Tu préfères défendre ta vie ou ta liberté ?

il_570xN.440232167_bpke

Pourquoi le port de la kippa fait-il une polémique nationale ? Parce que ce débat illustre un combat dans lequel nous, français, nous trouvons tous : la défense de notre liberté.

Le dilemme dans lequel sont les juifs aujourd’hui est celui de tous les français depuis Charlie Hebdo : vaut-il mieux défendre sa vie ou sa liberté ? Les caricaturistes de Charlie ont refusé de renoncer à leur liberté. Ils en sont morts.

Après les attentats de l’école juive de Toulouse, de l’HyperCacher et les agressions antisémites répétées de juifs par des terroristes en herbe appelés à tort des « déséquilibrés », être un juif identifiable met en danger sa vie. C’est une réalité.

Depuis le 13 novembre, qui n’a pas une appréhension avant d’aller dans un centre commercial, à un spectacle, ou dans un restaurant très fréquenté ? Qui n’a pas peur de payer de sa vie, sa liberté ?

Peut-on reprocher au Président du Consistoire de Marseille, Zvi Ammar de demander à sa communauté de ne plus porter la kippa pour ne pas mettre leur vie en danger ?

Peut-on reprocher au Président du CRIF Roger Cuckierman de dire que d’abandonner la liberté de « ne plus porter la kippa c’est donner la victoire aux jihadistes » ?

Ils ont tous les deux raison.

Choisir entre sa vie ou sa liberté est un choix de Sophie.

Le seul tort que l’on peut avoir c’est de refuser de pointer du doigt le réel coupable de cette liberté menacée : l’islamisme radical. Tant que nous aurons peur de dire les choses pour ne pas être taxés d’islamophobes ou de racistes, nous ne pourrons pas les combattre et nous nous enfoncerons.

Expliquez-moi pourquoi l’Islam est la religion de la paix ?

J’ai passé ma journée d’hier à ne penser qu’à vous, Charb, Cabu, Tignous, Wolinski, Ahmed, et les autres. L’horreur, la violence, des dernières secondes que vous avez vécues… Difficile de vivre sa journée normalement comme s’il s’agissait d’un fait tragique d’actualité de plus. On est pourtant habitués à entendre des horreurs depuis toujours. Les attentats, les guerres, la mort, la violence, le racisme, et même les catastrophes naturelles, on écoute, on est marqué, et on continue à vivre, il faut bien.

Mais là, si le monde entier s’est ému de ce drame, c’est qu’il y a quelque chose de symbolique qui va plus loin dans ce qui s’est passé hier chez Charlie Hebdo. Ces terroristes islamistes ont bien entendu porté atteinte à notre liberté d’expression, mais en executant en plein Paris des hommes pour blasphème, c’est notre liberté de vivre comme des hommes modernes qui a été touchée. Notre liberté de ne pas être d’accord, notre liberté de critiquer sans avoir d’autres craintes que celle de devoir affronter un débat.

Qui osera demain, une fois que l’élan de solidarité à Charlie Hebdo s’estompera, publier dans son journal un dessin de Mahomet ? Qui osera faire des vagues avec l’Islam sans avoir la peur justifiée de se faire descendre ?

Personne. Maintenant, il faut être honnête, même à coup de #notafraid pour les faire chier, on a tous peur. Ils ont tué notre liberté.

Depuis hier j’entends qu’il ne faut pas faire d’amalgame. Pas faire d’amalgame entre quoi et quoi ?

La majorité des actes terroristes à travers le monde sont commis au nom d’Allah. On dit que l’Islam est une religion de paix. Surement. Toutes les religions sont des religions de paix. Mais il suffit de regarder les conditions de vie et de liberté de la grande majorité des pays musulmans pour réaliser que si l’Islam est une religion de paix et de tolérance alors elle est systématiquement mal interprétée ! Entre l’impossibilité de pratiquer d’autres cultes et la condition des femmes dans la majorité des pays musulmans (voile, mariages forcés, lapidation autorisée en cas d’adultère, etc), « paix » n’est pas le premier mot qui me vient à l’esprit. Alors je veux bien qu’on m’explique pourquoi c’est si évident que l’Islam est la religion de la paix ?

Par contre, là où il faut férocement combattre les amalgames, c’est à l’égard des musulmans qui pratiquent l’islam avec modernité (et évidemment aussi ceux qui ne pratiquent pas du tout). Ce sont eux les hommes de paix. Et je comprends pourquoi ils crient leurs différences haut et fort, je ferais pareil si j’étais musulman. Il est peut-être temps réformer ou de moderniser l’Islam à leur image et ce sont peut-être d’ailleurs les seuls à pouvoir le faire…

cachmir1En 2002, des femmes du Cachemire mettant leur sécurité en jeu
en marchant à l’extérieur sans voile islamique. AFP