Lettre ouverte au CRIF et à ceux qui s’acharnent sur Léa Salamé

20a9a51d7f913a26d05c4436fb891f25

Le 10 février dernier, Léa Salamé était face à Marine Le Pen dans l’Emission Politique. Elle a posé une question très pertinente sur la bi-nationalité franco-israélienne de certains juifs français mais dont la première formulation prêtait à confusion, formulation qu’elle a immédiatement corrigée en reposant la question :

« Est-ce que vous demandez aux Juifs français de renoncer à leur bi-nationalité israélienne ? »
« Donc vous demandez aux juifs français qui nous regardent de renoncer s’ils voulaient avoir la double nationalité israélienne ? »

La première formulation aurait été maladroite si elle n’avait pas été immédiatement reformulée mais elle l’a été donc il n’y a pas de sujet.

Dans la pratique, tous les juifs français et plus généralement tous les juifs du monde peuvent demander (et obtenir) la nationalité israélienne. Ça ne veut pas dire que tous les juifs français ont la bi-nationalité mais bien qu’ils peuvent l’avoir. La question de Léa Salamé n’est donc absolument pas critiquable.

J’ajoute que je remercie Léa Salamé de l’avoir posée à Marine Le Pen. Elle a permis d’ouvrir les yeux à certains juifs – de plus en plus complaisant avec le Front National – en leur faisant comprendre qu’ils ne seraient pas épargnés par le repli sur soi de ce parti si MLP se retrouvait au pouvoir.

Mais certains, au lieu de s’intéresser à la réponse de Marine Le Pen ont jugé utile de polémiquer sur du vent et de s’acharner sur Léa Salamé voire de la traiter d’antisémite. Le CRIF, dans une publication Facebook déclare : « Les citoyens français juifs sont profondément choqués par cette affirmation qui rappelle les vieilles rengaines antisémites de double allégeance. ».

Le CRIF devrait passer un peu plus de temps, pour se détendre, à lire la presse people. Ils apprendraient que Léa Salamé partage sa vie avec Raphaël Glucksmann (qui est juif, je précise just in case) et qu’elle est enceinte de lui.

Le CRIF devrait aussi se remettre un peu en question. Ils dénoncent l’organisation juive qui a rencontré des cadres du FN parlant d’un « cordon sanitaire autour du FN » qui serait un « impératif républicain » pour les juifs mais concrètement ils n’endiguent en rien, avec de vrais arguments à l’appuie, le nombre croissant de juifs qui se font berner par le FN.

Léa Salamé a donc réussi en moins d’une minute à faire ce que le CRIF n’a pas su faire ces dernières années avec les juifs français qu’il prétend représenter.

Bravo Léa

« L’Emission Politique » de France 2 : on a touché le fond

leavenere

Le temps des vraies émissions politiques est révolu : celui où des journalistes, quelles que soient leurs convictions politiques, interviewaient avec une certaine élégance des politiques de haut niveau. Je pense à Paul Amar, Christine Ockrent, Arlette Chabot, Anne Sinclair, etc.

Avec « L’émission politique » de France 2, on a touché le fond. Pendant plus de 2h j’ai attendu que Léa Salamé finisse sa chronique mais en fait c’était ELLE qui présentait l’émission ! D’ailleurs, j’espère que Pujadas avait Candy Crush sur son iPhone pour tuer le temps.

Dans l’Emission Politique, il ne s’agissait pas de challenger un candidat sur ses propositions mais de lui savonner la planche pendant 2h et de l’humilier en lui coupant la parole systématiquement et en affichant – incrustés à l’écran – des tweets qui le cassent pendant qu’il s’exprime. Certainement un traitement particulier pour Nicolas Sarkozy. Je doute fort qu’ils soient aussi virulents avec Montebourg la semaine prochaine…

Il faut croire que l’objectif de France 2 est d’arriver à extraire de ce genre de néant audiovisuel des séquences de clash qui feront le buzz sur Internet. C’est loupé pour l’émission d’hier avec Sarkozy. Malgré les monologues sans fin énervés de Léa, il n’est pas né de la dernière pluie, il en faudra un peu plus que ce discours idéaliste et inadapté face à un ancien chef d’Etat, pour le faire sortir de ses gonds. D’ailleurs pourquoi a-t-elle besoin d’exposer son avis personnel ? Est-ce son rôle ? Quelle légitimité a-t-elle à le faire face à des personnalités politiques de ce niveau ?

Le sommet de la nullité était l’intervention à la fin de Charline Vanhoenacker que je n’ai même pas eu le courage de regarder jusqu’au bout. Quand je pense qu’à France 2 on a viré Paul Amar pour des gants de boxe…

À choisir, je crois que jeudi prochain je préfèrerai encore me taper les ch’tis et les marseillais VS le reste du monde en replay plutôt que de m’infliger à nouveau cette épreuve !