Et si nous étions à 3 mois du cauchemar total ?

4508759_2b1a2592

D’après les derniers sondages, c’est Marine Le Pen qui reste inébranlable, en tête du premier tour, avec un score autour de 25%. Elle est suivie à présent par Macron autour de 20-22%, par Fillon à 18-20%, par Hamon à 15-16% et par Mélenchon autour de 10%.

Il y a 2 semaines, personne n’avait le moindre doute sur l’hypothèse d’un 2e tour Fillon / Le Pen. Le rebondissement de l’affaire Penelope semble à présent écarter cette hypothèse. C’est donc probablement un deuxième tour Le Pen / Macron que nous aurons avec une nette victoire de Macron.

Mais si la campagne n’était pas au bout de ses rebondissements ? Si Hamon faisait un accord avec Mélenchon pour s’assurer une place au 2e tour ? À eux deux, ils totaliseraient un score largement suffisant pour distancer Macron et se retrouver au 2e tour face à Marine Le Pen (autour de 25% voire un peu plus si Jadot se désistait aussi).

Nous aurions donc comme choix : d’un côté l’extrême droite de Marine Le Pen qui prône un retour au franc et un repli sur soi avec un gouvernement angoissant avec des Gollniche en ministre, et de l’autre l’extrême gauche d’Hamon/Mélenchon, qui a abandonné depuis longtemps les valeurs de la France par clientélisme, toujours prête à collaborer avec ceux qui soutiennent l’islamisme et qui prévoit de payer tous les français à ne rien foutre.

Plus j’imagine ce scénario catastrophe et plus je me dis que pour la première fois de ma vie, je serai dans l’incapacité totale d’aller voter tant les deux options ne m’inspirent de manière égale que le dégoût.

Alors pour éviter ce scénario, que devrions nous faire ? Fillon et Macron sont très différents mais pouvons-nous nous payer le luxe d’avoir un candidat de gauche libérale et un candidat de droite pour ainsi préserver le choix gauche/droite dont nous avions l’habitude ? Le choix entre la droite et la gauche n’est malheureusement plus le choix de la France. Nous devons le prendre en considération : la France a changé.

Beaucoup de français sont écoeurés et ne veulent plus des partis traditionnels. Quitte à s’auto-flageller, ils veulent un changement radical. Si nous nous retrouvons à devoir choisir entre Hamon/Mélenchon et Marine Le Pen, nous aurons 5 années de cauchemar. Si Hamon et Mélenchon fusionnent, il faudra donc que Fillon fasse preuve de responsabilité et se retire définitivement (sans remplacement par un autre candidat de droite) pour éviter ce scénario catastrophe. Mais est-ce réaliste de penser qu’il le fera et que la droite acceptera de se retirer alors qu’elle se voyait triompher quelques semaines avant ?

Le signal faible qui va tout changer ?

boulangerie-simonin-pignan-p1013280

Ça n’a probablement échappé à personne : Jean-François Copé a estimé sur Europe 1 qu’un pain au chocolat coutait « aux alentours de 10 à 15 centimes ».

On pourrait se dire :
« Il a confondu avec la putain de sauce des nems à 15 centimes du traiteur chinois » ou plus sérieusement « Ce que raconte Copé, ça n’est pas comme si c’était important ! » ou « Il y a eu pire : El Khomri, Ministre du Travail, ne savait pas que l’on pouvait renouveler au maximum 2 fois un CDD tout en voulant réformer le travail ! » ou encore « NKM pensait qu’un ticket de métro coutait 4 euros » . Et puis il y a aussi eu Nicolas Sarkozy qui ne connaissait pas Le bon coin (utilisé par plus de 30 millions de français) ou Alain Juppé qui ne connaissait pas BlaBlaCar, l’une des rares licornes françaises, fierté de la french tech avec Vente-privée, Criteo et OVH (startups valorisées à plus d’un milliard de dollars).

Et si finalement, cet événement était ce que l’on appelle un signal faible ?
En Intelligence Économique, les signaux faibles sont des éléments d’actualité à l’importance sous-estimée, mais augurant d’importants changements à venir.

Et si finalement, nous étions à l’aube d’un renouvellement total en politique dont l’estimation totalement à l’Ouest du pain au chocolat de Copé était l’élément déclencheur ?

L’élément révélateur qui nous pète en pleine gueule et nous fait réaliser qu’une personnalité politique, pour pouvoir prendre les bonnes décisions, ne peut pas être déconnectée des réalités de la vie, de nos vies. Le prix du pain au chocolat, du ticket de métro, du litre d’essence, la réalité de l’emploi, les règles du CDD, les nouveaux moyens d’arrondir les fins de mois avec l’économie collaborative comme blablacar – et le phénomène sociétal assorti – sont des éléments de la vie réelle que l’on ne peut ignorer surtout lorsque l’on prétend pouvoir l’améliorer !

Ce genre de sortie est insupportable, inacceptable. Copé et les autres, rendez vous service et rendez nous service : arrêtez la politique ! Ça ne passe plus, on est au bout.

Pour terminer, voici un post Facebook de Baptiste Beaulieu qui exprime bien le ras le bol de cette manière de faire de la politique :

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fpermalink.php%3Fstory_fbid%3D1812765602338255%26id%3D100008144984241&width=500

La révolution n’est pas loin.

La dernière chance

AffichesRegionales

Dimanche, il a fallu que la gauche se retire de certaines régions pour empêcher le FN de se qualifier là où il en avait la possibilité. Même si cette méthode laisse un peu une odeur de triche, c’est ce qu’il fallait faire. Cela a fonctionné et heureusement. Mais combien de temps encore ce « front républicain » finalement assez anti-naturel voire peu démocratique va-t-il encore marcher ? Combien de temps notre système politique sous perfusion va-t-il tenir ?

FN : Le faux perdant

Si nous avions voté le 6 décembre pour les présidentielles, nous aurions eu Marine Le Pen face à Nicolas Sarkozy (le FN ayant eu 1 million de voix de plus que le PS au premier tour des régionales).

En nombre de voix, si l’on compare le 2e tour des régionales 2015 avec les présidentielles 2012, le FN a progressé de 400 000 voix. Nous sommes passés de 6,421 millions de voix à 6,820 millions de voix. Cette progression est énorme et elle l’est d’autant plus quand on sait qu’il y avait 20,52% d’abstention au présidentielles alors qu’il y en avait 41,56% pour ce 2e tour des régionales. C’est donc 400 000 votants de plus pour le FN alors qu’au total il y en avait 13 millions de moins qui sont allés aux urnes !!!

L’échec mérité de la gauche en IdF

L’élection qu’il y a eu en Ile-de-France est très interessante parce qu’elle est très révélatrice de ce qui ne va plus à gauche.

Peut-on m’expliquer comment Claude Bartolone a trouvé utile et intelligent de faire un pacte avec l’autre diable, l’extrême gauche ? Avec 6,63% pour le Front de Gauche, comment Clémentine Autain a pu se retrouver 2e de sa liste et sur tous les plateaux télé pour critiquer l’action du gouvernement ? Cette même Clémentine Autain, porte-parole du parti Ensemble qui a appelé ses militants à participer à un meeting de Tariq Ramadan moins d’un mois après les attentats de Paris, quelle indécence ! Difficile de faire meilleur repoussoir…

Peut-on m’expliquer comment un homme politique de cette importance (il est Président de l’Assemblée Nationale) peut tenir les propos qu’il a tenus sur la « race blanche » soi-disant défendue de manière exclusive par Valérie Pécresse et les propos insultants à son encontre ?

Claude Bartolone incarne du haut de sa Terrasse ce qu’il y a de pire dans la gauche caviar bien-pensante : les petites magouilles d’appareil en prenant les électeurs et les militants pour des cons et le clientélisme à l’extrême quitte à être clivant et à renoncer à ses valeurs.

Une politique de bon sens, sociale et économiquement libérale : notre dernière chance

Il y a des personnalités politiques à gauche et à droite qui ont la bonne vision politique. Ils sont malheureusement tirés vers le bas par les boulets de leurs partis. D’un côté ils se font accuser de ne pas être « vraiment de gauche » et de l’autre ils font des courbettes aux électeurs du FN. Il y a un juste milieu, il faut maintenant un juste leader et une formation politique qui parvient à l’incarner.