Peut-on éviter la guerre civile en faisant croire qu’il n’y a que des déséquilibrés ?

Il n’a échappé à personne que le nombre d’actes terroristes s’est intensifié en Europe ces dernières semaines. Il y en a eu 10 sur le seul mois d’août. 5 reconnus par nos représentants et par la presse et 5 autres étouffés parce qu’ils auraient été commis non pas par des terroristes mais par des « déséquilibrés ».

• 18 Août : Finlande – Turku : 2 morts, 6 blessés
• 17 Aout : Espagne – Barcelone : 15 morts, 130 blessés
• 17 Aout : Espagne – Cambrils : 1 mort, 6 blessés
• 16 Aout : Espagne – Alcanar : 1 mort, 6 blessés
• 9 Aout : France – Levallois : 6 blessés

Et en ajoutant ceux commis par des « déséquilibrés » :

• 25 Aout : France – Créteil : un migrant afghan tente de s’emparer de l’arme d’un policier mais « C’est sans doute un déséquilibré, il ne semble pas avoir toute sa tête », glisse un enquêteur.
• 23 Aout : France – Lyon : un homme sans nom tente d’étrangler une femme soldat mais « Les forces de l’ordre ont trouvé des ordonnances médicales dans ses poches. »
• 21 Aout : France – Marseille : Un homme fonce avec une fourgonnette volée sur 2 abris-bus faisant 1 mort et un blessé grave mais il avait un papier d’hôpital psychiatrique dans sa fourgonnette donc c’est un déséquilibré sans aucun doute !
• 21 Aout : France – Paris : Un homme fonce avec sa voiture sur une patrouille de police en criant « Allah Akbar » mais pour le parquet, on ne peut pas parler d’un acte « délibéré » visant à foncer en direction de policiers.
L’homme a été interpellé après la collision. Le parquet précise qu’il écoutait « à un très fort volume » des sourates du Coran, en arabe, sur son autoradio, mais qu’elles « ne présentaient pas un caractère jihadiste ». Encore un déséquilibré donc. L’homme a été immédiatement interné.
• 16 Aout : France – Sept Sorts : Un homme fonce avec sa voiture sur la terrasse d’une pizzeria tuant une jeune fille de 13 ans et blessant 13 personnes donc 5 grièvement. Aucun doute pour les enquêteur, il voulait se suicider avec une BMW remplie d’airbag en fonçant sur une terrasse bondée, c’est un déséquilibré.

On se souvient en avril de l’assassinat de Sarah Halimi par un terroriste qui l’a tabassé pendant une heure en récitant des phrase du Coran puis qui l’a défenestrée en criant « Allah Akbar » : « un déséquilibré » donc personne n’en a parlé.

On se souvient aussi déjà en 2014 de l’attentat de Dijon qui n’en était pas un puisque le terroriste était en fait un déséquilibré qui a crié Allah Akbar « plus pour se donner du courage que par revendication religieuse » d’après le procureur de Dijon.

Qu’il y ait un déséquilibré qui singe les pratiques des terroristes une fois, pourquoi pas ? Mais quasiment tous les jours et depuis des années, avec des explications plus grotesques les unes que les autres, personne n’y crois plus.

Alors pourquoi s’entêter à nous faire prendre des vessies pour des lanternes ?

La raison est simple. Le gouvernement (et même les gouvernements successifs) a peur d’une seule chose, encore plus que des attentats terroristes : la guerre civile.

Ils ont raison sur un point. Nous pouvons basculer à tout moment dans une guerre civile. Ca n’est qu’une question de temps :

1. Les attentats vont continuer de s’intensifier

2. Nous allons monter dans l’horreur. L’EI a appelé récemment au kidnapping et à l’assassinat d’enfants.

3. S’ils y parviennent, les fortes doses de « pas d’amalgame », « c’est un déséquilibré » et de « vivre ensemble » ne suffiront plus à contenir les plus excédés

4. Les plus violents voudront se venger sur des musulmans comme nous avons pu le voir en Angleterre après l’attentat de Manchester. Ils viseront donc des innocents par soif de vengeance, feront des victimes et déclencheront la colère des banlieues qui deviendront incontrôlables et iront se venger à leur tour sur d’autres innocents.

5. Nous entrerons dans une guerre civile que notre armée et nos CRS auront bien du mal à contenir.

Alors il est facile de comprendre pourquoi ils préfèrent étouffer les attentats qu’ils peuvent étouffer. La conséquence est évidente : le traitement de l’information n’est pas du tout le même lorsque l’attentat est attribué à un déséquilibré. On n’en parle quasiment pas quand il n’y a pas de victime et on n’en parle plus très rapidement quand il y en a.

Mais combien de temps parviendront-ils encore à « calmer » les esprits ?

Si le gouvernement ne montre pas qu’il sait à quoi il a affaire et comment il compte le combattre mais qu’au contraire il s’entête à ne jamais le nommer, il ne fait que souffler sur les braises. C’est irresponsable et ça nous conduit, contrairement à ses calculs, tout droit vers cette guerre civile…

Rencontre Abbas – Macron : Lettre ouverte au Président de la République

f1a7b936f8c20376d0264384f99cc72aeb8968ce

Monsieur le Président,

Je dois avouer que je suis ravi que vous ayez été élu. Dès le début de l’année j’ai rejoint, comme d’autres milliers de français, votre mouvement En Marche ! J’ai fait, à mon niveau, campagne pour vous en appelant publiquement à voter Emmanuel Macron sur mon blog et sur tous les canaux de communications que nous avons maintenant tous à notre portée. Et jusque là je n’ai pas été déçu. Je suis même fier de vous avoir soutenu. Vous redonnez déjà – alors que vous n’avez pris que très récemment vos fonctions – un dynamisme à notre pays. En tant que startuper, c’est un bonheur d’avoir un Président qui a une si bonne lecture de notre écosystème, de son importance et des différents leviers à actionner pour que la France puisse devenir une Startup Nation.

Même si je ne suis pas convaincu par la personne que vous avez désignée pour défendre l’égalité entre les hommes et les femmes – après avoir si bien honoré la mémoire de Simone Veil, les récentes déclarations de la Ministre font tâche – à mon sens, vous n’aviez jusque là fait aucun faux pas.

Vous avez reçu hier le Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas. Vous lui avez déclaré « Je sais votre engagement constant en faveur de la non-violence ».

Sachant qu’il s’agit d’un sujet très passionné, je ne vais pas vous dire ce que j’en pense. Je vais simplement vous énoncer quelques faits. Des faits évidemment vérifiables que peut-être certains de vos conseillers ont omis de vous transmettre :

– Abbas a été élu Président de l’Autorité Palestinienne pour 5 ans en 2005 (il y a donc 12 ans). C’est comme si vous faisiez sauter les éléctions de 2022 pour être encore Président en 2029. Les français trouveraient surement cela normal.
– Abbas a déclaré dans un discours le 16 septembre 2015 (lien vidéo) : « Nous saluons chaque goutte de sang versé pour la cause de Jérusalem. ». Assurément un appel à la non-violence…
L’Autorité Palestinienne (dont Abbas est le Président) consacre 7% de son budget (budget provenant largement des aides européennes) à récompenser les terroristes et leurs familles. C’est pour Abbas « une obligation sociale inscrite dans la loi ». Encore une fois, surement un appel à la non-violence.
– Les terroristes palestiniens sont glorifiés. De nombreuses rues et même des écoles dans les territoires palestiniens sont appelées par leurs noms pour les honorer comme le terroriste Halabi qui a tué 2 hommes à Jerusalem, blessé la femme de l’un d’entre eux et leur fils de 3 ans, qui a maintenant une rue à son nom dans la ville de Surda-Abu Qash. Vous imaginez une rue Mohamed Merah ? Les manuels scolaires palestiniens et même leurs émissions pour enfants glorifient également le terrorisme.

Je suis convaincu de votre bienveillance et de votre sincère volonté de faire avancer la paix au Moyen Orient. C’est peut-être ce qui vous a poussé à prendre cette posture pour ne pas donner d’impression de parti-pris. Mais je n’ai aucun doute sur votre intelligence et votre pragmatisme. La responsabilité qui est la votre vous oblige – surtout si vous souhaitez réussir ce que vous entreprenez – à appréhender avec justesse et clairvoyance chaque sujet. Force est de constater que sur ce sujet, vous vous êtes trompé. Abbas n’est pas un homme de paix qui a « un engagement constant en faveur de la non-violence ». Il me paraît important que vous reveniez sur cette déclaration ou à défaut que vous preniez en compte les éléments pré-cités dans la suite que vous envisagez sur ce sujet.

Avec toute ma considération,

Frank-David Cohen

Ce terrorisme « peer to peer » que l’on laisse proliférer

Capture d’écran 2016-06-13 à 10.13.25

« Maman, je t’aime. » « Il arrive. Je vais mourrir ». Ce sont les derniers mots d’Eddie à sa mère. Comme 48 autres personnes, Eddie est mort dans la nuit de samedi à dimanche à Orlando parce qu’il était homosexuel.

Penser qu’Eddie est uniquement une victime de plus de l’islamisme est une erreur fondamentale de jugement. Eddie est mort parce qu’on a laissé la haine s’exprimer et proliférer. Le terroriste, Omar Seddique, est un produit de la propagande haineuse des islamistes que nos dirigeants (des pays occidentaux) n’ont pas le cran de faire taire. Cette propagande se transmet dans la rue, dans les mosquées, ou sur les réseaux sociaux. Plus besoin de partir en Syrie, ce terrorisme se télécharge. C’est du terrorisme peer-to-peer.

Il suffit de regarder sur YouTube où l’on peut trouver notamment des discours du « Docteur » Farrokh Sekaleshfar, prédicateur islamiste récemment invité dans une mosquée d’Orlando. On trouve notamment un discours qu’il a tenu à l’Université du Michigan datant d’avril 2013 où il appelle clairement au meurtre d’homosexuels. En 3 ans ce sont 21 891 personnes qui ont regardé ce discours d’1h 21 minutes. En 3 ans, ni YouTube ni le gouvernement américain de Barack Obama n’a jugé utile de faire taire Farrokh Sekaleshfar. Ils sont aussi responsables de tous ces morts.

Et ce ne sont pas les seuls :

On a laissé parler le BDS, il y a eu Merah et Coulibaly qui voulaient « venger les enfants palestiniens » en tuant des français juifs. Pourtant le BDS s’exprime encore sur la place publique, tous les jours.

On a laissé parler les tarés comme Ramadan, Dieudonné, ou encore les prédicateurs cinglés que l’on retrouve à l’UOIF, il y a eu Charlie Hebdo et le 13 novembre. Pourtant ces tarés peuvent encore s’exprimer ou organiser leurs rassemblements en toute liberté (ou presque…).

Il n’y a ni tolérance à avoir ni « liberté d’expression » à considérer face à ces discours de haine.

Il semblerait que les politiques, de droite, de gauche ou du centre de la majorité des pays occidentaux aient du mal à prendre les décisions qui s’imposent et a réagir – pour de vrai, pas juste dans les discours ! – avec la plus grande fermeté.

Que leur faut-il de plus pour qu’ils changent d’attitude ? Que faut-il faire pour qu’ils agissent sans appréhension électorale mais d’abord dans l’interêt collectif ? Allons nous vraiment devoir être gouvernés par des vrais fachos pour que cela change ?

Nightclub Shooting Florida

Mina Justice shows a text message she received from her son Eddie Justice at Pulse nightclub during a fatal shooting in Orlando, Fla., Sunday, June 12, 2016. Justice hasn’t heard from her son since the messages. (Courtesy of Mina Justice via AP)

Lettre ouverte à Renaud

Renaud-Album

Cher Renaud,

Je voulais te dire à quel point tu m’as touché avec ta dernière chanson « Hyper cacher ».

Tu as décidé de faire une chanson pour parler individuellement de l’Hyper cacher. Ce simple choix fait de ta chanson une chanson engagée.

Le 11 janvier 2015, nous étions 4 millions à « être Charlie » Place de la République. Tout le monde condamnait évidemment aussi l’Hypercacher mais personne ne serait descendu dans la rue pour ça, comme personne n’était descendu dans la rue pour les enfants assassinés dans une école juive 3 ans plus tôt. Depuis janvier 2015, les rassemblements devant l’hypercacher n’ont malheureusement rassemblé – quasiment – que des juifs. La récente commémoration annuelle a même été organisée par le CRIF…

Il ne s’agit pas là de faire de la concurrence victimaire mais simplement de remarquer que lorsque des juifs sont assassinés, en France ou ailleurs, habituellement, seuls les juifs s’en émeuvent. Et toi, tu en écris une chanson. Le tout sans basculer dans le convenu ou l’émotion artificielle, avec un ton juste, émouvant et tant de sincérité…

Tu ne t’arrêtes pas là ! À la fin de ta chanson tu dis :

Qu’ils reposent à Jérusalem
Sur la terre de leurs pères
Au soleil d’Israël
Je veux leur dédier ce poème
Leur dire qu’ils nous sont chers
Qu’on n’oubliera jamais 

Je t’avoue que j’ai du mal à m’en remettre. Il est donc possible de comprendre ce qui semble être une subtilité inaccessible pour tellement de gens : l’attachement des juifs pour Israël, sans pour autant les considérer comme des étrangers mais au contraire comme des frères. Il est donc possible de parler de Jerusalem sans dire « Jerusalem-Est occupé et annexé » mais au contraire parler de « la terre de leurs pères ».

Merci Renaud de m’avoir redonné de l’espoir et de m’avoir donné un peu plus le sentiment que ma place, en tant que français juif, est encore en France.

Merci.

Frank-David

———————————————-

http://www.deezer.com/plugins/player?format=classic&autoplay=false&playlist=true&width=700&height=350&color=007FEB&layout=dark&size=medium&type=tracks&id=122222822&app_id=1

Hyper cacher – Renaud

C’était un p’tit endroit pépère
Tout près du métro St Mandé
Qui vendait des produits casher
Pour les habitants du quartier
Un individu cagoulé
Suintant la haine de tous les pores
Armé comme un fourgon blindé
Et venu pour semer la mort
Soudain au magasin casher
Ce fut l’enfer, ce fut l’enfer

Il a tiré à tour de bras
Avec de la haine plein les yeux
Sur tout ce qui portait kipa
Sur les enfants, sur les p’tits vieux
Certains mouraient les bras en l’air
D’autres se cachaient où ils pouvaient

Le sang glacé c’était la guerre
Près du métro St Mandé
Et dans le magasin casher
C’était l’enfer, c’était l’enfer

Mais quelle est cette époque immonde ?
Nous avons perdu l’essentiel
Avec de la peur plein le monde
Avec de la haine dans le ciel

Qu’ils reposent à Jérusalem
Sur la terre de leurs pères
Au soleil d’Israël
Je veux leur dédier ce poème
Leur dire qu’ils nous sont chers
Qu’on n’oubliera jamais
Leur dire qu’ils nous sont chers
Qu’on n’oubliera jamais

 

Le Figaro complice de la haine anti-Israël

Capture d’écran 2016-03-16 à 07.13.57

Imaginez si le 14 novembre 2015 Le Figaro avait titré, au lendemain des attentats de Paris, après l’intervention de la BRI au Bataclan : « 3 jeunes tués par la police« .

Le Figaro avec AFP fait rigoureusement la même chose lorsqu’il s’agit d’Israël. Il y a des vagues d’attentats en Israël depuis le mois d’octobre 2015 et cette manière mensongère et biaisée de titrer est systématique. Pour eux, le terroriste est la victime qu’il faut mettre à l’honneur dans le titre !

Est-ce qu’il faut comprendre que Le Figaro justifie le terrorisme dans certains cas ? Est-ce qu’assassiner des civils français – pour les « punir » des interventions françaises au Mali notamment – est ignoble et injuste mais assassiner des civils israéliens pour les punir d’exister se comprend tout à fait ?

J’attends la réponse du Figaro et de l’AFP sur le sujet.

En attendant, ils peuvent regarder cette vidéo :

Cher Ilan…

Degradation-d-une-plaque-en-memoire-d-Ilan-Halimi

Cher Ilan,

Aujourd’hui je pense à tout ce que j’ai fait ces 10 dernières années. J’ai rencontré ma femme, je suis tombé amoureux, on s’est marié. On a eu un petit garçon. Il a maintenant 4 ans. Il est formidable. On attend une petite fille. Tu ne peux pas savoir, c’est un tel bonheur, tellement d’amour, tout paraît si insignifiant à côté…

Non, tu ne peux pas savoir. Tu ne sauras jamais…

On a le même âge. On est juifs tous les deux, parisiens tous les deux. Ton destin aurait pu être le mien et le mien aurait pu être le tien. A chaque fois que je pense à toi, je réalise avec tant d’intensité ce que l’on t’a volé. Quelle tristesse.

J’aimerais pouvoir te dire que tu n’es pas mort pour rien. Mais je suis désolé Ilan, je ne peux pas. Il y a eu d’autres morts. Beaucoup d’autres. Même des enfants.

Ta mort, comme celle de Sebastien Sellam, étaient pourtant les premiers signes de ce qui nous attendait. Les premiers signes de ce que l’on ne voulait pas voir. Aujourd’hui cette haine qui t’a fait endurer ces 3 semaines de calvaire et qui a fini par éteindre ta vie s’est répandue. Elle est sournoise et hypocrite avant de passer à l’acte. Elle considère qu’elle est une opinion, qu’elle est là pour une cause. Et ça va te faire mal de l’apprendre mais elle prolifère dans une indifférence quasi-générale.

Nous étions très peu nombreux – et quasiment que des juifs – à manifester quelques jours après ta mort. Nous étions les mêmes (environ 10 000) après que des enfants juifs ont été exécutés 6 ans après ta mort dans une école de Toulouse. Là encore, quasiment que des juifs. Même si la classe politique est à chaque fois unanime pour condamner les crimes antisémites, il a fallu attendre que tous les français soient visés pour que nous soyons 4 millions dans la rue.

Tu vas être déçu mais le fait que nous soyons tous des cibles de cette idéologie mortifère n’a rien changé. La haine antisémite est toujours omniprésente et très décomplexée. Elle est dans les commentaires de chaque article qui parle de toi ou de n’importe quoi en rapport avec le judaïsme ou Israël. Elle est dans les commentaires aussi de tous ces mêmes articles sur Facebook. Et là encore ceux qui réagissent pour s’en indigner sont dans la très large majorité des cas… des juifs.

Il y a moins d’un an la plaque qui a été posée à Bagneux pour te rendre hommage a été vandalisée. Heureusement tes parents ont eu la bonne idée de t’enterrer en Israël, loin de tout ça. Au moins maintenant tu y reposes en paix.

 

Tu préfères défendre ta vie ou ta liberté ?

il_570xN.440232167_bpke

Pourquoi le port de la kippa fait-il une polémique nationale ? Parce que ce débat illustre un combat dans lequel nous, français, nous trouvons tous : la défense de notre liberté.

Le dilemme dans lequel sont les juifs aujourd’hui est celui de tous les français depuis Charlie Hebdo : vaut-il mieux défendre sa vie ou sa liberté ? Les caricaturistes de Charlie ont refusé de renoncer à leur liberté. Ils en sont morts.

Après les attentats de l’école juive de Toulouse, de l’HyperCacher et les agressions antisémites répétées de juifs par des terroristes en herbe appelés à tort des « déséquilibrés », être un juif identifiable met en danger sa vie. C’est une réalité.

Depuis le 13 novembre, qui n’a pas une appréhension avant d’aller dans un centre commercial, à un spectacle, ou dans un restaurant très fréquenté ? Qui n’a pas peur de payer de sa vie, sa liberté ?

Peut-on reprocher au Président du Consistoire de Marseille, Zvi Ammar de demander à sa communauté de ne plus porter la kippa pour ne pas mettre leur vie en danger ?

Peut-on reprocher au Président du CRIF Roger Cuckierman de dire que d’abandonner la liberté de « ne plus porter la kippa c’est donner la victoire aux jihadistes » ?

Ils ont tous les deux raison.

Choisir entre sa vie ou sa liberté est un choix de Sophie.

Le seul tort que l’on peut avoir c’est de refuser de pointer du doigt le réel coupable de cette liberté menacée : l’islamisme radical. Tant que nous aurons peur de dire les choses pour ne pas être taxés d’islamophobes ou de racistes, nous ne pourrons pas les combattre et nous nous enfoncerons.