinés dans une école juive 3 ans plus tôt. Depuis janvier 2015, les rassemblements devant l’hypercacher n’ont malheureusement rassemblé – quasiment – que des juifs. La récente commémoration annuelle a même été organisée par le CRIF…

Il ne s’agit pas là de faire de la concurrence victimaire mais simplement de remarquer que lorsque des juifs sont assassinés, en France ou ailleurs, habituellement, seuls les juifs s’en émeuvent. Et toi, tu en écris une chanson. Le tout sans basculer dans le convenu ou l’émotion artificielle, avec un ton juste, émouvant et tant de sincérité…

Tu ne t’arrêtes pas là ! À la fin de ta chanson tu dis :

Qu’ils reposent à Jérusalem
Sur la terre de leurs pères
Au soleil d’Israël
Je veux leur dédier ce poème
Leur dire qu’ils nous sont chers
Qu’on n’oubliera jamais 

Je t’avoue que j’ai du mal à m’en remettre. Il est donc possible de comprendre ce qui semble être une subtilité inaccessible pour tellement de gens : l’attachement des juifs pour Israël, sans pour autant les considérer comme des étrangers mais au contraire comme des frères. Il est donc possible de parler de Jerusalem sans dire « Jerusalem-Est occupé et annexé » mais au contraire parler de « la terre de leurs pères ».

Merci Renaud de m’avoir redonné de l’espoir et de m’avoir donné un peu plus le sentiment que ma place, en tant que français juif, est encore en France.

Merci.

Frank-David

———————————————-

http://www.deezer.com/plugins/player?format=classic&autoplay=false&playlist=true&width=700&height=350&color=007FEB&layout=dark&size=medium&type=tracks&id=122222822&app_id=1

Hyper cacher – Renaud

C’était un p’tit endroit pépère
Tout près du métro St Mandé
Qui vendait des produits casher
Pour les habitants du quartier
Un individu cagoulé
Suintant la haine de tous les pores
Armé comme un fourgon blindé
Et venu pour semer la mort
Soudain au magasin casher
Ce fut l’enfer, ce fut l’enfer

Il a tiré à tour de bras
Avec de la haine plein les yeux
Sur tout ce qui portait kipa
Sur les enfants, sur les p’tits vieux
Certains mouraient les bras en l’air
D’autres se cachaient où ils pouvaient

Le sang glacé c’était la guerre
Près du métro St Mandé
Et dans le magasin casher
C’était l’enfer, c’était l’enfer

Mais quelle est cette époque immonde ?
Nous avons perdu l’essentiel
Avec de la peur plein le monde
Avec de la haine dans le ciel

Qu’ils reposent à Jérusalem
Sur la terre de leurs pères
Au soleil d’Israël
Je veux leur dédier ce poème
Leur dire qu’ils nous sont chers
Qu’on n’oubliera jamais
Leur dire qu’ils nous sont chers
Qu’on n’oubliera jamais

 

Israël : seul pays du Moyen-Orient où les chrétiens sont libres et en sécurité

israel

Alors que dans la majorité des pays du Moyen-Orient la population chrétienne est persécutée et en voie de disparition, en Israël, elle peut vivre libre et en toute sécurité.

Depuis 1948, la population des chrétiens d’Israël a été multipliée par 5. La minorité chrétienne n’est d’ailleurs pas la seule minorité à prospérer. Les druzes et les musulmans ont vu leur population multipliée par 10 sur la même période.

Year Druze Christians Muslims Jews Total
1949 14.5 34 111.5 1,013.9 1,173.9
1960 23.3 49.6 166.3 1,911.3 2,150.4
1970 35.9 75.5 328.6 2,582 3,022.1
1980 50.7 89.9 498.3 3,282.7 3,921.7
1990 82.6 114.7 677.7 3,946.7 4,821.7
2000 103.8 135.1 970.0 4,955.4 6,369.3
2010 127.5 153.4 1,320.5 5,802.4 7,695.1
2011 129.8 155.1 1,354.3 5,907.5 7,836.6
2012 131.5 158.4 1,387.5 5,999.6 7,984.5
2013 133.4 160.9 1,420.3 6,104.5 8,134.5
2014 135.4 163.5 1,453.8 6,219.2 8,296.9

 

Face à la persécution de leurs frères dans les pays voisins et conscients qu’Israël est le seul pays qui les protège, les chrétiens israéliens qui s’engagent dans Tsahal sont de plus en plus nombreux. Le témoignage de Mona Liza Abdo, arabe, chrétienne et israélienne engagée dans Tsahal est sans appel.

A Noël dernier, Netanyahu déclarait au prêtre orthodoxe Gabriel Naddaf : « Dans les pays du Moyen-Orient, les chrétiens sont persécutés et tués par l’islam radical et le seul Etat de la région qui protège les chrétiens est l’Etat d’Israël. Vous savez très bien que notre région est en flamme et que les chrétiens en Irak, en Syrie et malheureusement aussi sous l’Autorité palestinienne, souffrent beaucoup à cause de l’islam radical. ». Quelques jours après (le 1er janvier 2016) dans les territoires palestiniens, à Gaza, nous en avions l’illustration :  les festivités du jour de l’an étaient interdites.

Ces derniers jours, encore une fois, le monde occidental et les chrétiens ont été visés par l’Islam radicale :
– Au Pakistan, il y a eu hier un attentat suicide qui visait la communauté chrétienne, perpétré par des islamistes dans un parc où il y avait de nombreux enfants qui fêtaient Pâques. Le bilan est de 72 morts…
– En Ecosse, un musulman a été tué parce qu’il a souhaité aux chrétiens de bonnes fêtes de Pâques.
– En Belgique, il y a eu 31 morts dans des attaques terroristes islamistes.

Au même moment, nos journalistes aveuglés par leur haine d’Israël falsifient l’Histoire pour ne pas que l’on considère Israël comme un pays à nos côtés dans la lutte contre le terrorisme islamiste : https://geeksandpolitics.wordpress.com/2016/03/25/pour-le-journal-marianne-il-ny-a-pas-dattaque-terroriste-en-israel/

Ou encore les pseudo-journalistes du torchon Mediapart préfèrent s‘attarder sur le sort d’un terroriste islamiste. Non Médiapart, ça n’était pas un « jeune palestinien », c’était un terroriste.

On souille le drapeau israélien affiché en solidarité aux victimes de Bruxelles à côté de nombreux autres drapeaux étrangers sans que personne ne réagisse.

 

Il est temps de comprendre qui sont nos vrais amis.

 

 

 

 

 

Pour le journal Marianne, il n’y a pas d’attaque terroriste en Israël

Capture d’écran 2016-03-25 à 01.06.46

Le journal Marianne vient de publier une carte interactive qui recense les attaques terroristes perpétrés dans le monde depuis janvier 2015… À un détail près : celles qui ont eu lieu en Israël n’apparaissent pas.

Rien que sur les 6 derniers mois, il y a pourtant eu 199 attaques au couteau, 80 attaques à l’arme à feu, et 41 attaques à la voiture bélier pour un lourd bilan de 35 tués et 391 blessés.

Qu’Abdallah Soidri, le “journaliste” auteur de l’article, passe quelques temps à réfléchir sur ces photos :

yotam

Yotam Sitbon, 18 mois, amputé de la jambe après avoir été percuté par une voiture bélier à Jérusalem le 14 décembre 2015 

67302090991470640360no

Alon Bakal, 26 ans, tué dans une attaque terroriste à l’arme automatique à Tel Aviv le 1er janvier 2016

Hadar-Buchris-640x480

Hadar Buchris, 21 ans, assassinée dans une attaque terroriste au couteau à Gush Etzion le 22 novembre 2015

tumblr_o48clyrPr51r29p1do2_r1_500

Ofir Bat-Einat Kimmel, 20 ans, dans un état grave après une attaque terroriste au couteau le 17 mars 2016

f140802idf99

Eliav Gelman, 31 ans, tué par un tir ami lors d’une attaque terroriste au couteau à Gush Etzion le 24 février 2016

Et maintenant est-ce qu’Abdallah Soidri peut nous explique la différence entre ces deux photos ?

Capture d’écran 2016-03-25 à 07.55.25
Recueillement devant la terrasse d’un restaurant de Tel Aviv après l’attentat à la Kalashnikov du 1er janvier 2016 / Recueillement devant la terrasse d’un restaurant parisien après l’attentat à la Kalashnikov du 13 novembre 2015

Nous connaissions les négationnistes qui réinventaient l’Histoire. Nous avons maintenant les antisionistes qui réinventent aussi le présent.

Tous les moyens sont bons pour servir leur seule et unique cause : répandre la haine d’Israël.

Après tout, lors de l’intervention du Président François Hollande, après les attentats de novembre aux Invalides, lui aussi avait oublié – lorsqu’il a mentionné les autres attentats dans son discours – de citer Israël. Et d’ailleurs après l’attentat de Tel Aviv en janvier, il n’y a eu aucune condamnation de la part de l’Elysée ou de Matignon.

La France a pourtant ce réflexe naturel de citer les victimes françaises dès qu’un attentat est perpétré n’importe où dans le monde. Le petit Yotam qui est français n’a pas eu cet honneur et il n’est pas le seul. Ne pas considérer les victimes israéliennes est certainement une manière d’obtenir la paix sociale. Ne les énervons pas, on ne voudrait surtout pas revivre la pseudo guerre civile de l’été 2014 à Paris…

Avec les réseaux sociaux, nous avons la possibilité et même le devoir d’établir la vérité. Partagez cet article au plus grand nombre. Mettons Abdallah Soidri, le journal Marianne et nos représentants face à leurs responsabilités.