Ça n’a rien à voir avec l’Islam, c’est bien plus grave

Capture d_écran 2018-03-25 à 11.04.51

J’avoue m’être énervé plus d’une fois en entendant le systématique « ça n’a rien à voir avec l’Islam ». Innocents tués, cris de « Allah ouakbar », coupables « islamistes radicalisés » et fichés S, c’est toujours la même rengaine. Le rapport avec l’Islam parait évident, et pourtant, ça n’est pas la cause principale. C’est bien plus grave que cela.

Je ne vais pas entrer dans le détail du débat religieux parce qu’il n’y a pas grand intérêt à le faire. Est-ce qu’il y a des passages du Coran qui sont violents ? Oui. Est-ce qu’il y a des passages dans l’Ancien Testament qui le sont ? Oui également. Par exemple, lorsque Dieu décime les premiers nés égyptiens pour libérer les hébreux, on ne peut pas dire qu’il y va dans la dentelle. Ou encore, lorsque Dieu demande à Abraham de sacrifier son fils Isaac pour vérifier si sa foi est plus forte que l’amour qu’il a pour son fils, c’est plutôt cruel… Le Nouveau Testament présente en revanche un Dieu bien plus compréhensif et clément. Est-ce que cela a empêché pour autant l’Inquisition ? Non. Tout cela n’a pas d’importance parce que la violence de ces terroristes ne vient pas de là.

Depuis plusieurs années maintenant, je suis régulièrement différents types de médias sur les réseaux sociaux. Parmi ceux que je suis avec beaucoup d’attention, il y a les médias communautaires musulmans. Je ne parle pas de médias islamistes ou extrémistes mais de médias « mainstream » qui rassemblent parfois des centaines de milliers de personnes comme Oumma.com (plus de 700 000 fans sur Facebook), Islam&Info (plus de 400 000 fans) ou encore les pages d’influenceurs comme celle de Tariq Ramadan (plus de 2M de fans !). Mon constat est effrayant. La haine est croissante et palpable à présent dans quasiment chacun des posts – parfois subtiles – et dans des milliers de commentaires.

Les sujets traités en récurrence par ces médias ou influenceurs sont toujours les mêmes :
– L’obsession de la cause palestinienne et des juifs
– La victimisation permanente : les français ne respectent pas l’Islam et les musulmans, ils sont islamophobes, la laïcité est une arme contre les musulmans, l’islamophobie est omniprésente et passée sous silence par les médias nationaux, etc.

Ces sujets rabâchés sans cesse dans la communauté musulmane ont une conséquence très clair :
– La détestation des juifs exprimée de manière décomplexée par la détestation des sionistes (ce mot passe-partout pour qualifier les juifs).
– La détestation des français non musulmans exprimée par la « lutte » contre l’homme blanc de plus de 50 ans qui défend la laïcité et la liberté d’expression (Valls, Finkie, Bouvet, Bernard de la Villardière, etc.) responsable de tous les maux et humiliations des musulmans de France. Sans oublier la lutte contre les médias non communautaires qui mentent et qui salissent l’Islam (sous-entendant que l’Etat français, à la solde d’Israël et des juifs, est derrière tout ça).

Regardons maintenant les cibles des attentats de ces dernières années :
Cibles juives : école de Toulouse où des enfants « sionistes » de 4 à 8 ans se sont fait massacrer pour « venger les enfants palestiniens », Hypercasher, musée juif de Bruxelles, etc.
Cibles symbolisant la France et ses valeurs/libertés ou les chrétiens (Militaires, Charlie Hebdo, Bataclan, Nice, Policiers, Père Hamel, etc.)

Il est là le rapport.

La violence de ces terroristes vient de cette haine inculquée dans leur communauté depuis des années. L’islamisme est la dernière étape avant leur passage à l’acte. C’est une manière de donner un sens à l’expression la plus extrême de leur violence et de leur haine. Le vrai coupable est cette haine communautaire, l’islamisme n’en est que le complice.

Tant qu’on voudra ne pointer du doigt que l’Islam ou même l’islamisme, on fera fausse route. Ce qu’il faut empêcher ou à minima ne pas encourager ce sont ces idées rabâchées en permanence et qui n’ont pour conséquence que de faire grandir la fracture entre la communauté musulmane et le reste de la communauté nationale. Ces idées, on les retrouve relayées bien au delà des leaders communautaires. On les retrouve dans l’entrisme de l’Islam politique dans le débat publique ou dans nos tribunaux. On les retrouve aussi chez les « people », par exemple chez Menel ou Mehdi Meklat (qui expriment leur haine des juifs… pardon, des sionistes) sur Twitter et beaucoup d’autres petits leaders d’opinions moins célèbres. On les retrouve même chez le comique Yassine Belattar qui passe son temps à crier à l’islamophobie sur son compte Twitter. Je suis pourtant persuadé au regard de ses autres tweets qu’il n’a pas de mauvaises intentions. Il ne réalise peut-être pas la mal que cela produit. Il ne réalise pas qu’en faisant cela, en pensant dénoncer une haine (et le racisme anti-musulman existe bien), il donne du grain à moudre à cette haine communautaire et en devient malgré lui le porte parole. C’est bien là toute la complexité du problème.

Tant qu’on ne comprendra pas ce mécanisme rien ne changera. La lutte contre l’islamisme ne suffit pas. On ne soigne pas un cancer de la gorge avec des pastilles pour le mal de gorge. C’est à un changement profond des mentalités qu’il faut s’attaquer et cela commence par un rejet sans équivoque de ces sujets générateurs de haine et des personnes qui les portent. Cela doit aussi passer par une introspection dans la communauté musulmane qu’on ne favorisera pas en se dérobant derrière la seule dénonciation de l’islamisme, certes bien plus confortable.

Au lendemain de l’attentat de Trèbes, après l’acte héroïque du Colonel Arnaud Beltrame qui lui a couté la vie, peut-on espérer que les choses changent ? Lors de l’hommage national, allons-nous entendre qu’Arnaud Beltrame est une victime du terrorisme islamiste ou qu’il est une victime de cette haine communautaire ?

Israël : la vision erronée qu’en ont les musulmans de France

IMG_4586

Plage de Tel Aviv – Crédit photo : Marc Israel Sellem / Jerusalem Post

Alors qu’en France le débat sur le burkini fait rage et les tensions entre les communautés sont de plus en plus explosives, j’ai été frappé de voir qu’en Israël où 20% de la population est musulmane, contrairement à ce que l’on pourrait penser, rien ne se passe de la même manière : aucune interdiction de porter le burkini ou le voile, aucun débat sur le halal, l’Islam ne fait pas la Une de l’actu un jour sur deux, etc.

Je suis depuis 3 semaines dans un hôtel de Herzliya, une banlieue chic de Tel Aviv. L’hôtel où je suis est réputé pour sa très grande piscine face à la mer où de nombreux israéliens viennent passer la journée, notamment le week-end. À peine arrivé, je me baigne avec mon fils à coté d’un jeune couple dont la femme porte… un burkini. Pas un regard de travers, pas une personne étonnée. Tout est juste… normal.

Alors que je passe des heures à essayer de convaincre sur Facebook des musulmans anti-israël – qui recrachent la propagande du BDS – qui accusent notamment Israël de pratiquer l’apartheid : quelle ironie ! Peut-être était-ce une coïncidence ? Une exception qui confirme la règle ? Je vous laisse juger :

IMG_4410

Musée Eretz Israel – Exposition sur les dinosaures

La réalité, c’est qu’en Israël, malgré la guerre depuis 70 ans, les musulmans sont respectés. Ils peuvent vivre leur foi, porter les vêtements qu’ils veulent, faire les appels à la prière de leurs mosquées, lire les panneaux routiers puisque c’est systématiquement écrit en hébreu et en arabe, etc. Il suffit de venir en simple touriste pour le constater. Cette haine anti-Israël qui s’exprime en permanence notamment sur les réseaux sociaux est basée sur des mensonges qu’on leur ressasse depuis des décennies. D’ailleurs, on a beaucoup plus de chances de tomber sur un musulman français anti-Israël que sur un palestinien anti-israël ! Il est temps d’ouvrir les yeux.

Le paradoxe de la bien-pensance

XVM1f8ece96-360c-11e5-bf7d-bee32a0fe840

S’opposer à l’Islam radical lorsque l’on vient d’un pays arabe est une vraie marque de courage. Ces courageux musulmans qui s’opposent haut et fort à ce fondamentalisme au péril de leur vie font honneur aux musulmans et à l’humanité toute entière. Ce sont les résistants des temps modernes et ce sont eux qui incarnent l’espoir.

En France, ceux qui suivent leur chemin ont aussi besoin de courage (et souvent de protection policière !). Au lieu d’être encouragés, ils sont marginalisés par leur coreligionnaires ou encore catalogués comme islamophobes par notre bien-pensance nationale s’ils ne sont pas musulmans…

Cette bien-pensance, qui s’auto-proclame progressiste, préfère se donner un air humaniste plutôt que de réfléchir. Elle en vient à défendre l’indéfendable. Tant pis pour ceux qui résistent. Ces professionnels de l’indignation, pour se montrer « tolérants », oublient nos valeurs, oublient les droits de l’Homme (avec un grand H donc les droits de la femme aussi), oublient le féminisme et tous ses combats, oublient la liberté et la liberté d’expression, oublient ce qu’ils disent être leurs valeurs. Ils sont Charlie mais ils sont surtout tout le contraire et ils ne s’en rendent même pas compte.

La France, pays des droits de l’Homme ?

Quand je pense à Loubna Abidar qui s’est faite agressée au Maroc pour avoir joué le rôle d’une prostituée dans un film, j’ai envie de lui demander : es-tu certaine que c’est en France que tu peux trouver refuge ?

Cette France qui invite Rohani, le pire Président iranien depuis 12 ans qui détient le macabre record d’exécutions « au nom de Dieu » en Iran avec 2000 morts en 2 ans.

Cette France qui veut nous faire croire que le fondamentalisme musulman, ça n’est finalement pas si mal, pas si grave et qu’il faut être tolérant (avec le niqab, les contraintes religieuses, la finance islamique, etc.) et laisser l’islamisme radical entrer dans nos moeurs. Voici quelques exemples :
– Article des Inrocks sur les vacances « Halal ». La journaliste se donne beaucoup de mal pour nous expliquer à quel point c’est génial :
http://www.lesinrocks.com/2015/11/08/actualite/le-juteux-business-des-vacances-halal-11786066/
– Le ministère de l’économie nous explique ce qu’est la finance islamique (qui respecte la Sharia) ainsi que les avantages fiscaux qui lui sont réservés :
http://www.economie.gouv.fr/cedef/finance-islamique
On peut même avoir un diplôme de Dauphine sur la finance islamique :
http://www.financeislamique.dauphine.fr
– Le salon musulman du val d’Oise, c’est sans problème pour Le Parisien (du moins avant les débordements)
http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/pontoise-le-salon-musulman-du-val-d-oise-fait-fi-des-polemiques-11-09-2015-5082585.php
– L’interdiction du niqab c’est un truc d’islamophobe (film documentaire « Niqab hors la loi ») :

Cette France qui veut réduire de 75% à 50% le nucléaire en France mais qui est pour le nucléaire en Iran. Le pire du pire étant les écolos d’EELV qui se sont officiellement prononcés pour le nucléaire en Iran alors qu’ils vendraient leur mère pour faire fermer Fessenheim.
http://eelv.fr/newsletter_archive/erratum-nucleaire-iranien-la-france-ne-doit-pas-ceder-a-la-pression-israelienne/

Cette France qui attribue au gouvernement iranien « le même attachement à la paix et la stabilité » que la France (Laurent Fabius) alors que sur la télévision nationale iranienne on diffuse ce genre de vidéos :
http://www.aparat.com/video/video/embed/videohash/DkmXA/vt/frame

Cette France qui marginalise ceux qui se soulèvent comme Celine Pinamenacée d’exclusion du PS parce qu’elle a dénoncé le salon de la femme musulmane de Pontoise – au lieu de se réjouir que pour une fois nos valeurs ne soient pas défendues par le Front National.

Cette France qui ne fait que s’inquiéter de la montée du FN plutôt que d’essayer de comprendre pourquoi.

Cette France qui petit à petit nous fait vivre Soumission de Houellebecq pourtant si critiqué.

Qu’est-ce qu’on fait ? On soutient Waleed Al-Husseini, l’imam Chalghoumi, Latifa Ibn Ziaten et les autres ou on fait comme si tout allait bien ?